Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Créateurs, exprimez-vous
GALERIE ARTS EN LIBERTE
Publié dans L'Expression le 12 - 01 - 2004

Un espace ouvert aux artistes créateurs et artisans qui travaillent l'esprit et la matière en toute liberté...
Arts en liberté est le nom d'une nouvelle galerie d'art fraîchement inaugurée le week-end dernier à Kouba, au 8, rue Djenane Bendanoune plus précisément. Dirigée par Mme Ouahiba Adjali, une ex-matheuse et passionnée d'art, cette galerie se veut une vitrine pour les artisans d'art et les plasticiens, un espace d'expression pour leur création en toute liberté. «On voulait faire autre chose qu'une galerie habituelle, traditionnelle. On s'est énormément intéressé à l'artisanat d'art», nous a confié la propriétaire de la galerie. Celle-ci est en effet, structurée en deux parties, l'une dédiée à l'artisanat d'art, à la présentation d'objets travaillés manuellement comme la poterie, le fer forgé, le bois, la mosaïque de marbre mais aussi le zelidje, le raphia qui sont des matériaux sans frontière. On y trouve ainsi, des produits africains fabriqués un peu partout au Maroc, en Algérie... «On voudrait mélanger les arts avec le travail des matières nobles », nous explique-t-on. L'autre partie de cette charmante galerie ou plutôt, sa seconde vocation est l'exposition des oeuvres d'artistes aussi bien dans le domaine de la peinture que de la sculpture. C'est en tout cas, un appel lancé aux artistes et aux artisans d'art pour venir travailler ici, en toute harmonie et liberté. L'endroit est en effet, tout indiqué. Lorsque vous visitez pour la première fois la galerie, votre regard est happé par cette multitude d'objets aux formes harmonieuses et aux couleurs chatoyantes. Des paravents en fer forgé, des jolies tables sculptées, des chaises en bois, des lampes au design original...en somme, des objets patiemment façonnés à la manière traditionnelle dans des matières les plus nobles avec un design alliant qualité, esthétique et raffinement. «J'aime beaucoup le travail des matériaux, car il a été délaissé dans notre pays. L'artisanat d'art n'a pas trouvé la place qui lui permet de s'épanouir et c'est pour ça que je me suis mise dans ce créneau particulier. L'artisanat est un peu le parent pauvre en Algérie. On n'en entend pas beaucoup parler», explique Mme Adjali et de se demander «pourquoi les pays riverains qui sont nos voisins continuent à façonner et à fabriquer leurs produits, leurs meubles à la mode ancienne ? Des produits qu'ils utilisent dans leur vie quotidienne». En effet, Arts en liberté comme le dit son nom, bannit les frontières et les tabous dans sa quête de talent et d'idées. L'art est fait d'innovation et de subtilité. Et sauvegarder notre patrimoine algérois, commun en fin de compte aux pays du Maghreb, est le sacerdoce de cette galerie. Le fer forgé qui habille en partie des objets d'art exposés, témoigne en effet, du talent extraordinaire et du doigté de ceux qui l'ont fabriqué. Un métier séculaire qui doit reprendre chez nous ses lettres de noblesse à l'image de la Tunisie et du Maroc. Car il constitue véritablement une empreinte parlante de notre culture. Une marque de notre civilisation. Le miroir de notre patrimoine. «Imprégner sur la touche artisanale un peu de modernité» est le but de Mme Adjali. Autrement dit, travailler de façon artisanale peut très bien nous faire faire de très belles choses, tout en restant dans l'ère du temps. Ce à quoi tend à promouvoir la galerie Arts en liberté. Aussi, celle-ci accorde pour rappel, une attention particulière aux jeunes artistes et leur offre ses espaces, s'ils souhaitent y venir, pour s'y exprimer...dans ce même esprit de liberté, à même de sauvegarder les traces de nos différences culturelles mêlées à la singularité et la richesse de la créativité. A travers le talent et la capacité de surprendre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.