Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saâdani renchérit ses exigences
LE PATRON DU FLN À PROPOS DE LA CONFERENCE DE CONSENSUS DU FFS
Publié dans L'Expression le 07 - 02 - 2015

L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS
Le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le «libéralisme».
Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a renchéri ses conditions pour participer à la conférence de consensus du FFS. Pourtant, selon le même Amar Saâdani, «le président Bouteflika, président d'honneur du FLN, soutient l'initiative de reconstruction du consensus national du parti d'Aït Ahmed». Amar Saâdani qui s'exprimait jeudi dernier lors d'une rencontre de concertation avec l'ANR a annexé une autre exigence pour prendre part à cette conférence: Le «parti refuse d'être présidé dans le cadre de l'initiative du consensus national, car il s'agit du parti de la majorité». Saâdani a, en outre, exigé que «les rencontres du parti se déroulent avec les autres formations politiques et non pas avec des personnes ou associations représentant la société civile».
Il a ajouté: «Si l'initiative est nationale, les préparatifs devraient l'être de même, en s'accordant préalablement sur la liste des participants.» Il a estimé que «ces questions n'ont pas encore atteint la phase de maturité, mais, le FLN encourage toute initiative en faveur du consensus national et du resserrement des rangs». Est-ce un revirement de la part de Amar Saâdani?. L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS, «a même délégué six représentants du parti, dont Saïd Bouhedja et M.Boumahdi, pour prendre part aux préparatifs de l'organisation de la conférence», indique-t-on. En réaction à ce contrecoup dans les déclarations du patron du FLN, Ali Laskri, qui était hier à Oran, pour animer une conférence dans le cadre de l'initiative de son parti, estime qu'«il y a trop de rumeurs et polémiques stériles qui visent à neutraliser la conférence de son parti». Tout d'abord, affirme-t-il, «Saâdani est au courant que la composition du bureau qui présidera la conférence, ainsi que l'ordre du jour seront dégagés d'une manière consensuelle avec tous les partenaires.» Cependant, à quel parti, parties ou personnalités Amar Saâdani fait-il allusion? Certaines indiscrétions indiquent que Ahmed Taleb El Ibrahimi présiderait la conférence du FFS. Or, l'ex-ministre des Affaires étrangères, qui a été consulté le 18 janvier dernier par le FFS, «n'a pas encore donné sa réponse définitive à propos de sa participation ou non à la conférence du FFS. Et une deuxième rencontre est prévue à cet effet», a fait savoir Ali Laskri. Dans ce contexte, Amar Saâdani qui plaide pour «la réhabilitation des partis politiques» reproche au FFS de prendre langue avec des personnalités politiques et les acteurs de la société civile. A ce propos, M.Laskri souligne que «tous les partenaires savent, y compris le FLN, que la conférence sera déclinée en session ou atelier pour les partis, session pour la société civile et une autre session pour les personnalités politiques».
Le secrétaire général du FLN obtiendra-t-il gain de cause? Saâdani a déjà contraint le FFS à modifier l'agenda de ses rencontres préliminaires, en imposant qu'elles soient entamées par le FLN et non par le RND comme prévu. Ainsi, parviendra-t-il à écarter de la conférence, des personnalités politiques, notamment les anciens chefs de gouvernement à l'image de Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi et Ahmed Taleb El Ibrahimi, etc.
Ce dernier, ancien ministre des Affaires étrangères et de l'Education, également ex-candidat à la présidentielle de 1999 et qui s'est alors retiré avec les autres postulants dont Hocine Aït Ahmed, n'a pas encore donné son O.K. Le FLN a également réitéré son refus de «remettre en cause la légitimité des institutions de l'Etat partant de la présidence de la République aux institutions élues comme l'APN et les assemblée locales». «Il s'agit d'une ligne rouge à ne pas franchir», a-t-il indiqué.
Par ailleurs, le FFS rencontrera, aujourd'hui, pour une seconde fois, le RND.
Lors de la première rencontre, Abdelkader Bensalah avait précisé que la réunion qu'il a eue avec le FFS «s'inscrit dans le cadre de sa volonté d'écouter et d'échanger les idées avec la classe politique sans aucun engagement, ni promesse d'avancer dans ce processus». Pour sa part, le secrétaire général de l'ANR, Belkacem Sahli, qui s'est félicité de l'initiative du consensus national, a réaffirmé la disposition de son parti à «enrichir cette démarche et à lui réunir les conditions de succès pour resserrer les rangs de tous les Algériens».
Sur un autre registre, le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le libéralisme. Il s'agit, notamment de l'ouverture des secteurs des transports aérien et maritime au privé. Mais aussi, il plaide d'ouvrir à la propriété privée les moyens de transport ferroviaire et les champs de l'énergie solaire, ainsi que le secteur de la poste et des TIC. D'après le FLN cela est conforme aux réformes engagés par le président Bouteflika durant la dernière décennie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.