Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La peste et le choléra
Publié dans L'Expression le 08 - 01 - 2009

Les téléspectateurs finiront-ils un jour à s´habituer au nouvel aspect des reporters qui sont envoyés sur le front brûlant des fronts, avec casque et gilet pare-balles? L´information toute chaude qui véhicule de tragiques nouvelles, montrant les bombardements lointains à vif, le ballet incessant des ambulances et les plaintes déchirantes des mères éplorées devant le spectacle navrant des corps d´enfants sacrifiés? L´esprit humain s´habitue à l´horreur et la sensibilité s´use devant la répétition incessante des horrifiantes images faites et retransmises pour susciter, en général, la compréhension et la solidarité envers les victimes de la tragédie.
S´il est vrai que la guerre est toujours atroce, il n´en demeure pas moins qu´elle sert la plupart du temps les intérêts d´une classe. Et souvent, cette solidarité affichée a d´autres buts beaucoup moins avouables. Thucydide, dans sa guerre du Péloponnèse, affirmait que ce conflit qui opposa les cités de Sparte et d´Athènes à propos d´une cité alliée agressée, ne servait en fait que la volonté de domination de l´argent et des classes dirigeantes qui s´enrichissaient grâce à la guerre. C´est ainsi que les partis de la guerre prospérèrent, exploitant l´esprit de solidarité propre aux peuples. Les croisades furent organisées pour «libérer» les chrétiens d´Orient, c´était l´excuse officielle. En réalité, c´était la porte de l´Asie que cherchaient les cités commerçantes d´Italie. La guerre d´indépendance de la Grèce souleva un vaste mouvement de solidarité dans la classe intellectuelle européenne qui s´intéressait de plus en plus au déclin du Moyen-Orient, des volontaires allèrent combattre les Turcs au nom de la liberté et de la chrétienté pendant que les troupes françaises s´apprêtaient à coloniser l´Afrique du Nord. Les partis progressistes français, malgré leur idéologie, ne parvinrent pas à soutenir le régime républicain espagnol victime d´un fascisme armé par les nazis. Mourir à Madrid était devenu un slogan pour des volontaires abandonnés à leur sort.
La solidarité des peuples peut s´avérer vaine si celle des régimes qui les gouvernent ne suit pas. Et c´est là le drame du peuple palestinien! Que signifient les nombreuses formes de soutien qui se traduisent par l´envoi de vivres, de médicaments ou de médecins quand un des plus formidables instruments d´oppression de l´Occident s´abat sur une population désarmée? On ne peut que rester sceptique devant le geste des organisations turques envoyant des secours à Ghaza: il n´y a pas si longtemps, l´armée turque faisait des manoeuvres conjointes avec l´armée israélienne. C´est le rôle que Washington a dévolu à ce grand pays qui domina, jadis, l´espace méditerranéen. Et c´est l´AKP, parti islamiste, qui est au gouvernement.
Faut-il s´alarmer que la tragédie de Ghaza serve aux islamistes pour porter haut les couleurs d´un nationalisme arabe tombé en désuétude à cause des compromissions des élites avec l´Occident? Faut-il rappeler que ces islamistes, sponsorisés par les monarchies du Golfe, ont aidé à l´élimination de Saddam Hussein?
A la face des martyrs, un certain intégriste de chez nous fit un discours incendiaire qualifiant Saddam de «Haddam», avant d´aller lui demander humblement une audience après l´occupation du Koweït. Les foules arabes, interdites d´expression et de manifestation, se trouvent dans un terrible dilemme, entre des pouvoirs inopérants et des intégristes opportunistes et aventureux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.