Quel dénouement pour la grève des avocats ?    T'wakhdhet !    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Vente de médicaments sur Instagram    Il faut résoudre «une fois pour toutes» le conflit au Sahara Occidental    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    «L'Algérie reste une excellente équipe de football»    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Statu quo au sommet    Quel test est le plus fiable ?    Saisie d'une quantité de drogue dure et arrestation de trois mis en cause    Deux en un sur le podium    La question actuelle de la décolonisation des savoirs    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Cap Blanc: Un grand filet fantôme renfloué    La boîte de Pandore    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Un pays antichoc    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    Depay dans le viseur    Les Canaris se rapprochent du podium    La Juve veut Vlahovic, mais...    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Les activités du PST gelées    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Abassi Madani voulait devenir le Khomeini algérien"
CONFESSIONS D'AHMED MERRANI, MEMBRE DU FIS DISSOUS
Publié dans L'Expression le 30 - 01 - 2017

L'ancien membre du Front islamique du salut (FIS) dissous, Ahmed Merrani, a récemment fait des révélations étonnantes sur le parti et celui qui en était alors le fondateur, Abassi Madani.
Invité de l'émission «Zadi fi mazad» sur la chaîne Ennahar TV, Merrani a dévoilé les intentions de Abassi Madani à l'époque. Il voyait grand en aspirant à devenir un haut dirigeant de la révolution à des fins de gouvernance à la façon de Khomeini en Iran: «Abassi Madani voulait devenir le Khomeini algérien tant il se donnait le destin de sauveur de l'Algérie au début des années 1990», dira-t-il Merrani est également, lors de cette émission, revenu sur l'histoire de la fondation du FIS dissous, ainsi que l'idéologie de Abassi Madani et de Ali Belhadj à l'intérieur du mouvement, dont le but ultime était selon lui de renverser le pouvoir en place de l'ex-président Chadli Bendjedid. Ce qui a conduit au début de la confrontation entre les deux parties, à travers le mouvement de grève. Dans ses révélations, Merrani a relaté le parcours du mouvement islamiste, notamment en 1982 lorsque Abassi Madani était entré en prison. Il a avancé le fait que l'ex-FIS avait exploité les évènements de 1986 pour traiter le gouvernement de malingre «depuis la mort de Boumediene le pouvoir en place est dans une perpétuelle incapacité à trouver de vraies solutions aux problèmes que vit le pays» a-t-il soutenu. Avant d'ajouter que «d'autant plus que l'autoritarisme qui caractérisait le gouvernement empêchait toute opposition, à cause des évènements d'Octobre et le soulèvement contre l'Etat». Il a ajouté: «Nous ne pouvions pas prévoir les événements du 5 Octobre 1988» en enchaînant: «je n'y ai pas participé et pour cause je n'ai jamais compris le mobile des activistes de ce parti, je ne pouvais concevoir que leur but réel était le changement.» Ahmed Merrani a par la même occasion révélé que c'est l'actuel directeur de cabinet de la présidence de la république Ahmed Ouyahia, qui lui a fait part qu'il serait désigné ministre des affaires religieuses. L'ancien membre du FIS dissous ne s'est pas arrêté là dans ses confessions, en donnant des détails sur la vie privée de Abassi Madani. Il a en effet soutenu à propos du deuxième mariage de celui-ci que «pendant qu'il était assigné à résidence après sa sortie de prison, le général Ismaïl Lamari s'est chargé de lui trouver une deuxième femme». «Sa première épouse a refusé de rester en Algérie sous prétexte de vouloir rejoindre ses enfants installés à l'étranger, le général lui a choisi une enseignante.» Plus étonnant encore «après ce choix, le général a chargé l'ancien ministre de l'Education nationale, Benbouzid, de lui demander sa main pour Abassi Madani», a-t-il poursuivi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.