JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les réactions de l'Occident ont des motifs politiques»
NUCLEAIRE IRANIEN
Publié dans L'Expression le 11 - 01 - 2012

«Toutes les activités nucléaires de l'Iran, notamment l'enrichissement d'uranium à Natanz et Fordo, sont sous la surveillance des inspecteurs de l'Aiea, a déclaré Ali Asghar Soltanieh.
L'Iran a rejeté hier les critiques des Etats-Unis et de pays européens ayant qualifié de «provocation» l'annonce de l'enrichissement d'uranium dans le nouveau site de Fordo, estimant que leurs motivations étaient politiques. «Toutes les activités nucléaires de l'Iran, notamment l'enrichissement d'uranium à Natanz et Fordo, sont sous la surveillance des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et les caméras de l'Agence surveillent 24 heures sur 24 ces activités», a déclaré Ali Asghar Soltanieh, représentant de l'Iran auprès de l'AIEA, cité hier par l'agence Isna. «Les réactions (des Occidentaux, ndlr) sont exagérées et ont des motivations politiques», a-t-il ajouté affirmant que ces activités étaient purement pacifiques. L'AIEA a confirmé lundi que l'Iran avait commencé la production d'uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo, situé à 150 km au sud-ouest de Téhéran, non loin de la ville de Qom. Il est enfoui sous une montagne et difficile à attaquer militairement. L'Agence internationale a précisé que «tout le matériel nucléaire dans l'installation reste sous la surveillance de l'agence», selon un bref communiqué. Le Site de Fordo peut contenir jusqu'à 3000 centrifugeuses.
L'Iran possède déjà 8000 centrifugeuses sur le site de Natanz, situé dans le centre du pays. Les Etats-Unis ont dénoncé lundi «une nouvelle escalade dans la violation des obligations en matière de nucléaire» de l'Iran. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a parlé d'un «pas supplémentaire dans l'escalade». De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, s'est dit «extrêmement déçu» par la décision de Téhéran, alors que la France a évoqué «une violation supplémentaire et particulièrement grave par l'Iran du droit international». L'existence «des installations d'enrichissement de Fordo a été annoncée il y a deux ans à l'AIEA qui a surveillé depuis toutes les étapes notamment l'installation de centrifugeuses» dans le site, a déclaré M.Soltanieh. Il a ajouté que «l'uranium enrichi à 20% est destiné à la production du combustible pour le réacteur de Téhéran qui sert à produire des radio-isotopes». «Par conséquent, les activités du réacteur de Téhéran et la fourniture du combustible pour ce réacteur ont un objectif pacifique et humanitaire», a-t-il précisé. Le réacteur de 5 mégawatts de Téhéran produit des radio-isotopes utilisés contre le cancer. Après l'échec des négociations avec les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sur la fourniture du combustible pour ce réacteur, l'Iran s'est lancé dans un programme pour enrichir l'uranium à 20% et produire lui-même ce combustible. L'uranium enrichi à moins de 20% est utilisé uniquement à des fins civiles mais si l'enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique. L'enrichissement d'uranium est au coeur du conflit opposant depuis plusieurs années l'Iran à la communauté internationale, qui craint que le programme nucléaire iranien n'ait des objectifs militaires en dépit des dénégations répétées de Téhéran. Le Conseil de sécurité de l'ONU a déjà voté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, pour contraindre les Iraniens à suspendre l'enrichissement. Contrairement aux pays occidentaux, la Russie et la Chine s'opposent à de nouvelles sanctions et pressions contre Téhéran.
Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a affirmé dimanche que l'Iran n'était pas en train de «développer une arme atomique». L'Iran s'est déclaré prêt à reprendre les négociations nucléaires avec les puissances du groupe 5+1. Mais la chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, a déclaré qu'elle attendait toujours une lettre écrite de la République islamique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.