Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emmanuel Macron face à l'épreuve de la rue
MANIFESTATIONS EN FRANCE
Publié dans L'Expression le 13 - 09 - 2017

A Paris, le nombre de manifestants a atteint 60 000 selon la CGT et 24 000 selon les autorités.»Je suis venue aujourd'hui parce que c'est une attaque sur le Code du travail comme on n'a jamais vu historiquement, jamais vu», enrageait une manifestante.
Emmanuel Macron affrontait hier son premier test social avec une grande journée de grèves et de manifestations contre l'assouplissement du Code du travail, une réforme sur laquelle le nouveau président français n'entend rien céder. Plusieurs dizaines de milliers de Français sont descendus dans la rue contre l'assouplissement du Code du travail, réforme emblématique du président Macron, qui reste déterminé malgré cette première mobilisation qualifiée de «très forte» par les opposants. «C'est une première qui s'annonce réussie», a affirmé dans le cortège parisien Philippe Martinez, le numéro un de la CGT, syndicat co-organisateur de la manifestation parisienne. Le leader syndical s'est également félicité «de la très forte mobilisation déjà en province». «A midi on était plus de 100 000», a-t-il affirmé. A Paris, le nombre de manifestants a atteint 60 000 selon la CGT, et 24 000 selon les autorités.»Je suis venue aujourd'hui parce que c'est une attaque sur le Code du travail comme on n'a jamais vu historiquement, jamais vu», enrageait Evelyne Deurilla-Feer, participant au cortège parisien. «Le Code du travail c'est pour protéger les salariés... et qu'est-ce qu'il a fait, Macron?», se demandait-elle, déguisée en boîte géante de mouchoirs à jeter Kleenex sur laquelle était écrit: «Salariés: utilisez, jetez».
Le défilé parisien a été stoppé à plusieurs reprises par des heurts, et les forces de l'ordre ont répliqué à des jets de projectiles en faisant usage de gaz lacrymogènes et d'un canon à eau. Sur les pancartes, le président Emmanuel Macron était ciblé pour ses propos dans lesquels il promettait de ne céder «ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes». «Les fainéants sont en marche», pouvait-on lire, ou «Macron, t'es foutu, les fainéants sont dans la rue».
A Marseille (Sud), la préfecture a compté 7 500 manifestants, les organisateurs 60 000. Dans le cortège, le leader de La France Insoumise (gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon, a promis de «faire reculer» le président de la République, car «ce pays ne veut pas du monde libéral». La CGT a déjà appelé à une autre mobilisation, le 21 septembre, à la veille de la présentation du projet en Conseil des ministres et deux jours avant celle de La France Insoumise.Mais le front, en particulier syndical, est désuni. Tandis que la CGT est vent debout contre la loi, les deux autres principaux syndicats, FO et la Cfdt, bien que critiques, n'ont pas appelé à manifester. Cette division interroge sur l'ampleur de la mobilisation contre un président qui a certes chuté dans les sondages, mais fait face à une opposition éparpillée. Emmanuel Macron, qui était hier en déplacement dans l'île caribéenne de Saint-Martin frappée la semaine dernière par l'ouragan Irma, a averti qu'il «serait d'une détermination absolue».
Premier gros chantier social du quinquennat Macron, la réforme prévoit un plafonnement des indemnités en cas de contentieux, la réduction des délais de recours des salariés ou encore la possibilité de négocier sans syndicat en dessous de 50 salariés, alors que les petites et moyennes entreprises représentent près de la moitié des salariés en France. L'objectif affiché par le président Macron est de donner plus de flexibilité aux entreprises et de les encourager à embaucher alors que le chômage reste massif. Il touche 9,5% de la population active, contre une moyenne de 7,8% en Europe. Il s'agit également aussi de regagner la confiance de l'Allemagne qui réclame depuis longtemps des réformes structurelles à Paris. L'enjeu est d'autant plus important pour Emmanuel Macron que l'exécutif envisage d'autres réformes sociales importantes dans les mois à venir: assurance-chômage, apprentissage, formation professionnelle et retraites. Peu avant les manifestations, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a estimé que le pays était «mûr pour inventer une flexi sécurité à la française». «Nous tiendrons», a quant à lui promis le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.