Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Crackers fromage-noix    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Voici les raisons de la crise»
LE SNAPO PARLE D'UNE PENURIE QUI TOUCHE 150 À 200 MEDICAMENTS
Publié dans L'Expression le 05 - 06 - 2012

Les pharmaciens ont ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments
Ce syndicat situe les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution...
La pénurie du médicament fait encore parler d'elle! Le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) désavoue sa tutelle en affirmant que la crise du médicament est persistante. «La crise du médicament est bien là», a lancé, comme un pavé dans la mare, le président du Snapo, Messaoud Belambri, lors de son intervention dans l'émission quotidienne de la Radio nationale Chaîne III «L'invité de la rédaction». Pour M.Belambri, la situation au niveau des pharmacies reste perturbée.
«Elle est toujours touchée par l'indisponibilité de certains médicaments», affirme-t-il, avant d'ajouter que cette pénurie touche presque 200 médicaments!
«Au bas mot, je dirais qu'aujourd'hui il y a un manque de près de 150 médicaments et un peu plus de 70 DCI (Dénomination commune internationale)», assure-t-il en indiquant que cette pénurie dure depuis plus de trois ans. «Il faut comprendre qu'il y a plusieurs facettes de rupture», souligne le président du Snapo. «Il y a des médicaments qui rentrent en quantités insuffisantes. Ce qui fait qu'ils apparaissent sur le marché pour quelque temps mais disparaissent très vite», explique-t-il. «Il y a d'autres qu'on trouve difficilement après plusieurs semaines de recherche», poursuit-il pour mieux comprendre ces tensions. Cette situation a, selon, M.Belambri, provoqué la lassitude au niveau de la profession. «On se retrouve à vendre du para-pharmaceutique pour remplacer certains médicaments», peste-t-il. «Mais ces derniers n'ont pas les mêmes effets, étant donné qu'ils ne sont pas des médicaments», ajoute-t-il. Les pharmaciens ont donc ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments. Mais qui est donc responsable de cette situation? Le président du Snapo ne s'est pas fait prier pour répondre à la question. «Nous situons les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution», certifie-t-il. «Oui, même au niveau de la production, il y a des manquements, vu que certains producteurs manquent de matières premières», rajoute-t-il. «Je ne sais pas s'ils ne s'y prennent pas à temps ou c'est à cause de la demande qui a augmenté par rapport à leurs prévisions; mais une chose est sûre, ils n'arrivent plus à satisfaire la demande», réplique-t-il. Messaoud Belambri est également revenu sur la distribution. «Il y a une mauvaise distribution, une mauvaise couverture. Il y a même des rétentions de stocks», atteste-t-il. Les lobbys sont donc pour lui une réalité. «Oui, il y a monopole de certains distributeurs qui dictent leurs lois aux producteurs nationaux et même aux grands laboratoires mondiaux qui avouent, d'eux-mêmes, que ces distributeurs ont le droit de vie ou de mort sur certains produits», témoigne M.Belambri. «Il y a des comportements non déontologiques qui sévissent au niveau de toute cette chaîne. Celle-ci répond uniquement aux règles économiques, financières et commerciales, la déontologie est mise de côté!», dénonce-t-il. C'est ainsi qu'il estime que la crise du médicament est la conjugaison de tous ces facteurs. Quelles sont alors les solutions adéquates pour se débarrasser de ce problème qui perdure? Le Snapo appelle le ministère de la Santé a une «réforme profonde en association avec tous les acteurs au sein de ce marché», clame-t-il. «C'est le moment de tirer un trait sur le système prévisionnel et de programme d'importation», suggère-t-il surtout qu'il précise que ce programme n'est pas toujours respecté par les opérateurs. «Il faut donc une réforme profonde. Des outils pour la régulation. Mais surtout appliquer la loi sur l'agence du médicament», garantit-il tout en rappelant l'urgence de lancer cette agence. «Ce n'est pas la solution miracle, mais elle permettra un tant soit peu de stabiliser et réguler le marché», explique-il. Enfin, le président du Snapo appelle à une révision des marges bénéficiaires des pharmaciens car, dit-il, ils n'arrivent plus à s'en sortir. «Beaucoup de mes confrères ont fermé boutique et d'autres songent à leur emboîter le pas», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.