Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants en congé prolongé
DES BOULANGERIES, DES MAGASINS DE L'ALIMENTATION GENERALE, TOUJOURS FERMES
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2017

Il faut compter une semaine pour revenir au rythme normal
La fermeture des magasins a donné lieu à une pénurie de certains produits de première nécessité et à une flambée des prix et des légumes.
La fête n'est pas encore finie. Les commerçants profitent au maximum pour se relaxer. Au troisième jour de l'Aïd, ces derniers n'ont pas repris leur activité. A l'exception de certains, la plupart sont en congé prolongé. Hier, des magasins ont baissé rideau un peu partout à travers la capitale. Ni boulangerie ni pizzeria ni même un magasin d'alimentation générale ouvert. Le citoyen lambda a dû parcourir plusieurs endroits pour s'approvisionner en produits de première nécessité tels que le lait et le pain. Cette habitude a tendance à s'installer dans le temps.
«Il faut compter une semaine pour revenir au rythme normal», affirme un retraité en quête du sachet de lait. «C'est devenu une habitude depuis les dix dernières années, j'ai fait le tour du quartier pour trouver une alimentation ouverte, mais en vain», déplore un jeune homme qui s'est invité au débat. Ceux qui ont eu à assurer la permanence durant l'Aïd n'ont pas bravé la réglementation en assurant l'activité durant les deux jours de fête. Le problème ne se pose plus durant l'Aïd mais plutôt au courant de la première semaine qui suit. Sachant qu'il n'y a rien à craindre, les commerçants partent en congé sans pour autant aviser ce qui crée sérieusement une pénurie. Les prix des fruits et des légumes ont d'ailleurs augmenté. Faute d'approvisionnement en produits agricoles et avec la fermeture des autres commerces, les vendeurs font la loi en jonglant avec les prix loin de craindre les sanctions. Pourtant, ces derniers sont soumis à tout un règlement organisant l'activité de détaillant. Les commerçants sont tenus de déposer une demande de congé auprès des pouvoirs publics avant de baisser rideau, mais en vain. Ces derniers travaillent à leur guise. Les pouvoirs publics doivent prendre en considération ce problème pour éviter à l'horizon ce genre de problèmes.
Ces derniers doivent obliger tous les commerçants à reprendre leurs activités juste après la fête pour ne pas prendre en otage le citoyen. Le président de l'Association de protection du consommateur de la wilaya d'Alger, Mustapha Zebdi a reconnu que la permanence a été assurée par la majorité des commerçants concernés durant l'Aïd tout en déplorant certains dysfonctionnements. «Nous avons enregistré trois principaux problèmes auxquels ont fait face et les consommateurs et les commerçants.
Ils ont causé une grande défaillance», a affirmé Zebdi tout en précisant qu'il s'agit du problème d'approvisionnement, de la hausse des prix des produits exposés et du manque de communication entre le commerçant et le consommateur. Au niveau d'Alger-Centre, à titre d'exemple, un déséquilibre en termes d'approvisionnements a été ressenti et cela malgré le grand nombre de commerçants mobilisés pour assurer la permanence de l'Aïd.
«Le consommateur a trouvé du mal pour s'approvisionner en pain et en lait au cours de l'Aïd», précise-t-il, ajoutant que «ceci est dû au nombre minime de boulangeries ouvertes les jours de fête, alors que l'on a constaté une défaillance dans la distribution de lait dans certains quartiers de la capitale». Pour notre interlocuteur, le manque de communication constitue également un réel problème, malgré le respect quasi total des commerçants envers la permanence exigée. De son côté, le président de l'Association nationale des commerçants et artisans (Anca) El Hadj Tahar Boulenouar a indiqué qu'une hausse de 30% des prix des fruits et légumes a été constatée durant ces jours de fête, et ce, faute d'approvisionnement des marchés par les agriculteurs. Selon lui, 4745 boulangeries ont assuré leur permanence, avec 15 millions de baguettes de pain vendues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.