Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous allons tenir un sit-in aujourd'hui»
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2003

C'est la confusion totale au niveau des lycées de la capitale. Plusieurs observent, depuis samedi, un arrêt de travail suite à l'appel lancé par la Coordination des lycées d'Alger (CLA).
Une trentaine d'établissements environ a suivi le mouvement de grève, selon le ministère de l'Education nationale, une soixantaine selon la CLA, qui «inclut dans le décompte les lycées ayant à leur actif dix profs grévistes». Rencontrés hier sur le palier du lycée Emir-Abdelkader, les professeurs se sont dit déterminés à poursuivre la protesta jusqu'à la satisfaction totale de leurs revendications. Ils comptent organiser aujourd'hui un sit-in devant le ministère de l'Education nationale. Ils se disent outrés par la décision de démettre de ses fonctions le directeur de leur établissement. Une pétition réclamant la réintégration de l'ancien directeur et signée par une centaine de professeurs circule déjà parmi le corps enseignant. Les profs dénoncent aussi les méthodes qu'aurait prises l'administration scolaire pour casser la grève. «Des de ménage et des travailleurs ont été chargés, par l'administration scolaire, de distribuer aux élèves des sujets d'examen datant de l'année dernière à la place des profs grévistes, mais les élèves ont refusé de composer en l'absence de leurs professeurs». Les profs se sont aussi insurgés contre le traitement qu'a fait l'Entv de cette affaire. «La télévision a montré des pseudo-parents qui affirment que nous sommes en train de défendre une position politique, c'est vraiment mesquin», déclare l'un d'eux. «On focalise sur les élèves de la terminale qui risquent de ne pas passer l'examen alors que le mouvement de grève pénalise tout autant les élèves de première que de deuxième années secondaires.» «Ils nous accusent, renchérit sa collègue, de vouloir profiter des périodes d'examen pour nous manifester, nous vous rappelons que nous avons enclenché ce mouvement de grève depuis février dernier et jusqu'au jour d'aujourd'hui la tutelle persiste à nous ignorer. Dites-leur que ce ne sont pas les élèves qui sont pris en otages, mais c'est plutôt nous.» Mais on vous accuse d'être une organisation illégale, avons-nous fait remarquer. «Ecoutez, la CLA dérange, clame une autre voix, parce qu'elle est née à la base, les syndicats pullulent, il y a la Fnte, le Satef..., mais nous refusons de les rejoindre, ils ne défendent pas les intérêts des enseignants, mais ils négocient des positions personnelles sur notre dos. Nous avons adhéré au mot d'ordre de la CLA, à la suite à l'échec de la Fnte en laquelle nous avions placé beaucoup d'espoir. Mais finalement elle nous a déçus quand elle a accepté les 1300 DA comme prime de documentation mensuelle. Et puis nous avons le droit de ne pas faire partie des syndicats existants et même de ne pas adhérer à quelque syndicat que ce soit si nous jugeons qu'il ne sert pas l'intérêt de l'enseignement.» Que pensent les enseignants de Boubekeur Benbouzid, lequel vient de déclarer à la Chaîne III qu'il est disposé à recevoir les enseignants en tant qu'enseignants, mais pas en tant que coordination? «C'est un jeu de mots» rétorque Osmane, le porte-parole de la Coordination qui venait juste d'arriver. «Si Benbouzid veut parler avec la CGT (Confédération générale des travailleurs, syndicat de France, Ndlr) qu'il le fasse, mais nous voulons qu'il réponde à nos revendications. Le ministre s'habille de coercition administrative parce qu'il est sur la défensive», estime Osmane. Et son camarade de renchérir: «Le ministre français de l'Education quand il a entendu parler de grève est descendu dans la rue, Benbouzid lui se prend pour le Seigneur en restant dans sa tour d'ivoire.» Retour au lycée El-Idrissi, même mouvement de grève. «Il faut présenter un ordre de mission établi par l'Académie d'Alger pour pouvoir entrer», nous déclare la réceptionniste.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.