Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vannerie à Dellys (Boumerdes) : un artisanat qui renait de ses cendres
Métiers
Publié dans Le Temps d'Algérie le 25 - 02 - 2013

La vannerie, connue sous l'appellation ''Doum'' (palmier nain de son nom scientifique) à Dellys, semble, ces dernières années, renaitre de ses cendres, dans cette ville dont des familles entières sont réputées pour pratiquer ce métier séculaire, généralement légué de père en fils.
Un tour dans la ville de Dellys prouve si besoin est, l'intérêt de la population locale pour le travail du ''Doum'', dont les produits achalandent nombre de commerces traditionnels ayant pignon sur rue. 'Essaafa'' (panier à 2 anses), ''T'bek''(corbeille), ''M'dhel''( sorte de grand chapeau à la mexicaine, porté par les paysans en été), ''K'maim El Kherfane '', ''Chwara'' ou encore ''Senadj''(sorte de couffins destinés à la conservation des raisins et figues séchés), des tapis de prière et d'ornementation, des cordes…constituent l'essentiel des produits traditionnels confectionnés, depuis des lustres, par les familles de Dellys, spécialisées dans cet art traditionnel.
Nonobstant sa vocation de source principale de subsistance pour les artisans le pratiquant, le travail du ''Doum'' fait partie des activités artistiques ''les plus dures à exercer'', selon nombre d'artisans vanniers, qui se félicitent néanmoins de pratiquer un métier ''propre et en harmonie avec l'environnement''. Et pour cause, le ''Doum'' est un pur produit de la nature appartenant à la famille des palmiers nains. Le Doum (Chamaerops humilis) est une plante qui croît sous forme de bouquets d'arbustes d'une vingtaine de cm. Elle pousse particulièrement dans les zones montagneuses et le long du littoral.
Les années 90 : une période dure pour la vannerie
Les années 90, période de l'apogée du terrorisme, furent des plus funestes pour cet artisanat, qui frôla la disparition pure et simple, ont assuré des vanniers à l'APS. 'L'insécurité a porté un coup fatal à la vannerie, du fait que nous rencontrions d'énormes difficultés à nous procurer le ''Doum'', qui poussait au niveau des forêts environnantes de Dellys'', ont déploré ces artisans. Pour la survie de ce métier séculaire, des artisans locaux ont du aller chercher cette matière première dans des wilayas du littoral ouest du pays, où le micro-climat est très propice à la prolifération de cette plante, est-il signalé.
La famille Laadjali Hamid, l'archétype des artisans pour qui l'amour du métier est un héritage
M. Laadjali Hamid (45 ans) fait partie de cette génération d'artisans de Dellys, dont l'amour du métier est un ''héritage vieux d'une soixantaine d'années''. La famille Laadjali fait partie des plus vieilles familles de vanniers de la wilaya, pour qui le travail du ''Doum'' est la principale source de revenus. Mais elle est surtout réputée pour sa ''griffe'' reconnaissable à la qualité et finesse de son travail où la créativité est toujours de mise, rendant ses produits forts prisés tant à l'échelle de la wilaya de Boumerdes, que dans d'autres régions du pays.
''Ce métier, légué de père en fils depuis déjà plus d'un demi-siècle, est aujourd'hui exercé par ma vieille mère et ma femme, sans compter mes 5 sœurs, qui connaissent, toutes, le métier sur le bout des doigts'', a observé, non sans un brin de fierté, M Laadjali. C'est dire que ce métier a encore de beaux jours devant lui, d'autant plus que chacune des sœurs en se mariant se fait un point d'honneur pour l'inculquer à sa progéniture et à tous les proches de sa belle famille.
La vannerie, un artisanat ou le labeur de l'hiver est écoulé en été
De par la spécificité de leurs matières premières, les produits de la vannerie sont confectionnés en saison hivernale, au niveau du domicile familial. Et c'est vers le début de l'été que les créations de la famille Laadjali, constituées principalement de corbeilles, tapis, paniers, et autre chapeaux, sont directement écoulées au niveau du petit commerce (également familial) au profit des touristes qui ne manquent pas, en pareille saison, de fréquenter cette petite ville côtière, connue pour sa Casbah millénaire.
La famille Laadjali est connue, à l'échelle nationale, pour son panier ''Tizeguouine''. Le célèbre L'hadj Mhamed El Anka venait, chaque année, à Dellys ''spécialement pour en acquérir un'', a affirmé M. Laadjali. Le chapeau en ''Doum'', porté par les paysans locaux pour sa solidité et sa protection des rayons du soleil est l'autre spécialité de Dellys, réputée aussi pour ses jolies corbeilles destinées à de multiples usages, dont la présentation du pain, des gâteaux et de fruits…
La famille Laadjali excelle, également, dans la confection de tapis en Doum, sous différentes formes, et généralement utilisés à la prière, en décoration d'intérieur, voire même pour les sièges de voitures. Des sortes de petits balais, confectionnées par cette même famille depuis des générations, servent au balayage et nettoyage des sols râpeux et jardins notamment.
Actuellement, le vœu de Laadjali est d' ''étendre le champ de ses ventes vers les wilayas du Sud du pays'', ou la demande est, selon lui, ''très importante'' sur les produits de la vannerie, considérés comme fort adaptés au climat chaud de ces régions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.