Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoire de nudité à la Télévision algérienne
Publié dans L'Expression le 07 - 07 - 2009

«Avec l´Entv, nous pénétrons dans les foyers algériens, on doit respecter la dignité des familles qui nous regardent.»
HHC lors de la suspension de Star Ac libanaise
Au moment où toute la presse écrite en a parlé, les bouts de seins nus des danseuses africaines n´ont jamais été diffusés par la Télévision algérienne. C´est normal quand on veille à censurer toute allusion ou vision de la nudité sur le petit écran algérien. Depuis plus de 40 ans, l´Entv est restée toujours pudique, voire intraitable quand il s´agit de pudeur et moeurs. La nudité ne fait pas partie des articles du cahier des charges de l´Entv. Et pourtant, depuis l´Indépendance, la Télévision algérienne a diffusé involontairement des seins nus à l´écran et cela pour quelques secondes...de plus. Ces quelques secondes en tenue d´Eve ont servi de débats et de discussions, le lendemain de leur diffusion dans les chaumières algériennes. Mohamed Fellag en a même fait un spectacle dans Cocktail Khorotov.
La première fois qu´un sein nu a été diffusé à l´écran, fut lors d´un match de football pendant la Coupe du monde. Une supportrice brésilienne avait surpris toutes les télévisions du monde en dévoilant à 140 pays son généreux buste. Un incident qui a fait rire, à l´époque, le commentateur de l´Entv qui n´a pas voulu commenter la scène pour ne pas éveiller les soupçons des téléspectateurs. La seconde fois était plus grave, c´était durant les fameux films diffusés les jeudis soir. Un film policier américain montrant deux policiers en train de discuter. La scène est anodine...mais en second plan, on pouvait facilement voir les femmes dansant nues et faisant du strip-tease. La scène a choqué...à l´époque, obligeant la programmation à stopper 10 secondes après la diffusion du film. Selon certaines indiscrétions, la scène aurait échappé à la vigilance du responsable de la censure qui a donné son visa pour la diffusion. Cet épisode fut le dernier espace lâché aux seins nus à l´Unique, car à la télévision, la censure a la peau dure, rien ne passe à travers son filet, même pas les femmes en bikini. Et curieusement, les films montrant des femmes à la plage les plus censurés sont des films algériens. Ainsi, la scène de l´inspecteur Tahar qui observait avec ses jumelles un couple marchant sur la plage et la scène de Ouardia en maillot sortant de l´eau dans le film Hassen Taxi ont été censurés à la diffusion à la télévision. Pareil pour les scènes du hammam pour les films Le mariage de Moussa ou encore Une femme pour mon fils, car la censure algérienne et même arabe accepte de montrer une Occidentale à moitié nue, mais refuse de montrer une Algérienne ou une femme arabe dans une situation dévoilée. Même les tenues vestimentaires les plus osées ne sont pas acceptées à la télévision. Pour preuve, à cause d´un string trop apparent, la direction de l´Entv a été contrainte, sous la pression des islamistes, de supprimer la diffusion de la Star Ac libanaise.
C´est une logique mentale bizarre et hypocrite dans une société où la nudité dans les publicités et dans quelques films fait désormais partie du paysage audiovisuel algérien. Pour la Télévision nationale, le débat ne justifie pas, car c´est la volonté du téléspectateur algérien qui prime avant toute considération morale ou commerciale.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.