Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Podemos s'allie avec l'extrême gauche
ELECTIONS EN ESPAGNE
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2016


Le parti anti-austérité Podemos a formé une alliance électorale avec son rival d'extrême gauche Izquierda Unida pour se présenter ensemble aux législatives du 26 juin afin de dépasser le Parti socialiste, seconde force politique en Espagne. L'alliance devait être soumise hier et aujourd'hui aux bases des deux partis et de nombreux détails doivent encore être négociés cette semaine. Mais les deux formations, Podemos fondé en 2014 et Izquierda Unida (IU), héritier du Parti communiste espagnol, qualifient déjà d'historique leur «pré-accord» conclu lundi soir. «Nous sommes convenus de l'essentiel: nous irons ensemble aux élections pour les remporter, et je soupçonne que nos militants comme ceux d'IU vont réagir à cette opportunité historique en participant avec enthousiasme», a déclaré hier le chef de Podemos Pablo Iglesias dans une interview à la radio. Sur la base des résultats du scrutin de décembre, l'alliance de deux formations pourrait reléguer en troisième position le Parti socialiste, qui avait obtenu plus de 5,5 millions de voix. Podemos et ses alliés en avaient recueilli 5,18 millions et Izquierda Unida plus de 900.000. Mais tous les sondages réalisés depuis ont noté une baisse des intentions de vote pour Podemos et une progression de IU. Les élections de décembre avaient mis fin à la division traditionnelle du parlement en deux blocs, conservateurs et socialistes, en faisant émerger Podemos et les libéraux de Ciudadanos. Mais ces quatre principales formations ont été incapables de former une coalition de gouvernement, obligeant les Espagnols à retourner aux urnes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.