Le Président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGTA    Industrie pharmaceutique: appel à organiser "El Djazaïr Healthcare" dans d'autres pays africains    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Mon devoir est de sensibiliser les Etats"
DJAILI AMADOU AMAL AU SILA 2014
Publié dans L'Expression le 04 - 11 - 2014

«Littérature féminine et engagement sur la condition de la femme en Afrique» est le thème illustrant la troisième journée des tables rondes à l'espace Esprit Panaf au Sila. A l'ordre du jour, une conférence des plus passionnantes signée par la Camerounaise Djaili Amadou Amal et modérée par le maître de conférences en littérature francophone à l'université de Nouakchott (Mauritanie) a débuté cette rencontre par un riche plaidoyer en faveur du statut de la prise en charge de la femme africaine tout en dénonçant notamment sa mauvaise condition de vie. Devant un parterre de gens nombreux tendant religieusement l'oreille - plusieurs sont restés à écouter debout tant l'espace était rempli de monde - Djaili Amdou Amal a commencé d'abord par se présenter et dire qui elle était pour situer sa place dans le monde et celui supposé où les hommes souvent l'astreignent à y rester.
«Je suis peule par mon père, égyptienne par ma mère. Djaili signifie lumière. Amadou est le nom de mon père, je suis donc musulmane. Et de citer une anecdote et comment elle est venue à l'écriture, sa vocation première pour dire, dénoncer... Son père était imam, ironie du sort, enfant, Amal faisait le mur pour accéder à la mission catholique et atteindre sa bibliothèque. Son objectif était de lire, d'apprendre à écrire. S'instruire. Enfant, elle a eu à faire face à maintes contraintes, dont celle de s'habiller. Certaines de ses camarades ont arrêté l'école d'ailleurs à cause de ça. Un jour le père de Amal a su pour la mission catholique. Au lieu de la battre, il lui dira: «Entre par la grande porte.»
Amal prendra tôt conscience de la chance qu'elle avait que son père soit tolérant. Plus tard elle se mariera, divorcera et se mariera à nouveau.
«J'ai été traitée de rebelle, de folle car je n'étais pas d'accord avec les violences conjugales, la polygamie. Je n'étais pas d'accord avec ce que disait mon mari à propos de l'islam. J'ai décidé donc de me servir de ma plume pour sensibiliser les gens autour de mon pays et de ce que vivent les femmes. Je n'oblige personne à penser comme moi, à partager les mêmes idées que moi mais de ne pas baisser les yeux et d'y penser. Mais c'est de mon devoir de sensibiliser les gens sur les mariages forcés, les discriminations des femmes. Des problèmes existentiels que l'on trouve dans toutes les ethnies. Partout dans le monde à des degrés divers.» Mais pourquoi écrire en français, langue que les opprimés ne comprennent pas? A cette question Amal dira qu'elle s'adresse d'abord aux Etats qui peuvent faire changer les choses. Elle citera aussi une vieille tradition propre à la communauté peule qui veut qu'une fille se doit de garder le silence même si elle n'est pas d'accord pour se marier, de ne jamais se plaindre, en somme, de se targuer du sentiment de pudeur quelle que soit la situation, et «avoir le sens de la dignité» sinon elle sera taxée de rebelle, «de ville volante».
Evoquant son roman Wallendé, l'auteure camerounaise parle de son roman qui a trait à un hadj marié à quatre femmes et à la révolte de l'une d'entre elles. A travers ses livres, l'auteure a tenté d'expliquer que son but est non pas d'inciter les femmes à se révolter mais d'aller à l'école, étudier et dire aux mères de protéger leurs filles des mariages précoces.
«Le mariage se doit d'être une adhésion réciproque basée non pas sur un rapport de dominé-dominant mais de complémentarité. Il n'y en a pas un qui doit piétiner l'autre...» La littérature se doit-elle d'être engagée par ailleurs? L'un n'empêche pas l'autre, selon Djali Amal qui fera remarquer que le contenu ne peut se dissocier de la forme. Chacun son style.
«La littérature féminine doit-elle être automatiquement engagée? je ne pense pas. Cela dépend de la sensibilité de chacun et son but. Une femme peut écrire sur la politique et un homme sur les conditions de la femme et si une femme a vécu des choses et veut en parler dans son roman, elle le fera de façon subtile. La littérature ne doit pas être cloisonnée. C'est une chose artistique. Chacun écrit comme il l'entend.»
Abordant son second livre La mangeuse d'âme d'homme. l'écrivaine s'élèvera contre les superstitions qui sévissent dans certains pays africains et de raconter encore une histoire qui la touche personnellement car liée à un fait réel. Et de dire encore son agacement et l'envie viscérale de dénoncer cela à travers l'écriture. Sa raison d'être aujourd'hui...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.