Feux de forêt: 37 morts, poursuite des efforts pour endiguer les flammes    Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Menaces sur la liberté d'expression dans l'audiovisuel tunisien
Publié dans L'Expression le 29 - 08 - 2012

«Lotfi Zeitoun, le conseiller du Premier ministre, m'a dit que trois minutes de Guignols faisaient plus de tort au gouvernement que toute l'opposition.» Sami Fehri
Alors qu'on pensait que la révolution arabe du Jasmin allait donner la liberté d'expression plus large pour la Tunisie, c'est l'effet inverse qui est en train de se produire dans ces soi-disant pays libérés de la dictature. Le producteur, animateur et patron d'Ettounisya TV, Sami Fehri, l'a appris à ses dépens, puisqu'il vient de faire l'objet d'un mandat de dépôt délivré dans une affaire de détournement de biens sous l'ère Ben Ali. À l'époque, il partageait sa société actuelle, Cactus Production, avec Belhassen Trabelsi, frère de Leïla Trabelsi. Mais pour Fehri, cette affaire est surtout la conséquence d'une émission de satire politique, les Guignols de l'info, retirée de l'antenne d'Ettounisya TV après, des «pressions» du pouvoir dominé par le parti islamiste Ennahda. Tout en critiquant vivement les Guignols, les autorités assurent que l'émission est étrangère aux déboires judiciaires de M.Fehri, un ancien associé de Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali, en fuite au Canada. Le puissant conseiller du chef du gouvernement, Lofti Zitoune, proclame ainsi que Sami Fehri est «un criminel» et «un symbole de l'ancien régime, impliqué dans la corruption, qui doit rembourser des sommes considérables à l'Etat». Cette affaire a soulevé un tollé en Tunisie et même chez les anciens adversaires de Fehri. C'est le cas du patron de Nessma TV, Nabil Karoui, qui a été victime des Guignols de l'info de la chaîne Ettounisya TV et dont la chaine vient de publier un communiqué dans lequel elle a dénoncé toute tentative visant à limiter la liberté d'expression, et ce devant les pressions qui ciblent le secteur médiatique. Elle a affirmé également sa solidarité avec toutes les institutions médiatiques menacées dans leur liberté, en appelant les structures de l'Etat à conserver cette liberté. Nessma a appelé également à doter le secteur d'un cadre juridique adéquat et à respecter le travail journalistique, tout en considérant le secteur médiatique comme un véritable quatrième pouvoir servant à renforcer les bases de l'édifice républicain. Nessma TV, qui avait été la première télévision tunisienne à faire les frais de la justice islamiste du gouvernement Ghannouchi avec l'affaire Persepolis, défend la liberté d'expression là où elle est touchée. De son côté, le Snjt insiste sur la poursuite de l'ouverture des dossiers de corruption dans le secteur de l'information et des coupables, mais est surpris que le mandat de dépôt contre Fehri coïncide avec l'arrêt de l'émission des Guignols. «L'emploi de la justice et l'intervention du gouvernement pour faire pression sur des médias sont un coup porté à la liberté d'expression», s'indigne le Snjt. Mais selon certaines sources, cette affaire des Guignols est montée de toute pièce par Fehri pour justement échapper à la justice dans les affaires de corruption. En tous les cas, cette nouvelle affaire démontre que la liberté d'expression en Tunisie est plus que jamais menacée.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.