Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible mobilisation des électeurs
PRESIDENTIELLE TOGOLAISE
Publié dans L'Expression le 26 - 04 - 2015


Faure Gnassingbé, président sortant du Togo
Les Togolais élisaient hier leur président lors d'un scrutin à un tour qui peine à mobiliser les foules, dont le favori est le sortant Faure Gnassingbé, héritier d'une famille régnant sans partage depuis 48 ans.
Au total, 3.509.258 électeurs étaient appelés aux urnes dans 8.994 bureaux de vote. Les opérations de vote ont commencé peu après 07H00 (locales et GMT). Le Togo, petit pays francophone de sept millions d'habitants, choisira-t-il l'alternance ou reconduira-t-il le président sortant, porté au pouvoir par l'armée à la mort de son père en 2005, le général Gnassingbé Eyadéma, qui dirigea le pays d'une main de fer pendant 38 ans? Jean-Pierre Fabre, le principal adversaire de M.Gnassingbé, a voté dans le quartier populaire de Kodjo Via Kopé, à Lomé.
Les traits tirés, il a affirmé avoir passé une grande partie de la nuit à négocier avec le pouvoir l'abandon du logiciel de compilation informatique des résultats «Succes», qui faisait l'objet de craintes de l'opposition depuis plusieurs semaines. «Il y a toujours des problèmes au Togo quand il y a des élections. Ce n'est pas parce que le système +Succes+ a été enterré qu'il n'y aura pas de problèmes (...) mais les risques de fraude sont réduits» a-t-il déclaré à la presse.
Une première au Togo, où l'opposition a contesté les résultats de tous les récents scrutins. Si la présidentielle de 2010 a été jugée acceptable par la communauté internationale, celle de 2005 avait été entachée de fraudes massives et «remportée» par M.Gnassingbé, provoquant des violences qui avaient fait 400 à 500 morts et des milliers de blessés, selon l'ONU. M.Fabre, qui avait obtenu 33,93% des suffrages lors de la dernière présidentielle, contre 60,88% pour M.Gnassingbé, est soutenu cette année par une coalition de plusieurs partis d'opposition, le CAP 2015 (Combat pour l'alternance politique). Mais trois autres candidats d'opposition se présentent, laissant craindre une dispersion des voix, et le deuxième parti de l'opposition, le Comité d'action pour le renouveau (CAR), a prôné le boycott du scrutin, divisant encore plus les anti-Gnassingbé. M. Gnassingbé, vêtu d'un pantalon gris et d'une veste bleue, et entouré d'une nuée de gardes du corps, a déposé son bulletin dans l'urne vers 8h15 à l'école publique Général Eyadéma - tout un symbole - dans un des seuls quartiers pro-régime de la capitale, historiquement acquise à l'opposition.
La commission électorale a six jours pour communiquer les résultats. Mais selon M.Gnassingbé, «quelques tendances» devraient être rendues publiques «dès cette nuit». «Les candidats se sont exprimés devant la population (...) maintenant c'est l'heure du choix. Que ce choix se fasse dans la paix c'est tout ce que nous souhaitons», a-t-il déclaré, après avoir salué «une campagne sans violence et apaisée». La campagne électorale n'a cependant guère passionné les Togolais.
La Concertation nationale de la société civile (CNSC), ONG ayant déployé le plus gros contingent d'observateurs électoraux dans le pays, a constaté une mobilisation «très faible» des électeurs à la mi-journée samedi. Nombre de Togolais prédisent le maintien de ce qu'ils appellent «la dictature» depuis que la majorité présidentielle a rejeté, l'an dernier, des réformes électorales pourtant promises par M.Gnassingbé: passer d'un à deux tours pour la présidentielle et limiter à deux le nombre de mandats présidentiels. Outre la CNSC, l'Union africaine, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, ainsi que d'autres associations locales ont déployé des observateurs dans tout le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.