Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les juifs «remercient» leurs larbins
Publié dans L'Expression le 23 - 11 - 2011

C'est Israël qui a fomenté et mené la déstabilisation de la Libye. L'aveu vient de Bernard-Henri Lévy qui a déclaré, haut et fort, depuis la tribune du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) dimanche dernier. «C'est en tant que juif que j'ai participé à cette aventure (agression militaire contre la Libye, Ndlr) politique...Je ne l'aurais pas fait si je n'avais pas été juif», a péroré BHL dont la nationalité française est plus vraie que sa fausse qualité de philosophe. A tous les larbins qui font de la différence entre sioniste et juif un sauf-conduit pour la notoriété et la gloire éphémères, Bernard-Henri Lévy a cloué le bec en une seule phrase: «J'ai porté en étendard ma fidélité à mon nom (Lévy) et ma fidélité au sionisme et à Israël», leur a-t-il lancé dans un signal annonciateur de leur «fin de mission». Qu'Israël est derrière le drame du peuple libyen n'a rien d'une révélation. Comme il est clair qu'il le soit également dans la tentative de faire subir la même chose au peuple syrien et qu'il projette le même drame pour les Iraniens. On a envie de dire que c'est de bonne guerre. Que BHL revendique sa judéité par le nom qu'il porte et qui est inséparable de l'idéologie sioniste, elle-même inséparable de la fidélité à Israël, honnêtement, c'est tout à son honneur. Dans le cas contraire, il aurait été un traître. Tous les juifs pensent comme lui, même s'ils ne le disent pas aussi clairement pour des raisons tactiques évidentes. L'intérêt de cette brusque revendication de BHL est son effet de gifle magistrale donnée à tous les collaborateurs d'Israël à travers le monde qui trahissaient les intérêts supérieurs de leur propre nation contre une gratification qui, désormais, semble retirée. De toute évidence, nous assistons à la fin d'une époque du juif qui devait raser les murs pour oeuvrer à l'expansion de l'identité juive et que Michel Drucker, cet animateur télé français, a rappelée en citant les recommandations que lui a faites son père dès sa prime enfance. Une nouvelle époque du juif luttant à visage découvert dont le point de départ a été donné par Benjamin Netanyahu en déclarant, devant l'Aipac (American Israel Public Affairs Committee) le puissant lobby juif américain, à Washington en mars 2010, que «le peuple juif a construit Jérusalem il y a 3000 ans et le peuple juif construit Jérusalem aujourd'hui». Le message est si bien passé que Daniel Cohn Bendit, l'animateur principal de la révolution de mai 1968 en France, est passé à la provocation pure et dure en défiant la chargée des affaires diplomatiques européennes, Catherine Ashton, d'avoir le courage de condamner Israël et ne plus se contenter «de faire des prières» pour dire son désaccord avec la poursuite de la colonisation de l'Etat hébreu. Une provocation qui peut se résumer par «chiche, faites-le!». La pauvre Ashton s'est contentée d'un sourire gêné devant l'humiliation. Et maintenant, c'est le tour de BHL de revendiquer de manière péremptoire son fait d'armes en Libye. Comme un bras d'honneur à toute la communauté internationale (ONU, CPI, etc.), ses règles et sa justice avec lesquelles elle croit régir le monde. En Libye, «l'aventure» que revendique BHL a fait des centaines de milliers de morts. Il clame sa culpabilité et personne ne bronche. Personne! Ni les instances internationales. Ni les intellectuels ou se réclamant de ce statut.
Le larbinisme dans lequel ils se sont enfoncés jusqu'au cou ne leur permet que de baisser encore plus la tête. Cohn Bendit, BHL et les autres ténors juifs peuvent taper encore plus fort sur leurs collaborateurs d'hier. Des collaborateurs qui, rejetés par l'humanité, sont maintenant «invités» à prendre la place du «juif errant» dans l'histoire. Juste place!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.