Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS affiche son optimisme
Conférence nationale du consensus
Publié dans El Watan le 10 - 11 - 2014

Depuis le 21 octobre dernier, le FFS a rencontré 21 parties entre formations politiques et organisations de la société civile.
Vingt jours après son lancement, l'initiative du Front des forces socialistes (FFS) est diversement accueillie par la classe politique et la société civile. Certaines formations et acteurs politiques l'ont vivement critiquée, d'autres veulent se donner du temps avant d'exprimer définitivement leur position et quelques-uns ont déjà annoncé la couleur en avisant de leur adhésion au projet du plus vieux parti de l'opposition. Depuis le 21 octobre dernier, le FFS a rencontré 21 parties entre formations politiques et organisations de la société civile, entre autres des organisations syndicales, des directeurs de journaux, des représentants du mouvement associatif et des droits de l'homme en vue de la tenue d'une conférence nationale du consensus.
Des consultations ont été menées avec les partis proches du pouvoir à leur tête le FLN et le RND. Pour l'heure, ces deux formations n'ont pas dit «non» à l'initiative du FFS. Au contraire, ils ont affiché leur disposition à participer à la réussite de ce projet dès lors qu'il ne remet pas en cause la légitimité du président Bouteflika. Samedi dernier, à partir de la ville de Ouargla, Abdelkader Bensalah, secrétaire général du RND et président du Sénat, a estimé qu'une seule rencontre avec le FFS reste insuffisante. Un deuxième face-à-face s'impose, selon Bensalah, pour mieux cerner le contenu du projet du FFS.
Beaucoup d'autres partis politiques, tels que TAJ de Amar Ghoul et le Front El Moustakbal de Belaïd Abdelaziz, n'ont pas caché leur adhésion à la démarche du FFS. Par contre, la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) regroupant plusieurs partis politiques, entre autres le RCD et le MSP, ont ouvertement désapprouvé l'initiative du FFS. Le MSP va jusqu'à accuser le FFS de vouloir saboter leur projet de transition démocratique que la Coordination veut mettre sur pied. Seulement aux uns et autres, le FFS dit être optimiste quant à l'aboutissement de son projet de reconstruction d'un consensus national.
Samedi de la ville de Tizi Ouzou, le premier secrétaire du FFS, Mohamed Nebbou, a expliqué aux cadres du parti que son initiative n'a reçu aucune opposition frontale : «Le FFS a rencontré des formations politiques et organisations de la société civile. Ces rencontres ont permis de dégager les points convergents et de cerner les divergences entre les différentes parties consultées», a précisé M. Nebbou qui a saisi l'occasion pour réitérer l'appel à toutes les formations politiques, y compris les «détracteurs» de son parti, pour se concerter autour de son projet politique. Un appel, qui est aussi lancé en direction du pouvoir qui «ne peut être exclu de cette démarche», a-t-il ajouté.
Hier, l'instance présidentielle du FFS a rencontré les responsables du PST. Les deux parties ont abordé, la conjoncture politique, sociale et économique présente, marquée par la gravité de la situation tant sur le plan national, régional qu'international. Les représentants du PST ont souligné, enfin, la noblesse de la démarche du FFS. Les deux parties ont convenu de maintenir le contact entre elles. Après ces premières rencontres, le FFS compte observer une pause afin de faire une évaluation des consultations. «Cette évaluation est une démarche nécessaire pour poursuivre les rencontres afin de passer à la deuxième étape qui permettra d'élaborer une matrice de consensus national», note M. Nebbou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.