Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Hasnaoui Amechtouh annonce son retour
SON NOUVEL ALBUM SORTIRA EN SEPTEMBRE PROCHAIN
Publié dans L'Expression le 31 - 05 - 2011


Le fils spirituel de Cheikh El Hasnaoui
Le verbe puisé du quotidien des petites gens, jaillit des tripes de l'artiste comme l'éruption d'un volcan.
Bonne nouvelle pour les férus de chaâbi. El Hasnaoui Amechtouh, de son vrai nom Madjid Aït Rahman, revient avec un nouvel album. «C´est un album qui contient 8 titres», a déclaré, récemment, El Hasnaoui Amechtouh, en marge de la conférence sur «La chanson kabyle: entre histoire et défis».
Cette conférence a eu lieu samedi dernier à l´Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l´information d´Alger. Le nouveau produit du fils spirituel de Cheikh El Hasnaoui sera sur le marché en septembre prochain.
L´album aborde plusieurs thème liés à la condition humaine. Le verbe puisé du quotidien des petites gens, jaillit des tripes de l´artiste en une irruption volcanique. Il décrit, sans concession une réalité nationale triste. «Le rouge et le noir ne s´épousent-ils pas?» s´interrogeait le géant Jacques Brel dans sa chanson mythique Ne me quitte pas. Chez El Hasnaoui Amechtouh, le rouge est celui du sang d´un peuple, le sien, meurtri par «les loups qui habitent la nuit».
Le noir évoque une réalité obscure. Celle d´une nation prise au piège d´une identité nationale et plurielle non assumée. Né en 1953, à Larba Nath Ouacif, en haute Kabylie, Madjid Aït Rahmane quitte son village natal pour Alger, à l´âge de 5 ans. «Mon père m´a emmené à la Casbah dès ma prime enfance. C´est dans ce berceau du chaâbi que j´ai grandi», se souvient El Hasnaoui Amechtouh.
L´enfant est d´une sensibilité rare. Son âme vibre à l´écoute des chouyoukh, mais la flamme de son coeur sera allumée uniquement par le Maître Cheikh El Hasnaoui. Le style raffiné du Cheikh le subjugue.
En plus, le timbre vocal du jeune Madjid rappelle, merveilleusement, celui du Cheikh. Ses débuts dans la chanson remontent au milieu des années 1970. «En 1975, j´ai enregistré mes deux premiers titres: A Montparnasse et Zahia hemleghkem, Rebbi y ezra (Montparnasse et Zahia, je t´aime, Dieu en est témoin)», raconte El Hasnaoui Amechtouh. Sa voix retentit, ainsi, au studio de Mahboub Bati, de la Rue Hoche (Alger). A l´époque, des mélomanes et professionnels de la musique lui suggèrent de reprendre les titres d´anthologie de Cheikh El Hasnaoui. La responsabilité est lourde. Seulement, la détermination du jeune Madjid peut soulever des montagnes. Il prend ce chemin sinueux. A la surprise des spécialistes, son interprétation plaît...au Maître, lui-même.
«Je suis allé voir Cheikh El Hasnaoui en avril 1979. il m´a reçu à Nice», se souvient El Hasnaoui Amechtouh. De cette rencontre, il garde un souvenir qui l´a profondément marqué. Suivons son récit...Le jeune Madjid revoit encore les traits du Cheikh, son regard profond et rêveur. Il revoit cette lueur d´espoir dans ses yeux. «A l´évidence, je demeure vivant dans l´imaginaire des miens (Zighen Ur Muttegh ara)», lui dit le Maître, qui avait rompu avec la chanson, des années auparavant. Et le Cheikh d´administrer une ultime leçon d´art à son élève: «L´art, si tu le respectes, il te le rendra. Si tu le méprises, il te laisse pour ce que tu es.»
L´élève a retenu la leçon. Preuve en est, il est resté égal à lui-même. Mieux, il a assuré la relève en rajeunissant son orchestre. Son fils Nassim, percussionniste, figure parmi ses accompagnateurs. Ils forment un duo de charme avec Touri, au tar. L´histoire d´El Hasnaoui Amechtouh avec l´art continue. «Je suis invité à Stockholm (Suède) en juillet et à l´Ille de la Réunion (après le Ramadhan), dans le cadre des hommages rendus à Cheikh El Hasnaoui», a-t-il annoncé. L´étoile d´El Hasnaoui Amechtouh brille dans le ciel de la musique chaâbie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.