PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Voici les raisons de la crise»
LE SNAPO PARLE D'UNE PENURIE QUI TOUCHE 150 À 200 MEDICAMENTS
Publié dans L'Expression le 05 - 06 - 2012

Les pharmaciens ont ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments
Ce syndicat situe les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution...
La pénurie du médicament fait encore parler d'elle! Le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) désavoue sa tutelle en affirmant que la crise du médicament est persistante. «La crise du médicament est bien là», a lancé, comme un pavé dans la mare, le président du Snapo, Messaoud Belambri, lors de son intervention dans l'émission quotidienne de la Radio nationale Chaîne III «L'invité de la rédaction». Pour M.Belambri, la situation au niveau des pharmacies reste perturbée.
«Elle est toujours touchée par l'indisponibilité de certains médicaments», affirme-t-il, avant d'ajouter que cette pénurie touche presque 200 médicaments!
«Au bas mot, je dirais qu'aujourd'hui il y a un manque de près de 150 médicaments et un peu plus de 70 DCI (Dénomination commune internationale)», assure-t-il en indiquant que cette pénurie dure depuis plus de trois ans. «Il faut comprendre qu'il y a plusieurs facettes de rupture», souligne le président du Snapo. «Il y a des médicaments qui rentrent en quantités insuffisantes. Ce qui fait qu'ils apparaissent sur le marché pour quelque temps mais disparaissent très vite», explique-t-il. «Il y a d'autres qu'on trouve difficilement après plusieurs semaines de recherche», poursuit-il pour mieux comprendre ces tensions. Cette situation a, selon, M.Belambri, provoqué la lassitude au niveau de la profession. «On se retrouve à vendre du para-pharmaceutique pour remplacer certains médicaments», peste-t-il. «Mais ces derniers n'ont pas les mêmes effets, étant donné qu'ils ne sont pas des médicaments», ajoute-t-il. Les pharmaciens ont donc ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments. Mais qui est donc responsable de cette situation? Le président du Snapo ne s'est pas fait prier pour répondre à la question. «Nous situons les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution», certifie-t-il. «Oui, même au niveau de la production, il y a des manquements, vu que certains producteurs manquent de matières premières», rajoute-t-il. «Je ne sais pas s'ils ne s'y prennent pas à temps ou c'est à cause de la demande qui a augmenté par rapport à leurs prévisions; mais une chose est sûre, ils n'arrivent plus à satisfaire la demande», réplique-t-il. Messaoud Belambri est également revenu sur la distribution. «Il y a une mauvaise distribution, une mauvaise couverture. Il y a même des rétentions de stocks», atteste-t-il. Les lobbys sont donc pour lui une réalité. «Oui, il y a monopole de certains distributeurs qui dictent leurs lois aux producteurs nationaux et même aux grands laboratoires mondiaux qui avouent, d'eux-mêmes, que ces distributeurs ont le droit de vie ou de mort sur certains produits», témoigne M.Belambri. «Il y a des comportements non déontologiques qui sévissent au niveau de toute cette chaîne. Celle-ci répond uniquement aux règles économiques, financières et commerciales, la déontologie est mise de côté!», dénonce-t-il. C'est ainsi qu'il estime que la crise du médicament est la conjugaison de tous ces facteurs. Quelles sont alors les solutions adéquates pour se débarrasser de ce problème qui perdure? Le Snapo appelle le ministère de la Santé a une «réforme profonde en association avec tous les acteurs au sein de ce marché», clame-t-il. «C'est le moment de tirer un trait sur le système prévisionnel et de programme d'importation», suggère-t-il surtout qu'il précise que ce programme n'est pas toujours respecté par les opérateurs. «Il faut donc une réforme profonde. Des outils pour la régulation. Mais surtout appliquer la loi sur l'agence du médicament», garantit-il tout en rappelant l'urgence de lancer cette agence. «Ce n'est pas la solution miracle, mais elle permettra un tant soit peu de stabiliser et réguler le marché», explique-il. Enfin, le président du Snapo appelle à une révision des marges bénéficiaires des pharmaciens car, dit-il, ils n'arrivent plus à s'en sortir. «Beaucoup de mes confrères ont fermé boutique et d'autres songent à leur emboîter le pas», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.