L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Alimentation saine et exercice, la combinaison parfaite    Euro 2020 : Le programme du jour    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mes deux arguments pour Bouteflika"
SAÂDANI LANCE LA CAMPAGNE POUR UN QUATRIÈME MANDAT
Publié dans L'Expression le 27 - 10 - 2013

«Pour l'élection présidentielle, nous allons présenter la candidature du Président»
Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a entamé avant l'heure la campagne électorale pour un quatrième mandat consécutif du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika.
La rencontre régionale des cadres des wilayas du centre du pays qui s'est déroulée, hier à Blida, s'est transformée en véritable meeting électoral en faveur de ce mandat. Alors que l'assistance, nombreuse, commençait à quitter la salle omnisports du complexe Mustapha-Chaker, M.Saâdani élève la voix en sollicitant l'attention des présents: «Pour l'élection présidentielle d'avril 2014, nous allons présenter la candidature du président de notre part, Abdelaziz Bouteflika, pour un 4e mandat.»
Applaudissement général dans la salle. L'orateur élève encore la voix pour expliquer ce choix qui, a-t-il dit, «s'impose de lui-même». Il cite deux raisons.
D'abord le bilan. Si le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé qu'il présentera le bilan des trois mandats de Bouteflika au début de 2014, il semble que le secrétaire général du FLN n'a pas le temps d'attendre. Il s'impatiente et devance tout le monde.
«Nous avons choisi Bouteflika car son bilan depuis son accession au pouvoir en 1999 est positif (il répète le mot par trois fois) dans tous les domaines: politique, économique, social, culturel et diplomatique», a-t-il argué, avant de s'étaler sur les réalisations de Bouteflika. M.Saâdani évoque la construction des autoroutes, des barrages, des chemins de fer, du métro, du tramway, etc. Il cite également la concorde civile et la réconciliation nationale, la levée de l'état d'urgence et la reconnaissance de tamazight comme langue nationale, la réhabilitation des personnalités historiques, etc. Amar Saâdani est allé jusqu'à affirmer que Nelson Mandela est arrivé à la tête de l'Afrique du Sud grâce à Bouteflika. La deuxième raison avancée par l'orateur et qui plaiderait en faveur de la candidature de Bouteflika à un autre mandat est liée à la Constitution. «La Constitution permet cette candidature», a-t-il rappelé. Dans ce discours qui s'apparente à l'annonce de la candidature de Bouteflika, Amar Saâdani a annoncé aussi la révision de la loi fondamentale «dans quelques mois». M.Saâdani dont le rôle prend de plus en plus d'envergure en raison de ses annonces et ses déclarations parfois surprenantes n'a, toutefois, pas précisé si la Constitution sera révisée avant ou après la présidentielle. Car, dans la théorie «dans quelques mois» signifie une période de plus de deux mois et moins d'une année. Et comme l'actuelle Constitution ne comporte aucun article qui peut barrer la route au 4e mandat, sa révision peut attendre après avril 2014. Si les annonces de Sellal et Saâdani écartent définitivement toute éventualité de prolongation du mandat de Bouteflika de deux ans, elles ouvrent grandes les portes à un autre mandat.
Le secrétaire général du FLN a appelé les militants du parti à se mobiliser dans la perspective de l'échéance de 2014. Il évoque des alliances avec les partis et les organisations de la société civile qui partagent les mêmes idées que l'ex-parti unique.
Amar Saâdani ne manque pas de rappeler les points forts de son programme immédiat, tous liés, à la prochaine présidentielle. La redynamisation des instances du parti (kasmas et mouhafadhas), l'unité des rangs et la modernisation de sa formation y figurent en bonne place. «Le parti ne doit pas demeurer cet appareil figé géré par des bureaucrates à partir du siège central et qui sont loin des militants et de la base. Il nous faut du renouveau. Le parti doit s'ouvrir sur les citoyens et sur le monde», a-t-il lancé.
8-Mai 1945 : combien de victimes ?
Amar Saâdani l'a déclaré à Sétif, il y a quelques semaines : les événements du 8 Mai 1945 ont fait 80.000 morts, ce qui a suscité des interrogations et des critiques de la presse. Hier à Blida, il est revenu à la charge pour répondre à la presse et réitérer ses propos. Alors que même l'école publique fait apprendre aux élèves que ces événements ont fait 45.000 victimes, le SG du FLN soutient tout le contraire et affirme que 80.000 morts y sont tombés. « Ce n'est pas par ignorance de l'histoire du Mouvement national que j'ai dit cela », s'est-il défendu.
Il explique qu'au lendemain des événements, le PPA a parlé de 45.000 morts alors que l'Association des Ouléma algériens en a enregistré 80.000. « Le FLN ne peut pas s'interdire de se référer à cette source fiable », a-t-il argué. Les déclarations de Saâdani laissent supposer que le PPA n'était pas crédible. Pourquoi l'école fait-elle donc l'impasse sur ce chiffre ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.