Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Syrie encore au menu
AVANT GENÈVE, LES EUROPEENS PRESSENT WASHINGTON DE CLARIFIER SES POSITIONS
Publié dans L'Expression le 18 - 02 - 2017

Les pays qui soutiennent l'opposition syrienne réunis à Bonn
Lutter contre l'EI est indissociable, disent-ils, de choix préétablis dans la région et d'une doctrine sur le long terme...
La Syrie s'est imposée comme un sujet majeur au sommet du G20, hier à Bonn (Allemagne) lors d'une réunion qui a regroupé les pays soutenant l'opposition syrienne dans le but d'accorder leurs violons et tester la position américaine, à quelques jours de la reprise, à Genève, d'un nouveau round des négociations entre la délégation gouvernementale et celle des groupes insurgés. C'était là une rencontre inédite des Etats dits «affinitaires» (on n'a pas besoin de se demander pourquoi), du fait qu'ils partagent les mêmes analyses et les mêmes objectifs dans la crise syrienne. Etaient donc présents les pays occidentaux (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne et Italie) ainsi que les Etats membres du Conseil consultatif du Golfe et la Turquie. Les interrogations étaient nombreuses, un mois après la prise de fonction du nouveau président américain, Donald Trump, qui n'a eu de cesse de souffler le chaud et le froid, non seulement durant la campagne électorale mais également quelques jours à peine avant son investiture, sur ses intentions réelles. Après avoir critiqué la stratégie de son prédécesseur Barack Obama, et promis de changer radicalement son approche des enjeux tant vis-à-vis du terrorisme et de Daesh que de l'Otan et de la crise en Ukraine, Trump et son représentant diplomatique étaient vivement attendus par les Européens, passablement inquiets de se retrouver seuls face à...Poutine.
Voilà pourquoi, d'emblée, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson s'est retrouvé au centre de toutes les attentions du groupe des «affinitaires», les partenaires européens piaffant d'impatience pour cerner les véritables positions de la nouvelle administration américaine, aussi bien sur le sujet de la Syrie que pour les dossiers qui les opposent à la Russie depuis l'annexion de la Crimée. «Sur la lutte contre Daesh, on est rassuré, les engagements américains restent les mêmes. Trump n'a pas cessé de rappeler que sa priorité majeure sera de combattre l'Etat islamique. Il a d'ailleurs demandé au Pentagone de préparer des plans pour cette stratégie avant la fin février et n'a pas caché son intention de coopérer davantage avec Moscou contre Daesh. Les Européens comptent sur le pragmatisme des militaires américains pour contraindre l'administration Trump à la real politik. Lutter contre l'EI est indissociable, disent-ils, de choix préétablis dans la région et d'une doctrine sur le long terme. En clair, le fait colonial qui explique, s'il ne peut les justifier, les démarches de la France et de la Grande-Bretagne dans cette région martyrisée depuis plus d'un siècle et demi finira par avoir raison du populisme et de l'inconséquence de Donald Trump.
Reste la position alambiquée de la Turquie qui soutient les rebelles syriens et rame à contre-courant pour empêcher l'émergence d'une entité kurde sur ses flancs syrien, irakien et turc.
Farouchement opposée aux kurdes du nord de la Syrie, Ankara qui bombarde au sein de la coalition internationale les pays voisins s'est résignée à se rapprocher, dare-dare, de la Russie tant le soutien des pays occidentaux, Etats-Unis compris, à un Kurdistan en gestation devient de plus en plus menaçant. La Turquie a ainsi parrainé avec la Russie et l'Iran les pourparlers d'Astana, au Kazakhstan, et compte sur le processus de Genève pour désamorcer la bombe que les puissances occidentales veulent larguer sur son flanc oriental. Dans quelques jours, quand la réunion de Genève aura lieu sous l'égide de l'ONU, le risque est grand de voir les mêmes causes, à savoir les exigences des pays occidentaux, engendrer les mêmes effets. Demain, s'ouvrira la Conférence sur la Sécurité, grand rendez-vous annuel du gotha mondial de la défense, à laquelle assistera le vice-président américain Mike Pence, dont la chancelière allemande Angela Merkel et ses homologues français et britannique attendent qu'il les «rassure» sur l'engagement américain dans l'alliance transatlantique. Une garantie parmi d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.