Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le MSP va bientôt trancher
PARTICIPATION OU BOYCOTT
Publié dans L'Expression le 11 - 10 - 2016

Le parti de Abderrazak Makri va tenir une session du conseil consultatif vers la fin du mois en cours pour rendre une décision autour des élections législatives d'avril prochain.
Il cultive encore le suspense. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) n'a pas encore livré sa position concernant les prochaines législatives. Participera-t-il ou pas à la course électorale? Pour le moment rien n'est décidé.
Le parti de feu Nahnah pèse le pour et le contre. «Nous allons tenir une réunion du conseil consultatif à la fin du mois en cours pour discuter profondément de cette question et sortir avec une décision claire», a affirmé hier Naamane Laouer, vice-président du MSP.
Le choix du parti est très attendu par la classe politique. Etant ancien membre de la coalition gouvernementale qui a rejoint le camp de l'opposition, le MSP va peser de son poids en contribuant à la crédibilité des élections. Même si rien n'est encore tranché, le parti n'a pas dissimulé son penchant pour une participation.
Le discours politique développé par Abderrazak Makri ne laisse pas l'ombre d'un doute sur la participation à la bataille électorale. Voulant convaincre d'avance les cadres et les militants du parti au sein de la base, le successeur de Bouguerra Soltani a bien préparé le terrain. «Si le mouvement venait à confirmer sa participation à cette échéance nationale, cela voudra dire qu'un consensus aura été atteint au sein des structures du parti», avait déclaré le président du parti, lors de l'ouverture de l'université d'été tenue dernièrement.
Le conférencier a affirmé que son parti était «conscient de l'importance de prendre position par rapport aux prochaines législatives». M.Makri avait même exposé les conséquences d'un boycott sur l'avenir de sa formation.
La politique de la chaise vide n'a jamais donné de résultat. Après avoir quitté le gouvernement, le MSP ne veut pas prendre un autre risque de quitter les assemblées élues. Pour lui, c'est le seul moyen de faire entendre sa voix et de peser sur le cours des événements. Malgré qu'il n'ait pas réussi à faire passer ses amendements sur les projets de loi électorale et de l'Instance de surveillance des élections, il n'en demeure pas moins qu'il tient toujours à préserver sa place au sein de la chambre basse. Ce n'est pas tout.
Sachant que cette échéance marque un nouveau tournant dans la vie politique du pays puisqu'il s'agit de la première élection après la révision de la Constitution, le MSP ne veut pas déserter la scène.
D'ailleurs, le parti a refusé de prendre une décision commune au sein de la Coordination des libertés et de la transition démocratique. «Chaque parti est libre de prendre une décision qui lui convient», a soutenu Naamane Laouer qui précise que faire partie de la Cltd ne veut pas dire se diluer dans le pôle. Il faut rappeler que cette question a fait l'objet d'un grand différend au sein de la Cltd ce qui a précipité le départ du parti Jil Djadid de Soufiane Djilali de cette coordination. Ce qui laisse dire que le MSP va sans doute rejoindre son allié, le RCD, qui a annoncé officiellement son entrée dans l'arène de la bataille. Lors d'une réunion tenue vendredi dernier, le conseil national du RCD a voté à une écrasante majorité la participation du parti aux élections législatives et communales de 2017.
Le parti de Mohcen Belabès estime qu'il n'y a aucune raison pour opter pour le boycott. «La règle pour un parti est la participation et l'exception est le boycott. Pour toutes les élections, à chaque fois qu'il s'agit de boycott, il est important de trouver un argument politique pour convaincre», a-t-il expliqué dans une déclaration à TSA. Le RCD a été le premier à avoir livrer son intention.
Le parti de Ali Benflis reste, quant à lui, dans le flou. Idem pour le FFS.
Le Front des forces socialistes n'a pas encore annoncé la couleur. Or, pour le pouvoir, la participation du RCD et du MSP sera rassurante pour crier la victoire.
Par ailleurs, le MSP compte également décider lors de la réunion du conseil consultatif sur la question de l'abandon ou du renouvellement de l'Alliance de l'Algérie verte contractée en 2012 avec le parti d'El Islah et d'Ennahda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.