L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le devoir de vérité une exigence nationale
MEMOIRE DE LA REVOLUTION ALGERIENNE
Publié dans L'Expression le 04 - 12 - 2014

«J'aime l'Histoire parce que ça me permet de corriger les erreurs et penser à l'avenir du pays» dira, Kheireddine D., un écolier de 13 ans.
Vérité contre mensonge. La génération post-indépendance doit relever le défi du développement national, au lieu de rester figée dans les erreurs historiques qui ne sont entre autres, que conséquence d'une révolution engagée contre le colonialisme français qui a régné pendant 132 ans.
Invité par l'association de jeunes Essalem, le jeune historien Lyès Naït Kaci, lui-même a été induit en erreur par des thèses colonialistes et obscures au point de faire face à des réactions sévères de la part de l'assistance qui n'a pas manqué de réagir sur certaines révélations qui ne travaillent en aucun cas, dans l'intérêt du pays. «L'Algérie est au-dessus de tous les révolutionnaires qui ont conduit le pays vers l'Indépendance nationale», a-t-il dit, hier, lors d'une conférence de presse qui n'a pas drainé foule au forum El Moudjahid.
Si les hommes n'ont pas droit de cité, leur engagement est honnête et le droit à l'erreur depuis Eve et Adam peut faire changer la donne, dans la mesure où ce sont les peuples et les hommes qui habitent la Terre?
Intervenant sur le thème «la Révolution algérienne et la préservation de la mémoire», Dr Naït Kaci, n'a pas convaincu du tout, lors de cette rencontre avec un public très réduit, à cause de la déformation de l'histoire de l'Algérie, depuis l'ère de la Numidie, jusqu'à la «trahison» de feu Abane Ramdane, architecte du Congrès de la Soummam, le 20 Août 1956 et autre feu Mohamed Boudiaf, qui a été assassiné en plein discours, un 29 juin 1992 à la Maison de la culture à Annaba.
Loin de toute idée de noircir ou diminuer les valeurs de son intervention, mais le devoir de vérité est exigé de tout conférencier, professeur en histoire, afin d'éviter d'être victime de manipulations partisanes sous toutes leurs formes. «On apprend l'histoire de nos pères et grands-pères d'abord, avant d'écouter et croire aux discours des autres», lancera un fils de chahid, qui a réagi à certaines informations qui réduisent les valeurs des acteurs de la révolution algérienne, même si elles ne sont que des témoignages colportés. «Le colonel Mohammed Oulhadj, a regagné l'esprit nationaliste en raison de son acceptation du pouvoir de Ben Bella à l'époque», a-t-il dit, tout en reprenant le témoignage d'une personne aux frontières de l'Ouest du pays à l'époque 1963. L'erreur est humaine, certes, mais, la correction et l'autocritique font partie de la personnalité de tout être humain, surtout pour les gens de notoriété publique.
Par ailleurs, ce jeune conférencier n'a pas manqué de se corriger une fois qu'il prit conscience, que les jeunes ne sont pas «des boîtes d'enregistrement», mais, des gens conscients et responsables de leurs actes vis-à-vis du développement et de l'intérêt du pays.
Cette jeunesse, entièrement mobilisée contre la déviation politique, économique et sociale qui ne cesse d'interpeller les hauts responsables de l'Etat, afin de prendre conscience de la réalité, n'est pas à condamner, mais à saluer pour son engagement pacifique qui s'exprime quotidiennement.
Kheireddine Djehiche, 13 ans, 2e année moyenne, qui s'intéresse à l'histoire de son pays, dira: «J'aime la matière Histoire, parce que ça me donne des idées, afin d'éviter les erreurs qui ont été commises par d'autres dans le passé et de penser à l'avenir du pays sur des bases solides», dira en guise de témoignage, ce jeune écolier très conscient de l'importance de l'histoire du pays dans toutes ses dimensions. La génération du 1er Novembre 1954, a libéré le pays du joug du colonialisme. Aux générations post-indépendance de relever le défi du développement national. «A chaque génération son temps et sa lutte», dit l'adage algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.