Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Une fatalité ou un choix de facilité ?    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'apparition des déchets est un signe de sous-développement"
SOUKEHAL ABDELKRIM, PROFESSEUR AU CHU DE BENI MESSOUS, À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 16 - 11 - 2014

On doit éliminer ces déchets avec des moyens matériels et des procédures modernes de 2015, afin d'éliminer les risques des maladies infectieuses ou contagieuses.
L'Expression: La problématique de la gestion des déchets pose un véritable problème de santé publique. Qu'en est-il des conséquences directes de cette situation?
Professeur Soukehal: Le sujet est extrêmement important. Pour cela, je vous informe que nous allons organiser un séminaire sur l'hygiène publique de manière générale, le 24 novembre prochain à Alger. Il y aura des sommités, des professeurs et spécialistes qui vont parler de ce problème d'envergure mondiale. Avec l'arrivée de plusieurs épidémies, à commencer par le virus Ebola de l'Afrique, le Corona virus de l'Arabie Saoudite et la grippe aviaire de la Chine, ce n'est plus un petit problème qui se pose, mais c'est un problème mondial. C'est la raison pour laquelle, nous avons décidé d'organiser ce séminaire afin de revenir sur la problématique des déchets ménagers de manière générale.
Le danger des épidémies est à nos portes aujourd'hui. Qu'en est-il justement des conséquences directes qui proviennent de ces déchets ménagers et d'autres qui s'entassent depuis des mois dans certaines villes et quartiers dans le pays?
Les différents déchets ménagers donnent lieu à de nombreux microbes, mouches, rats, souris et odeurs nauséabondes. Tous ces éléments transportent plusieurs types de maladies telles que le traconis «maladie des yeux». Il ne faut pas oublier qu'en 2003, nous avons enregistré 11 cas de peste à Oran à cause des problèmes qui proviennent du manque d'hygiène publique.
Qu'en est-il des solutions à proposer justement pour faire face à cette situation qui fait peur à cause de l'absence de prise en charge du problème d'hygiène que l'on considère élémentaire pour la santé publique?
Les déchets ménagers, hospitaliers et industriels sont à l'origine de nombreuses de grandes maladies. Cette situation montre un signe de sous-développement. C'est la raison pour laquelle on doit prendre des mesures draconiennes afin d'éliminer de manière définitive les différents déchets qui nuisent à la santé publique.
On doit éliminer ces déchets avec des moyens matériels et des procédures modernes de 2015 et non pas 2014, afin d'éloigner le danger de la propagation épidémiologique dans le pays. Car, si cela arrive avant que l'on mette en place les moyens et procédures nécessaires, on ne pourra rien faire pour stopper l'arrivée du virus Ebola et d'autres virus qui vont se développer dans les déchets publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.