Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les juifs «remercient» leurs larbins
Publié dans L'Expression le 23 - 11 - 2011

C'est Israël qui a fomenté et mené la déstabilisation de la Libye. L'aveu vient de Bernard-Henri Lévy qui a déclaré, haut et fort, depuis la tribune du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) dimanche dernier. «C'est en tant que juif que j'ai participé à cette aventure (agression militaire contre la Libye, Ndlr) politique...Je ne l'aurais pas fait si je n'avais pas été juif», a péroré BHL dont la nationalité française est plus vraie que sa fausse qualité de philosophe. A tous les larbins qui font de la différence entre sioniste et juif un sauf-conduit pour la notoriété et la gloire éphémères, Bernard-Henri Lévy a cloué le bec en une seule phrase: «J'ai porté en étendard ma fidélité à mon nom (Lévy) et ma fidélité au sionisme et à Israël», leur a-t-il lancé dans un signal annonciateur de leur «fin de mission». Qu'Israël est derrière le drame du peuple libyen n'a rien d'une révélation. Comme il est clair qu'il le soit également dans la tentative de faire subir la même chose au peuple syrien et qu'il projette le même drame pour les Iraniens. On a envie de dire que c'est de bonne guerre. Que BHL revendique sa judéité par le nom qu'il porte et qui est inséparable de l'idéologie sioniste, elle-même inséparable de la fidélité à Israël, honnêtement, c'est tout à son honneur. Dans le cas contraire, il aurait été un traître. Tous les juifs pensent comme lui, même s'ils ne le disent pas aussi clairement pour des raisons tactiques évidentes. L'intérêt de cette brusque revendication de BHL est son effet de gifle magistrale donnée à tous les collaborateurs d'Israël à travers le monde qui trahissaient les intérêts supérieurs de leur propre nation contre une gratification qui, désormais, semble retirée. De toute évidence, nous assistons à la fin d'une époque du juif qui devait raser les murs pour oeuvrer à l'expansion de l'identité juive et que Michel Drucker, cet animateur télé français, a rappelée en citant les recommandations que lui a faites son père dès sa prime enfance. Une nouvelle époque du juif luttant à visage découvert dont le point de départ a été donné par Benjamin Netanyahu en déclarant, devant l'Aipac (American Israel Public Affairs Committee) le puissant lobby juif américain, à Washington en mars 2010, que «le peuple juif a construit Jérusalem il y a 3000 ans et le peuple juif construit Jérusalem aujourd'hui». Le message est si bien passé que Daniel Cohn Bendit, l'animateur principal de la révolution de mai 1968 en France, est passé à la provocation pure et dure en défiant la chargée des affaires diplomatiques européennes, Catherine Ashton, d'avoir le courage de condamner Israël et ne plus se contenter «de faire des prières» pour dire son désaccord avec la poursuite de la colonisation de l'Etat hébreu. Une provocation qui peut se résumer par «chiche, faites-le!». La pauvre Ashton s'est contentée d'un sourire gêné devant l'humiliation. Et maintenant, c'est le tour de BHL de revendiquer de manière péremptoire son fait d'armes en Libye. Comme un bras d'honneur à toute la communauté internationale (ONU, CPI, etc.), ses règles et sa justice avec lesquelles elle croit régir le monde. En Libye, «l'aventure» que revendique BHL a fait des centaines de milliers de morts. Il clame sa culpabilité et personne ne bronche. Personne! Ni les instances internationales. Ni les intellectuels ou se réclamant de ce statut.
Le larbinisme dans lequel ils se sont enfoncés jusqu'au cou ne leur permet que de baisser encore plus la tête. Cohn Bendit, BHL et les autres ténors juifs peuvent taper encore plus fort sur leurs collaborateurs d'hier. Des collaborateurs qui, rejetés par l'humanité, sont maintenant «invités» à prendre la place du «juif errant» dans l'histoire. Juste place!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.