La présentation du programme prévue prochainement    Conférence sur les technologies de traitement de l'eau à Tipasa: l'exploitation des eaux traitées dans l'irrigation une "nécessité vitale"    Syrie: le gouvernement envoie ses forces dans le nord pour stopper l'offensive turque    Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouba en hommage aux maîtres de l'andalou
Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 09 - 2011

Dans le cadre du programme de la manifestation Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011, des journées sont organisées du 13 septembre au 17 novembre en hommage aux maîtres de la musique andalouse. Ces journées intitulées «Nouba» se dérouleront à la maison de la culture Abdelkader Alloula de Tlemcen.
Des concerts animés par de grands chanteurs et des associations andalouses ainsi que des conférences sont prévues durant toute cette période.
Des spécialistes de la musique andalouse tels que Amine Kalfat et Nasreddine Baghdadi animeront des conférences débats autour des itinéraires des grands maîtres de l'andalou notamment cheikh Larbi Bensari, son fils Redouane, Sadek Bedjaoui, Abderrahmane Sekkal et du doyen du malouf Mohamed Tahar Fergani.
Une exposition photo sera organisée en marge de ces journées. Les visiteurs pourront découvrir des photos de chanteurs et musiciens notamment de Tlemcen tels que Cheikh Abboura, Mustapha Brixi et Omar Bekhchi. Pour le volet des concerts, il y aura des hommages à Ahmed Serri qui fut pendant des dizaines
d'années professeur de la doyenne des associations algéroises El Mossilia, Abdelkrim Dali et Fergani.
Des chanteurs et moins jeunes se produiront à cette occasion. Il faut rappeler que Tlemcen est la ville où l'andalou
est le mieux préservé en Algérie.
Dans cette ville, l'andalou s'apprend et se chante naturellement en famille. Des jeunes filles et garçons très doués ne pensent même pas à entamer une carrière professionnelle car pour eux, chanter l'andalou ou jouer d'un instrumen de musique est un acte naturel et une nécessité pour le moral de tout individu et non un métier.
Si à Alger, Blida, Médéa et Cherchell, on pense directement à Dahmane Benachour, Hadj Mahfoudh, Kheznadji, Serri et leurs grands prédécesseurs tels que les frères Fekhardji, Mahieddine Lakhal, Benteffahi ou Yafil, à Tlemcen, on a rapidement l'image de cheikh Larbi Bensari, son fils Redouane et Abdelkrim Dali.
Des oublis
Si aujourd'hui Tlemcen est représentée surtout par le chanteur de hawzi Mohamed Ghafour, cette ville nous fait toujours penser à cheikh Larbi Bensari qui, paraît-il, était le dernier à connaître les 24 noubas de l'andalou. Né en 1872 (ou avant ?),
Larbi Bensari n'aurait pas été invité par les premiers directeurs de la RTA à enregistrer. Les motifs sont inconnus. Ils ne savaient peut être pas que c'était une urgence d'enregistrer le grand maître avant sa disparition. Il faut dire aussi qu'à cette époque, les producteurs avaient trop délaissé notre patrimoine au profit des chansons égyptiennes qui étaient à la mode.
De Tlemcen, le grand public ne connaît pratiquement que Abdelkrim Dali pour ses passages réguliers à la télévision (uniquement) le jour de l'Aïd. Découvert par cheikh Omar Bekhchi, Dali avait été encouragé par Abdesslam, le frère de Larbi Bensari qui l'encouragera et l'invitera à faire partie de son orchestre.
Très doué, le jeune Abdelkrim montrera ses capacités vocales en reprenant des chansons de Oum Keltoum et de Mohamed Abdelwahab en vogue à l'époque. Par la suite, il sera remplacé par Redouane le fils le plus doué de Larbi Bensari. Il fera alors partie de l'orchestre de cheikha
Tetma qui ne cessait de faire parler d'elle. La rupture avec Larbi Bensari est motivée par le fait que le grand maître ait choisi son fils Redouane pour l'accompagner au Congrès de la musique arabe au Caire en 1932.
Ce choix n'est sûrement pas motivé par le népotisme car les mélomanes reconnaissent que Redouane est le plus grand chanteur tlemcénien après cheikh Larbi. Mahieddine qui ne ratait jamais l'occasion d'enrôler dans sa troupe les artistes montants remarque Dali lors d'une tournée et l'encourage à enregistrer son premier disque en 1930.
En 1938, il fera une longue tournée à travers le territoire avec «Les tournées Mahieddine» et en 1940, Boudali Safir, alors directeur des programmes arabes de la radio, l'invite à participer aux concerts de l'orchestre andalou.
En 1952, il deviendra définitivement membre de cet orchestre. Après l'indépendance, il chantera lors des semaines culturelles algériennes à l'étranger et donnera des cours au conservatoire d'Alger puis à l'institut national de musique. Comme le grand maître Larbi Bensari,
Dali jouait de plusieurs instruments mais préférait s'accompagner au luth. Enfin, d'après le programme de ces journées, il paraît que certains grands maîtres de l'andalou méritant bien un hommage auraient été oubliés. C'est le cas de cheikh Mahieddine Lakhal et de ses élèves Dahmane Benachour, Hadj Mahfoudh et Saïd Bestandji.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.