Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au secours mon colonel!
MUSTAPHA LAHBIRI, DIRECTEUR GENERAL DE LA PROTECTION CIVILE
Publié dans L'Expression le 02 - 03 - 2017

Cette institution a gagné ses galons sur des terrains de feux, des torrents de pluie, de neige et d'asphalte imbibé de sang.
Le geste lent d'un semeur, le regard brun et la silhouette longiligne, le colonel Mustapha Lahbiri est planté au coeur de la Protection civile algérienne. Depuis ces quinze dernières années au moins, on ne peut pas parler de l'un sans évoquer l'autre. Son nom a épousé les couleurs de cette institution devenue une fierté nationale parce qu'elle a gagné ses galons sur les terrains des opérations et quels terrains: ceux des feux, des torrents de pluie, de flocons paralysants de neige et souvent du sang imbibant l'asphalte des routes.
La voix un peu terne, la parole rare, cet ancien officier supérieur de la Wilaya V historique, préfère surtout écouter et mieux scruter avec ses yeux pétillants comme du champagne de haute qualité. Adulé pour sa simplicité, aimé pour sa disponibilité, Lahbiri est un homme affable, qui est toujours aux petits soins avec ses éléments. «Un vrai pompier qui servira convenablement la communauté est celui qui est à l'aise, qui ne manque de rien.» Telle est la philosophie du colonel Lahbiri. «Grâce à lui, l'Etat ne nous refuse rien», témoigne fièrement un des agents. En matériel, en ressources humaines et en qualité de formation, la Protection civile algérienne impressionne, fait honneur et porte haut l'emblème national. «Cette époque où les palladiums et les blousons des autres structures de secours nous impressionnaient est révolue. Dans les diférentes missions de secours que nous avons eu à mener au plan international, ce sont nos équipements qui éblouissent, nos éléments qui séduisent et notre emblème national qui se hisse toujours plus haut», témoigne un officier. Infatigable et jovial, Labhiri a imprimé à ce fleuron national le sens de l'altruisme, de l'abnégation et du sacrifice. D'un embryon de la protection fait d'une équipe de secours aux moyens et aux notions rudimentaires au lendemain de l'indépendance, la Protection civile est devenue aujourd'hui une vraie institution qui force le respect par sa rigueur, son sérieux et sa stabilité. Ce sont près de 70.000 agents aux premières lignes du risque prêts à répondre aux appels de détresse. Ils sont dotés de moyens qui leur permettent de répondre à toutes les situations d'urgence en créant des équipes spécialisées allant des colonnes mobiles, des équipes cynophiles, des médecins de catastrophes aux plongées subaquatiques jusqu'au groupement aérien avec des équipes de 20 pilotes d'hélicoptère. Cette organisation a permis la création de détachements de renfort et de première intervention (Drpi), dans les 48 wilayas. C'est aussi une équipe spécialisée dans les accidents technologiques, notamment les accidents dus aux radiations et les accidents chimiques. Ce travail de fond a été entamé depuis 10 ans par la direction générale de la Protection civile sous l'inspiration de son patron le colonel Lahbiri. On ne s'arrête pas en si bon chemin, la Protection civile ambitionne d'inculquer le bon réflexe à tous les Algériens. Une initiative d'une très grande portée dans un pays en proie aux catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et les inondations. Professionnels, aguerris, les éléments de la Protection civile font aujourd'hui la fierté du pays pour avoir hissé le drapeau national dans plusieurs pays pour des missions de secours et humanitaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.