Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où sont les femmes?
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2015

Sur les sept femmes ministres présentes au sein de l'ancien gouvernement de Sellal, il n'en subsistera que quatre. C'est ce que dicte la liste du nouvel Exécutif rendu publique ce jeudi.
Désormais, le nouveau gouvernement comptera quatre femmes ministres et ce après que Nouria Benghebrit, Mounia Meslem et Aïcha Tagabou aient été maintenues à leurs postes. Elles seront rejointes par Houda-Imane Feraoun, chercheuse et maître de conférences à l'université de Tlemcen. Bachelière à 16 ans, Houda-Imane Faraoun a étudié la physique au niveau de l'université Djilali Liabès et l'université de Fanche-Comté jusqu'au doctorat, avant de revenir en Algérie et d'atteindre le grade de professeure à l'âge de 34 ans.
L'ancienne directrice générale de l'Agence nationale de recherche en sciences et technologies (Atrst) et qui présidait au conseil d'administration du Centre de recherche en analyse physico-chimiques (Crapc) est nommée au poste de ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication.
Par ailleurs, Nadia Labidi, Dalila Boudjemaâ, Nouria Yamina Zerhouni et Zohra Derdouri quittent le gouvernement.
Pour la ministre de la Culture, d'aucuns ne doutent pas des raisons de son départ. En premier lieu, l'affaire qui l'a opposée à la secrétaire générale du Parti des travailleurs Louisa Hanoune. Cette dernière l'avait accusée ouvertement de mauvaise gestion de son secteur et de «siphonage des fonds publics», il s'en est suivi un dépôt de plainte de l'ex-ministre contre Louisa Hanoune pour diffamation.
Un procès qu'elle sera contrainte de gérer en tant que citoyenne désormais. Pour Mme Derdouri, ex-ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, considérée comme «la femme la plus influente d'Algérie» par le magazine américain Forbes, semble, selon les observateurs avoir failli à sa mission de moderniser le secteur et atteindre les objectifs fixés à son arrivée à la tête du secteur.
En outre, Dalila Boudjemaâ, ex-ministre de l'Environnement, et Nouria Yamina Zerhouni, ex-ministre du Tourisme, se retrouvent écartées du nouveau gouvernement à la suite de fusions de quelques secteurs. Ainsi, le secteur de Dalila Boudjemaâ rejoint celui des ressources en eau dont le nouveau ministre n'est autre que Abdelwahab Nouri.
Tandis que le secteur de Yamina Zerhouni fusionne avec celui de l'aménagement du territoire géré actuellement par M.Ghoul. Mis à part l'effet de ces fusions, pour certains observateurs, les secteurs de Zerhouni et Boudjemaâ battaient de l'aile depuis ces derniers temps. Pour le tourisme, le déficit cruel en infrastructures et la cherté des tarifs qui obligent les Algériens à passer leurs vacances à l'étranger, restent un dossier qui pèse lourd, et tire inlassablement le secteur vers le bas. Tandis que la gestion du secteur de l'environnement par Dalila Boudjemaâ a subi à intervalles réguliers plusieurs polémiques, notamment celle relative au dossier du gaz de schiste.
Il va sans dire que le quota de représentativité féminine au sein du gouvernement subit une ponction et se réduit, mais pour les observateurs, l'obligation de résultats et l'atteinte des objectifs fixés dans le cadre du programme du président de la République, reste la première priorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.