Le Brent près de 72 dollars le baril à Londres    Le procès de Kamel Chikhi et de 12 fonctionnaires renvoyé au 19 juin prochain    Taleb appelle à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution    Confusion devant le bureau du président de l'APN    Communauté universitaire et avocats dans la rue à Béjaïa    «Sans aucune ambition politique, notre objectif est de servir notre pays»    Smail Chergui dénonce une guerre par procuration en Libye    Bientôt une assemblée des actionnaires pour dénouer la crise    Une croissance de +9,1% du nombre de passagers aériens en Avril    Real : Vers une prolongation de Nacho    La contrebande de psychotropes bat son plein    Un parti marocain de gauche solidaire    Un jeune palestinien blessé par les forces israélienne    La facture en évolution continue    Tout savoir sur les nouvelles finitions du Volkswagen Caddy    Les Soudanais préparent la désobéissance civile    L'Iran reprend un stock d'uranium faiblement enrichi    Les souscripteurs organisent une marche de protestation à Jijel    Le ministre du Tourisme donne ses instructions    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Fin de saison pour Demane    "Bien sûr que je veux jouer la Coupe d'Afrique"    Vers le dénouement de la crise    L'ECA persiste et soutient les «principes de la réforme»    Libérer Issad Rebrab et mettre fin à l'insécurité juridique    Le ministère promet un bac sécurisé    Concombre en persillade    800 interventions depuis janvier dernier à Jijel    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Saisie de pièces archéologiques romaines    Classée prochainement monument historique national    «De nombreux lobbies infiltrés au sein des institutions du pays»    La mobilisation des étudiants se poursuit : Jusqu'au bout !    USTHB : Iftar collectif au profit des étudiants    «Non à la mascarade électorale du 4 juillet 2019»    Accusé de mauvaise gestion : Le DJS de Bouira limogé    Al Qods occupée : Riyad, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux saints    10 demandes d'investissement déposées    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    Les démocrates, furieux contre Trump, débattent d'une destitution    Dans ma tête un rond-point !    Le premier bilan de Haftar    Plus de 4 800 oiseaux d'eau nicheurs recensés à Ghardaïa    Zakat El Fitr fixée cette année à 120 DA    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants en congé prolongé
DES BOULANGERIES, DES MAGASINS DE L'ALIMENTATION GENERALE, TOUJOURS FERMES
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2017

Il faut compter une semaine pour revenir au rythme normal
La fermeture des magasins a donné lieu à une pénurie de certains produits de première nécessité et à une flambée des prix et des légumes.
La fête n'est pas encore finie. Les commerçants profitent au maximum pour se relaxer. Au troisième jour de l'Aïd, ces derniers n'ont pas repris leur activité. A l'exception de certains, la plupart sont en congé prolongé. Hier, des magasins ont baissé rideau un peu partout à travers la capitale. Ni boulangerie ni pizzeria ni même un magasin d'alimentation générale ouvert. Le citoyen lambda a dû parcourir plusieurs endroits pour s'approvisionner en produits de première nécessité tels que le lait et le pain. Cette habitude a tendance à s'installer dans le temps.
«Il faut compter une semaine pour revenir au rythme normal», affirme un retraité en quête du sachet de lait. «C'est devenu une habitude depuis les dix dernières années, j'ai fait le tour du quartier pour trouver une alimentation ouverte, mais en vain», déplore un jeune homme qui s'est invité au débat. Ceux qui ont eu à assurer la permanence durant l'Aïd n'ont pas bravé la réglementation en assurant l'activité durant les deux jours de fête. Le problème ne se pose plus durant l'Aïd mais plutôt au courant de la première semaine qui suit. Sachant qu'il n'y a rien à craindre, les commerçants partent en congé sans pour autant aviser ce qui crée sérieusement une pénurie. Les prix des fruits et des légumes ont d'ailleurs augmenté. Faute d'approvisionnement en produits agricoles et avec la fermeture des autres commerces, les vendeurs font la loi en jonglant avec les prix loin de craindre les sanctions. Pourtant, ces derniers sont soumis à tout un règlement organisant l'activité de détaillant. Les commerçants sont tenus de déposer une demande de congé auprès des pouvoirs publics avant de baisser rideau, mais en vain. Ces derniers travaillent à leur guise. Les pouvoirs publics doivent prendre en considération ce problème pour éviter à l'horizon ce genre de problèmes.
Ces derniers doivent obliger tous les commerçants à reprendre leurs activités juste après la fête pour ne pas prendre en otage le citoyen. Le président de l'Association de protection du consommateur de la wilaya d'Alger, Mustapha Zebdi a reconnu que la permanence a été assurée par la majorité des commerçants concernés durant l'Aïd tout en déplorant certains dysfonctionnements. «Nous avons enregistré trois principaux problèmes auxquels ont fait face et les consommateurs et les commerçants.
Ils ont causé une grande défaillance», a affirmé Zebdi tout en précisant qu'il s'agit du problème d'approvisionnement, de la hausse des prix des produits exposés et du manque de communication entre le commerçant et le consommateur. Au niveau d'Alger-Centre, à titre d'exemple, un déséquilibre en termes d'approvisionnements a été ressenti et cela malgré le grand nombre de commerçants mobilisés pour assurer la permanence de l'Aïd.
«Le consommateur a trouvé du mal pour s'approvisionner en pain et en lait au cours de l'Aïd», précise-t-il, ajoutant que «ceci est dû au nombre minime de boulangeries ouvertes les jours de fête, alors que l'on a constaté une défaillance dans la distribution de lait dans certains quartiers de la capitale». Pour notre interlocuteur, le manque de communication constitue également un réel problème, malgré le respect quasi total des commerçants envers la permanence exigée. De son côté, le président de l'Association nationale des commerçants et artisans (Anca) El Hadj Tahar Boulenouar a indiqué qu'une hausse de 30% des prix des fruits et légumes a été constatée durant ces jours de fête, et ce, faute d'approvisionnement des marchés par les agriculteurs. Selon lui, 4745 boulangeries ont assuré leur permanence, avec 15 millions de baguettes de pain vendues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.