Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le haut-fourneau d'ArcelorMittal reprend du service
DIRECTION ET TRAVAILLEURS SONT PARVENUS À UN ACCORD
Publié dans L'Expression le 15 - 11 - 2012

Après trois jours d'arrêt de travail et des pertes importantes, les travailleurs d'ArcelorMittal mettent fin à leur grève.
Des sources provenant du complexe sidérurgique d'ArcelorMittal d'El Hadjar à Annaba ont indiqué qu'une réunion s'est tenue hier en début d'après-midi entre la direction générale et les représentants des travailleurs aboutissant à un dénouement du conflit. L'accord porte sur la réintégration de six employés suspendus. Cela a été suivi par un autre accord sur l'abandon de la grève. La direction générale s'est engagée à prendre en charge les doléances des contestataires. Pendant trois jours, le bras de fer a opposé les travailleurs de l'unité du haut-fourneau à la direction générale.
Le mouvement était motivé par plusieurs revendications dont la demande de versement de l'augmentation des salaires à hauteur de 4% comme promis par la direction de l'entreprise. Il y a eu aussi d'autres revendications socioprofessionnelles. Le mouvement s'est soldé par 3 millions de dollars de pertes, tribut de trois jours de grève. Direction et travailleurs finissent par trouver un terrain d'entente. Le mouvement de grève était engagé par les travailleurs de cette unité névralgique de
l'usine sidérurgique, à savoir le haut-fourneau.
Une action qualifiée d'illégale par la direction générale du complexe d'El Hadjar. Car, et selon un communiqué rendu public par la direction générale d'ArcelorMittal/Annaba, et dont nous détenons une copie, ce débrayage s'engage au mépris des règles et procédures légales et dont les motifs sont infondés et peu compréhensibles. Les conséquences de ce mouvement de revendication, mettraient inévitablement cette unité du complexe, le haut-fourneau en l'occurrence, devant des risques de blocage, car, au-delà du huitième jour d'arrêt, la fonte liquide qui est à l'intérieur du creuset commencera à se solidifier entraînant ainsi le blocage du HF2 pour une longue période avec toutes les répercussions sur l'activité globale de l'usine. Les retombées financières de cette situation sont estimées à un million de dollars par jour.
Pour rappel, le haut-fourneau avait été mis à l'arrêt le 11 du mois en cours. Un arrêt volontaire, intervenu suite à une opération de maintenance planifiée et pour assurer son approvisionnement en coke. Une opportunité saisie par les travailleurs qui ont décidé le non-redémarrage de l'unité, signe de revendication. Un fait qui vient pénaliser encore une fois les résultats d'un bimestre plus que satisfaisant pour l'entreprise ArcelorMittal, qui a enregistré avec satisfaction, durant les mois de septembre et octobre 2012, des signes réels de relance dans la production et notamment une stabilité dans l'activité fonte. Une stabilité qui n'a été que de courte durée.
Par ailleurs, il est à noter que cette unité, le HF2 en l'occurrence est en fin de campagne, et ne peut plus résister aux nombreuses perturbations. Elle doit impérativement être ménagée jusqu'à sa réhabilitation, prévue dans le cadre du plan d'investissement global de 2014.
Au risque de voir l'entreprise coincée dans une zone de haute perturbation financière, la direction générale, a décidé d'engager toutes les procédures juridiques afin d'éviter de compromettre la productivité de l'entreprise, mais surtout éviter de mettre en péril 6000 salariés sans compter les mines et les sous-traitants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.