Tottenham : Un international portugais pour remplacer Eriksen ?    Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour des pierres
YOUNÈS BOUTRIF À LA GALERIE ARTS EN LIBERTE
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2004

De la beauté du geste naissent des formes abstraites qui témoignent d'une véritable évolution de l'artiste...
«Il y a une sorte de maturité qui se dégage des lignes qui émergent de ses sculptures pour raconter des fables sur la société dans laquelle il vit, à travers des pierres», explique Ouahiba Aboun Adjali, responsable de la galerie Arts en liberté, sise au Panorama, Kouba. Younès Boutrif qui y abrite aujourd'hui sa première exposition rétrospective, est né le 1er septembre 1956 à Alger. L'ironie du sort a voulu qu'il vive aujourd'hui à Hadjrat Ennous, à mi-chemin entre Ténès et 20 km après Cherchell.
C'est là où il a décidé de s'exiler et de mettre sur pied son atelier, un vrai monde fantasmagorique. Wahiba Adjali ne tarit par d'éloges: «Younès est un artiste entier, c'est l'essence même de l'artiste. C'est quelqu'un qui n'a aucun a priori, aucun calcul dans son art. Il est totalement dans l'extrême sensibilité dans laquelle il vit. Il a grandi avec cette passion incroyable pour les pierres». En effet, très tôt, cet étrange personnage est attiré par les pierres. Dès l'âge de onze ans, il commence à les chercher et à les collectionner comme d'autres collectionnent des timbres.
Mais lui, il persiste. C'est en 1977 qu'il commence à faire de la sculpture, son activité principale en exerçant parallèlement le métier de marbrier. Dans la galerie d'art où sont disposées çà et là, 127 de ses sculptures, Younès Boutrif fait corps avec cette matière qu'il taille à l'aide d'un burin et d'un marteau pour faire immerger de la finesse, des idées qu'il laisse deviner sur les problèmes de la ville, les maux de la société qui nous entourent. Ses pierres parlent à nos yeux, expriment des émotions que la beauté du geste qui s'en est occupé a extirpées.
L'exposition qu'on découvre aujourd'hui avec grand étonnement regroupe différentes matières ; roches et couleurs.«Il y a un grand mélange dans mes sculptures», témoigne Younès Boutrif. Cet être sauvage, profondément révolté qui va jusqu'à briser parfois ses oeuvres lorsqu'il rencontre l'incompréhension, car, dit-il, «mes sculptures ne s'achètent pas qu'avec de l'argent». Dans ses oeuvres, on retrouve diverses formes, un peu enchevêtrées l'une dans l'autre, notamment animales ou humaines. De la réflexion brute qui met en exergue des idées, du génie et du symbole.
A l'image de cette sculpture intitulé Vénus Dz, Mon Algérie handicapée, confie Younès Boutrif, représentée par cette femme mutilée et au cerveau apparent. Têtu, l'artiste part parfois des jours, voire des semaines en montagne, à la recherche de pierres qui lui parlent. Ce sont de véritables joyaux qu'il a découverts aujourd'hui. Du marbre au calcite, le granit à la serpentine ou le cristal de roche, tout se transforme en oeuvre d'art quand se posent sur elles les doigts de fée de Younès Boutrif. «C'est tout cela Younès Boutrif : un artiste dont l'extrême sensibilité est recouverte par cette couche et cette protection un peu rude qui lui permet de survivre. C'est ainsi qu'il sculpte parfois simplement pour la beauté du geste, telle cette étonnante et émouvante création réalisée dans la mer et qu'il a patiemment taillée durant des mois, chaque fois que l'eau acceptait de reculer quelques heures pour le laisser travailler», souligne la galeriste. Pétri d'amour et de tolérance aussi, Younès Boutrif a eu déjà le privilège de rencontrer le pape Jean-Paul II et lui a offert L'Etoile de la paix des trois religions monothéistes.
Aussi, indique Madame Ouahiba Adjali, «on commence à voir émerger de son travail des formes un peu plus pures, plus abstraites qui préfigurent d'une évolution certaine de cet artiste». Ouverte jusqu'au 7 octobre, l'exposition mérite le détour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.