Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour le statut de chouhada aux enfants assassinés le 11 décembre 1961
Me Fatima-Zahra Benbrahem
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 12 - 2011

L'avocate et militante des droits de l'homme, Me Fatima-Zahra Benbrahem, a plaidé hier à Alger pour un statut juridique de chouhada (martyrs) aux enfants assassinés lors des manifestations du 11 décembre 1960.
«Je saisirai par correspondance le ministère des Moudjahidine pour qu'il se penche sur cette question car il est temps de rendre justice à ces enfants martyrs morts pour le pays», a indiqué Me Benbrahem lors d'une conférence de presse organisée au siège du journal El Moudjahid à l'occasion de la commémoration du 51e anniversaire des manifestations populaires historiques du 11 Décembre 1960.
Elle a expliqué qu'un statut juridique permettrait même aux enfants ayant survécu aux «tueries» de l'armée coloniale française de bénéficier de tous leurs droits, à l'exemple de l'octroi d'une pension. Me Benbrahem a également recommandé de recenser le nombre d'enfants morts lors de ces manifestations entre les 10 et 13 décembre 1961, suggérant d'effectuer des déplacements aux cimetières et de se référer à l'état civil de l'époque.
«Nous ne disposons pas de chiffres sur le nombre de morts, sachant que ce sont les enfants et les femmes qui étaient sortis en grand nombre pour manifester dans les rues», a-t-elle dit, proposant en outre d'ériger un monument à la mémoire de ces jeunes martyrs.
Considérant que cette période de l'histoire de l'Algérie «n'est pas bien étudiée», Me Benbrahem a suggéré aux étudiants et autres chercheurs d'inscrire ce thème comme sujet de leurs thèses de fin d'études dans le but d'approfondir les recherches sur les manifestations du 11 Décembre 1960.
Me Benbrahem a fait remarquer que la répression sanglante des manifestations du 11 Décembre étaient intervenues à la veille de la célébration de la convention des droits de l'homme et des citoyens, le 10 décembre de chaque année.
Evoquant la portée de ces manifestations, Me Benbrahem a mis l'accent sur la «maturité politique» du peuple algérien et de sa jeunesse, rappelant qu'elles (manifestations) avaient été provoquées par une rixe entre des Français et des musulmans à Alger-Centre.
«Les Européens tiraient sur des jeunes qui manifestaient pacifiquement, d'où la propagation de la grogne qui avait atteint plusieurs quartiers d'Alger», a raconté Me Benbrahem, originaire du quartier Mohamed-Belouizdad (ex-Belcourt) et ayant vécu ces événements alors qu'elle était âgée de 8 ans.
Elle a notamment mis en relief la «grande conscience» des jeunes de l'époque, reflétée dans les slogans qu'ils scandaient : «Libérez Benbella», «Référendum sous contrôle des Nations unies», etc. Me Benbrahem a indiqué que ces slogans dénotaient l'adhésion «totale et spontanée» du peuple algérien à l'Armée de libération nationale (ALN), au Front de libération nationale (FLN) et au Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).
Elle a relevé que grâce à ces manifestations, qualifiées de «rébellion» par la France, la presse étrangère avait pu répercuter dans ses écrits les massacres perpétrés en Algérie par l'armée française mais aussi par des civils européens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.