FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saâdani renchérit ses exigences
LE PATRON DU FLN À PROPOS DE LA CONFERENCE DE CONSENSUS DU FFS
Publié dans L'Expression le 07 - 02 - 2015

L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS
Le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le «libéralisme».
Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, a renchéri ses conditions pour participer à la conférence de consensus du FFS. Pourtant, selon le même Amar Saâdani, «le président Bouteflika, président d'honneur du FLN, soutient l'initiative de reconstruction du consensus national du parti d'Aït Ahmed». Amar Saâdani qui s'exprimait jeudi dernier lors d'une rencontre de concertation avec l'ANR a annexé une autre exigence pour prendre part à cette conférence: Le «parti refuse d'être présidé dans le cadre de l'initiative du consensus national, car il s'agit du parti de la majorité». Saâdani a, en outre, exigé que «les rencontres du parti se déroulent avec les autres formations politiques et non pas avec des personnes ou associations représentant la société civile».
Il a ajouté: «Si l'initiative est nationale, les préparatifs devraient l'être de même, en s'accordant préalablement sur la liste des participants.» Il a estimé que «ces questions n'ont pas encore atteint la phase de maturité, mais, le FLN encourage toute initiative en faveur du consensus national et du resserrement des rangs». Est-ce un revirement de la part de Amar Saâdani?. L'homme fort du FLN qui a annoncé publiquement son accord de participer à la conférence du FFS, «a même délégué six représentants du parti, dont Saïd Bouhedja et M.Boumahdi, pour prendre part aux préparatifs de l'organisation de la conférence», indique-t-on. En réaction à ce contrecoup dans les déclarations du patron du FLN, Ali Laskri, qui était hier à Oran, pour animer une conférence dans le cadre de l'initiative de son parti, estime qu'«il y a trop de rumeurs et polémiques stériles qui visent à neutraliser la conférence de son parti». Tout d'abord, affirme-t-il, «Saâdani est au courant que la composition du bureau qui présidera la conférence, ainsi que l'ordre du jour seront dégagés d'une manière consensuelle avec tous les partenaires.» Cependant, à quel parti, parties ou personnalités Amar Saâdani fait-il allusion? Certaines indiscrétions indiquent que Ahmed Taleb El Ibrahimi présiderait la conférence du FFS. Or, l'ex-ministre des Affaires étrangères, qui a été consulté le 18 janvier dernier par le FFS, «n'a pas encore donné sa réponse définitive à propos de sa participation ou non à la conférence du FFS. Et une deuxième rencontre est prévue à cet effet», a fait savoir Ali Laskri. Dans ce contexte, Amar Saâdani qui plaide pour «la réhabilitation des partis politiques» reproche au FFS de prendre langue avec des personnalités politiques et les acteurs de la société civile. A ce propos, M.Laskri souligne que «tous les partenaires savent, y compris le FLN, que la conférence sera déclinée en session ou atelier pour les partis, session pour la société civile et une autre session pour les personnalités politiques».
Le secrétaire général du FLN obtiendra-t-il gain de cause? Saâdani a déjà contraint le FFS à modifier l'agenda de ses rencontres préliminaires, en imposant qu'elles soient entamées par le FLN et non par le RND comme prévu. Ainsi, parviendra-t-il à écarter de la conférence, des personnalités politiques, notamment les anciens chefs de gouvernement à l'image de Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi et Ahmed Taleb El Ibrahimi, etc.
Ce dernier, ancien ministre des Affaires étrangères et de l'Education, également ex-candidat à la présidentielle de 1999 et qui s'est alors retiré avec les autres postulants dont Hocine Aït Ahmed, n'a pas encore donné son O.K. Le FLN a également réitéré son refus de «remettre en cause la légitimité des institutions de l'Etat partant de la présidence de la République aux institutions élues comme l'APN et les assemblée locales». «Il s'agit d'une ligne rouge à ne pas franchir», a-t-il indiqué.
Par ailleurs, le FFS rencontrera, aujourd'hui, pour une seconde fois, le RND.
Lors de la première rencontre, Abdelkader Bensalah avait précisé que la réunion qu'il a eue avec le FFS «s'inscrit dans le cadre de sa volonté d'écouter et d'échanger les idées avec la classe politique sans aucun engagement, ni promesse d'avancer dans ce processus». Pour sa part, le secrétaire général de l'ANR, Belkacem Sahli, qui s'est félicité de l'initiative du consensus national, a réaffirmé la disposition de son parti à «enrichir cette démarche et à lui réunir les conditions de succès pour resserrer les rangs de tous les Algériens».
Sur un autre registre, le FLN qui a publié, avant-hier, sur son site, ses propositions pour la révision de la Constitution, prône le libéralisme. Il s'agit, notamment de l'ouverture des secteurs des transports aérien et maritime au privé. Mais aussi, il plaide d'ouvrir à la propriété privée les moyens de transport ferroviaire et les champs de l'énergie solaire, ainsi que le secteur de la poste et des TIC. D'après le FLN cela est conforme aux réformes engagés par le président Bouteflika durant la dernière décennie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.