Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amar Saadani à Ouargla : «Notre candidat est connu, c'est Abdelaziz Bouteflika»
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2013

Les portes des candidatures à la plus haute magistrature sont fermées au sein du FLN. Je suis là pour vous dire que notre candidat est connu, il s'agit de Abdelaziz Bouteflika.»
Cette phrase de Amar Saadani a exalté le millier de cadres de son parti lors de la conférence régionale du Sud, tenue hier matin à la coupole de Rouissat, près de Ouargla. C'est la première fois que les nouvelles instances du FLN se prononcent aussi clairement sur leurs intentions pour la prochaine présidentielle. Le discours du secrétaire général du FLN, qui a duré quelque 35 minutes, a été focalisé sur le maintien à tout prix de Abdelaziz Bouteflika lors de la présidentielle de 2014.
Raccourcie à cause du match et des préparatifs de la fête de l'Aïd, puisque les militants se sont déplacés de toutes les villes de la région pour applaudir chaudement le soutien indéfectible du FLN au quatrième mandat, la conférence des cadres du Sud a visiblement été réduite à sa plus simple expression. L'assistance acquise est venue de très loin pour s'entendre dire qu'«il n'est nul besoin de se leurrer, Bouteflika est le garant de l'essor du Sud pour qui il garde une place particulière dans son cœur !» «Les gens du Sud feront toujours passer l'intérêt national en premier, ils préfèrent ne rien demander pour eux», a répété Saadani à Ouargla, berceau des contestations juvéniles, dans un meeting sans surprise avec à la clé un appel à la mobilisation extrême lors des prochaines semaines qui verront la constitution du bureau politique après un nouvel appel au «rassemblement des militants autour des valeurs suprêmes du parti, car une nouvelle page d'histoire reste à écrire, n'en déplaise à ceux qui veulent nous mettre au musée».
Sarcastique par moments, Amar Saadani s'est aussi bien adressé à ses troupes qu'à l'opinion publique, qu'il prend à témoin de ses tentatives de «renouer le dialogue entre les différentes mouvances politiques nationales auxquelles notre parti tend une main fraternelle». Qu'il soit donc bien entendu, a réitéré le n°1 du FLN, «ce ne sont pas des alliances politiques que nous recherchons, mais un échange d'avis autour des grandes questions nationales qui nous importent tous : la sécurité nationale, le développement et les prochaines échéances électorales».
Les questionnements autour de son appel à Hocine Aït Ahmed, chef historique du FFS ? Amar Saadani lève une fois de plus le quiproquo : «Ce n'est nullement une alliance que je visais par ma lettre, mais une simple prise de contact, une amorce à un débat fructueux pour mieux appréhender l'actualité et l'avenir.» Quant à la nouvelle feuille de route du parti pour les mois à venir, elle sera transmise par fax aux bureaux de wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.