Présidentielle: Feu vert pour le retrait des formulaires de souscription    Essais nucléaires français en Algérie: Quand la raison d'Etat consacre l'impunité    Harga, migrants subsahariens et chantage européen: Accord de mobilité contre centres de rétention    Un Forum national sur le phénomène: A la recherche d'un remède contre la «harga»    Le faux vrai désengagement américain    Droit d'asile: L'Allemagne ferme son territoire aux Algériens    Les syndicats autonomes boycottent une rencontre avec Benghabrit    Harraga, la grande question    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Poutine accueilli par une marée humaine    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je suis fan de Matoub Lounès"
RYM HAKIKI EN MARGE DE SON SPECTACLE À ORAN
Publié dans L'Expression le 04 - 06 - 2017


«Je chante l'amour, j'aime les chansons d'amour»
«Je suis fan de plusieurs chanteurs comme Idir, le défunt Matoub Lounès, Ait Menguellet», a-t-elle indiqué.
«J'aimerais bien chanter en kabyle...mais», a affirmé la chanteuse du hawzi, Rym Hakiki, en marge du spectacle qu'elle a donné jeudi soir dans la salle de cinéma Le Maghreb, ex-Régent, dans le chef-lieu de la wilaya d'Oran.
Rym Hakiki a, à travers un tel aveu démontré le niveau du respect et d'admiration qu'elle voue au chant kabyle tout en soutenant que le chant et les chanteurs d'expression amazighe lui inspirent beaucoup de belles choses, notamment en ce qui concerne la richesse de la culture-artistique algérienne. Rym Hakiki est, en fait, une star qui rend hommage à ses homologues, des stars de la chanson d'expression amazighe. S'exprimant en exclusivité à L'Expression elle n'a pas dissimulé le lyrisme et le respect sans borne qu'elle porte à la quasi-totalité des chanteurs kabyles. «Je suis fan de plusieurs chanteurs comme Idir, le défunt Matoub Lounès, Ait Menguellet, Mohamed Allaoua, Rabah Asma, Hassiba Amrouche», a-t-elle indiqué. Pour la chanteuse, la musique est un art à perfectionner en le composant.
Idem pour le chant en le fredonnant. Là aussi, Rym Hakiki, au contact de la musique dès son jeune âge, n'en revient pas dans ses dires en soutenant que le chant et la musique sont cette habileté et ce talent à parfaire en l'accomplissant, d'autant que l'artiste est en contact permanent avec les populations, aussi bien sur scène que dans sa vie quotidienne. C'est d'ailleurs un tel critère qui attire la chanteuse tlémcénienne vers le chant et les chanteurs d'expression amazighe de la Kabylie. Elle dira que «tout ce qui compose la chanson kabyle m'attire». Car, a-t-elle expliqué «il faut un peu de tout pour faire une belle musique dont les arrangements, les textes, la voix, le savoir chanter». «Mais ce que j'aime le plus dans la chanson kabyle c'est le rythme», a-t-elle affirmé, avant d'évoquer la chanson engagée pour laquelle elle dira avoir pris ses distances, elle qui a affirmé auparavant être fan du célèbre chantre Matoub Lounès. Aimant écouter les chansons de Matoub, Rym Hakiki ne se voit aucunement dans le cas du Rebelle et son chant dominé par le verbe à la fois engagé et furibond. La chanteuse ne croit pas à ce qu'elle a qualifié de «la chanson politique». «Je ne fais pas de politique dans mon chant», a-t-elle affirmé expliquant que «je chante l'amour, j'aime les chansons d'amour». Rym Hakiki ne voit rien de mal de se voir critiquée, y compris pour la campagne de dénigrement dont elle a fait l'objet en 2014 lorsqu'elle a pris part dans la chorale artistique ayant fait campagne appelant les populations à voter dans la présidentielle d'alors. «Chacun est libre de s'exprimer et d'exprimer ce qu'il pense», a-t-elle souligné. L'artiste se prépare activement à enrichir son CV en commercialisant dans un mois un coffret de cinq albums comprenant trois chansons du type madih et deux autres de hawzi. Le spectacle de jeudi soir malgré le peu d'engouement de spectateurs, Rym Hakiki, n'a pas lâché son beau sourire tout en chatouillant le luth qu'elle caressait avec le médiator (richa).
Elle a scindé son show en deux parties, toutes les deux constituées de madih. Dans la première phase, elle a fredonné le célèbre «Ya Ouassaâ El Makhazen», «Koul menour nour El Hachemi kmal». Idem pour la deuxième phase en la consacrant aux éloges au prophète (Qsssl). Rym Hakiki, n'est pas méconnue, aussi bien en Algerie qu'à l'étranger. Elle est star de la jeunesse algérienne, nouvelle princesse de la musique arabo-andalouse et du hawzi. Son long parcours d'artiste et son abnégation lui ont valu un tel titre. A huit ans, elle rejoint l'école musicale Nassim El Andalous d'Oran. Chanson populaire, musique andalouse et hawzi, c'est avec un répertoire étendu qu'elle sort dès l'âge de 16 ans son premier album de «Ya Ould Nass» ainsi que «Mal hbibi malou» et «Khayef chemissa». Ces succès qui ont fait renaître la musique algérienne et ont démontré les talents d'un artiste prodigieux. Désormais, connue et reconnue par son charisme et son talent de vocaliste, elle enchaîne l'enregistrement de 10 albums.
Le plus célèbre est sans doute l'album de la consécration, «Sabra» vendu à plus d'un million d'exemplaires. Aujourd'hui, surnommée la nouvelle merveille de la chanson andalouse, Rym Hakiki est la pionnière d'un nouvel air musical et d'un valeureux héritage traditionnel, avec sa voix dégageant chaleur et douceur à la fois, elle incarne la culture algérienne à travers le monde, et de son souffle contemporain, attise passionnément les braises de la tradition.
A la faveur de cette nouvelle génération de jeunes chanteurs faisant des percées fulgurantes dans le chant andalou, le champ artistique risque-t-il de se rétrécir autour de Rym Hakiki en perdant du terrain notamment en ce qui concerne l'audimat? Rien ne s'est encore dessiné malgré l'émergence rapide de Meriem Benallal et Leila Borsali. Auparavant, ce fut Amar Belkhodja qui n'a pas laissé les présents sur leur soif.
Authentique produit de l'école, spécialisé dans l'apprentissage du chant El Gharnati dans la wilaya de Tlemcen, Amar Belkhodja n'a pas «dégammé», ni «détonné» ni encore moins faussé la route à son orchestre l'accompagnant en envoûtant les spectateurs par sa belle voix, tout en leur proposant du hawzi, du riche patrimoine chant judéo-arabe de Luc Charki avant de boucler son spectacle en se livrant lyriquement dans le chant liturgique andalou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.