Juventus.. Ronaldo dément son départ    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    L'avis de trois personnalités    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'ex-Premier ministre Ouyahia et le ministre des Finances Loukal devant la justice ?    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Début du référendum constitutionnel en Egypte    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    En hommage aux 126 martyrs    Chiheb torpille Ouyahia    Deux médecins et un pharmacien dans le collimateur    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Voici les raisons de la crise»
LE SNAPO PARLE D'UNE PENURIE QUI TOUCHE 150 À 200 MEDICAMENTS
Publié dans L'Expression le 05 - 06 - 2012

Les pharmaciens ont ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments
Ce syndicat situe les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution...
La pénurie du médicament fait encore parler d'elle! Le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) désavoue sa tutelle en affirmant que la crise du médicament est persistante. «La crise du médicament est bien là», a lancé, comme un pavé dans la mare, le président du Snapo, Messaoud Belambri, lors de son intervention dans l'émission quotidienne de la Radio nationale Chaîne III «L'invité de la rédaction». Pour M.Belambri, la situation au niveau des pharmacies reste perturbée.
«Elle est toujours touchée par l'indisponibilité de certains médicaments», affirme-t-il, avant d'ajouter que cette pénurie touche presque 200 médicaments!
«Au bas mot, je dirais qu'aujourd'hui il y a un manque de près de 150 médicaments et un peu plus de 70 DCI (Dénomination commune internationale)», assure-t-il en indiquant que cette pénurie dure depuis plus de trois ans. «Il faut comprendre qu'il y a plusieurs facettes de rupture», souligne le président du Snapo. «Il y a des médicaments qui rentrent en quantités insuffisantes. Ce qui fait qu'ils apparaissent sur le marché pour quelque temps mais disparaissent très vite», explique-t-il. «Il y a d'autres qu'on trouve difficilement après plusieurs semaines de recherche», poursuit-il pour mieux comprendre ces tensions. Cette situation a, selon, M.Belambri, provoqué la lassitude au niveau de la profession. «On se retrouve à vendre du para-pharmaceutique pour remplacer certains médicaments», peste-t-il. «Mais ces derniers n'ont pas les mêmes effets, étant donné qu'ils ne sont pas des médicaments», ajoute-t-il. Les pharmaciens ont donc ras-le-bol de ces tensions qui touchent les médicaments. Mais qui est donc responsable de cette situation? Le président du Snapo ne s'est pas fait prier pour répondre à la question. «Nous situons les défaillances à tous les niveaux: l'importation, la production et la distribution», certifie-t-il. «Oui, même au niveau de la production, il y a des manquements, vu que certains producteurs manquent de matières premières», rajoute-t-il. «Je ne sais pas s'ils ne s'y prennent pas à temps ou c'est à cause de la demande qui a augmenté par rapport à leurs prévisions; mais une chose est sûre, ils n'arrivent plus à satisfaire la demande», réplique-t-il. Messaoud Belambri est également revenu sur la distribution. «Il y a une mauvaise distribution, une mauvaise couverture. Il y a même des rétentions de stocks», atteste-t-il. Les lobbys sont donc pour lui une réalité. «Oui, il y a monopole de certains distributeurs qui dictent leurs lois aux producteurs nationaux et même aux grands laboratoires mondiaux qui avouent, d'eux-mêmes, que ces distributeurs ont le droit de vie ou de mort sur certains produits», témoigne M.Belambri. «Il y a des comportements non déontologiques qui sévissent au niveau de toute cette chaîne. Celle-ci répond uniquement aux règles économiques, financières et commerciales, la déontologie est mise de côté!», dénonce-t-il. C'est ainsi qu'il estime que la crise du médicament est la conjugaison de tous ces facteurs. Quelles sont alors les solutions adéquates pour se débarrasser de ce problème qui perdure? Le Snapo appelle le ministère de la Santé a une «réforme profonde en association avec tous les acteurs au sein de ce marché», clame-t-il. «C'est le moment de tirer un trait sur le système prévisionnel et de programme d'importation», suggère-t-il surtout qu'il précise que ce programme n'est pas toujours respecté par les opérateurs. «Il faut donc une réforme profonde. Des outils pour la régulation. Mais surtout appliquer la loi sur l'agence du médicament», garantit-il tout en rappelant l'urgence de lancer cette agence. «Ce n'est pas la solution miracle, mais elle permettra un tant soit peu de stabiliser et réguler le marché», explique-il. Enfin, le président du Snapo appelle à une révision des marges bénéficiaires des pharmaciens car, dit-il, ils n'arrivent plus à s'en sortir. «Beaucoup de mes confrères ont fermé boutique et d'autres songent à leur emboîter le pas», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.