CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les télés privées algériennes après le 17 avril
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2014

«Celui qui cache son secret est maître de sa route.» Proverbe arabe (1re partie)
Le réveil est douloureux pour l'audiovisuel algérien privé. Alors qu'on fête la Journée de la liberté de la presse,
on se retrouve à faire le bilan d'un audiovisuel privé morne et incapable de s'imposer dans le paysage médiatique national. Avant l'adoption de la loi sur l'audiovisuel, le paysage télévisuel algérien privé était composé d'une quinzaine de télévisions Echourouk TV, Ennahar TV,
EL Djazairia TV, Dzair TV, Hogar TV, Djurdjura TV, Numidia News, Samira TV, KBC, El Bilad TV, El Adjwa TV, Wiam TV, Beur TV et l'Index TV. Seulement voilà, la présidentielle est passée par là et certaines chaînes ont laissé des plumes. Atlas TV a fermé officiellement, pour manquement à la procédure réglementaire et officieusement, pour des raisons politiques. Dzair TV, la télévision de Haddad a dû fermer deux de ces émissions les plus populaires, car elles ne cadraient plus avec la ligne éditoriale de la chaîne: Controverse et System DZ. L'autre média financé par Haddad, Wiam TV, chaîne officiellement dédiée à la campagne électorale de Bouteflika, va se transformer en télévision d'information continue. KBC qui s'est présentée comme la digne représentante de la ligne d'information d'Al Jazeera est transformée avant l'heure en chaîne de divertissement avec des émissions courtes copiées sur des concepts déjà utilisés comme, Faites rentrer l'accusé» ou encore SAV (Service après-vente), l'émission de divertissement de Omar et Fred de Canal+, qui a été reprise par des anciens pensionnaires de Djornane Gosto d'El Djazairia TV, Mohamed Khassani et Nassim Haddouche et dirigé par l'ex-interprète de Zabana, Imed Benchenni. Sur le plan politique, les deux chaînes concurrentes privées, Ennahar TV et Echourouk TV continuent de se faire la guerre des images. Hier par exemple, Echourouk TV avait invité Zahia Benarous pour parler de liberté d'expression, or celle-ci avait face à elle un très bon connaisseur du dossier de la communication: l'ex-ministre de l'Information, Azzedine Rehabi. L'ancienne présentatrice du JT de 20h devenue sénatrice depuis, a été finalement malmenée sur le plateau d'Echourouk TV et n'a dû son salut qu'en passant sur l'émission de Ennahar TV, Qahwa oua Djornane pour rattraper son retard et son humiliation de ne pas avoir les moyens de se défendre. Entre Echourouk TV et Ennahar TV, la concurrence médiatique se poursuivra encore et toujours. Même si Ennahar TV a su adapter sa position sur le plan politique. Elle a été la seule télévision privée à diffuser les images de la prestation de serment du président Bouteflika avec un léger différé, concurrençant l'Entv. De son côté, Echourouk TV a commis un affront audiovisuel en diffusant sans autorisation le film Carnaval fi dechra, de Mohamed Oukaci, la veille de la présidentielle du 17 avril.
Une affaire qui a failli provoquer un grand incident politique en l'absence d'une autorité de régulation, puisque la télévision nationale qui est le producteur exécutif du film de Mohamed Oukaci, a envoyé un huissier pour constater les faits et entamer une procédure judiciaire légale. Cette guerre audiovisuelle à fleurets mouchetés se poursuivra jusqu'au Ramadhan, avec des vertes et des pas mûres dans la production et la diffusion. (A suivre)
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.