Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saâdani renchérit ses exigences
LE PATRON DU FLN À PROPOS DE LA CONFERENCE DE CONSENSUS DU FFS
Publié dans L'Expression le 07 - 02 - 2015

L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS
Le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le «libéralisme».
Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a renchéri ses conditions pour participer à la conférence de consensus du FFS. Pourtant, selon le même Amar Saâdani, «le président Bouteflika, président d'honneur du FLN, soutient l'initiative de reconstruction du consensus national du parti d'Aït Ahmed». Amar Saâdani qui s'exprimait jeudi dernier lors d'une rencontre de concertation avec l'ANR a annexé une autre exigence pour prendre part à cette conférence: Le «parti refuse d'être présidé dans le cadre de l'initiative du consensus national, car il s'agit du parti de la majorité». Saâdani a, en outre, exigé que «les rencontres du parti se déroulent avec les autres formations politiques et non pas avec des personnes ou associations représentant la société civile».
Il a ajouté: «Si l'initiative est nationale, les préparatifs devraient l'être de même, en s'accordant préalablement sur la liste des participants.» Il a estimé que «ces questions n'ont pas encore atteint la phase de maturité, mais, le FLN encourage toute initiative en faveur du consensus national et du resserrement des rangs». Est-ce un revirement de la part de Amar Saâdani?. L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS, «a même délégué six représentants du parti, dont Saïd Bouhedja et M.Boumahdi, pour prendre part aux préparatifs de l'organisation de la conférence», indique-t-on. En réaction à ce contrecoup dans les déclarations du patron du FLN, Ali Laskri, qui était hier à Oran, pour animer une conférence dans le cadre de l'initiative de son parti, estime qu'«il y a trop de rumeurs et polémiques stériles qui visent à neutraliser la conférence de son parti». Tout d'abord, affirme-t-il, «Saâdani est au courant que la composition du bureau qui présidera la conférence, ainsi que l'ordre du jour seront dégagés d'une manière consensuelle avec tous les partenaires.» Cependant, à quel parti, parties ou personnalités Amar Saâdani fait-il allusion? Certaines indiscrétions indiquent que Ahmed Taleb El Ibrahimi présiderait la conférence du FFS. Or, l'ex-ministre des Affaires étrangères, qui a été consulté le 18 janvier dernier par le FFS, «n'a pas encore donné sa réponse définitive à propos de sa participation ou non à la conférence du FFS. Et une deuxième rencontre est prévue à cet effet», a fait savoir Ali Laskri. Dans ce contexte, Amar Saâdani qui plaide pour «la réhabilitation des partis politiques» reproche au FFS de prendre langue avec des personnalités politiques et les acteurs de la société civile. A ce propos, M.Laskri souligne que «tous les partenaires savent, y compris le FLN, que la conférence sera déclinée en session ou atelier pour les partis, session pour la société civile et une autre session pour les personnalités politiques».
Le secrétaire général du FLN obtiendra-t-il gain de cause? Saâdani a déjà contraint le FFS à modifier l'agenda de ses rencontres préliminaires, en imposant qu'elles soient entamées par le FLN et non par le RND comme prévu. Ainsi, parviendra-t-il à écarter de la conférence, des personnalités politiques, notamment les anciens chefs de gouvernement à l'image de Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi et Ahmed Taleb El Ibrahimi, etc.
Ce dernier, ancien ministre des Affaires étrangères et de l'Education, également ex-candidat à la présidentielle de 1999 et qui s'est alors retiré avec les autres postulants dont Hocine Aït Ahmed, n'a pas encore donné son O.K. Le FLN a également réitéré son refus de «remettre en cause la légitimité des institutions de l'Etat partant de la présidence de la République aux institutions élues comme l'APN et les assemblée locales». «Il s'agit d'une ligne rouge à ne pas franchir», a-t-il indiqué.
Par ailleurs, le FFS rencontrera, aujourd'hui, pour une seconde fois, le RND.
Lors de la première rencontre, Abdelkader Bensalah avait précisé que la réunion qu'il a eue avec le FFS «s'inscrit dans le cadre de sa volonté d'écouter et d'échanger les idées avec la classe politique sans aucun engagement, ni promesse d'avancer dans ce processus». Pour sa part, le secrétaire général de l'ANR, Belkacem Sahli, qui s'est félicité de l'initiative du consensus national, a réaffirmé la disposition de son parti à «enrichir cette démarche et à lui réunir les conditions de succès pour resserrer les rangs de tous les Algériens».
Sur un autre registre, le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le libéralisme. Il s'agit, notamment de l'ouverture des secteurs des transports aérien et maritime au privé. Mais aussi, il plaide d'ouvrir à la propriété privée les moyens de transport ferroviaire et les champs de l'énergie solaire, ainsi que le secteur de la poste et des TIC. D'après le FLN cela est conforme aux réformes engagés par le président Bouteflika durant la dernière décennie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.