Ligue 1: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Real Madrid : Zidane ne serait pas menacé    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opinion internationale scandalisée
REPRESSION NON-STOP AU SAHARA OCCIDENTAL
Publié dans L'Expression le 25 - 06 - 2005

Le mauvais élève vient donc d'être lâché par tout le monde, y compris par ses ex-alliés.
La situation est sur le fil du rasoir dans les territoires occupés au Sahara occidental. Depuis mercredi, les manifestations contre l'occupation marocaine se sont étendues à la ville d'Assa au sud du territoire chérifien. Encore une fois, l'armée du palais royal a violemment réprimé une marche pacifique organisée dans la ville d'Assa, en soutien au soulèvement populaire dans les territoires occupés. Le nombre de blessés a atteint douze personnes parmi les manifestants sahraouis d'Assa.
Deux personnes ont été également arrêtées à la suite des manifestations. La mission de la Rasd a fait état de violentes répressions subies par les étudiants sahraouis à la cité universitaire de Casablanca. Un étudiant sahraoui, Raji Mohamed, a été également enlevé, mardi dernier, par les forces spéciales marocaines à son domicile près de l'université de Marrakech, rapporte jeudi l'agence sahraouie SPS.
Dans la ville rebelle d'El Ayoun, les manifestations reprennent de plus belle depuis mercredi dernier. Les Sahraouis se sont révoltés contre l'arrestation et la torture de Aminatou Haïdar, compatriote militante des droits de l'Homme. La militante sahraouie avait été transférée dimanche à la prison Carcel Negra de la même ville dans un état de santé critique. Le vent de la révolte commence à se faire entendre dans les villes marocaines d'Agadir, de Casablanca, de Fès, de Marrakech et de Rabat. Un soulèvement qui, rappelons-le, a vu le jour tout d'abord dans les villes occupées d'El Ayoun, de Smara et Dakhla. Nonobstant cette manifestation locale et les condamnations internationales, Rabat continue de s'obstiner et tourner le dos à la légalité internationale. La tolérance zéro à l'égard de la position marocaine vis-à-vis des réclamations des Sahraouis a été décrétée aussi par les officiels italiens. Le sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, M.Giampaolo Bettamio, a déclaré que son pays «est convaincu que la recherche d'une solution à la crise au Sahara occidental doit être poursuivie dans le cadre des résolutions des Nations unies». Lesquelles résolutions onusiennes exigent la mise en place d'un plan d'autodétermination du peuple sahraoui.
En tous les cas, la position de l'Italie va dans le même sens que celle d'Alger, de l'Espagne, du Parlement suisse, mais aussi de plusieurs organisations politiques françaises. Rabat est définitivement largué sur la scène internationale au sujet de la question du Sahara occidental. «La situation de crise au Sahara continue d'être suivie de près par l'Italie, de pair avec ses principaux partenaires de l'Union européenne», indique aussi le sous-secrétaire italien aux Affaires étrangères. Mieux, dans sa réponse à M.Drario Rivolta, président de la commission extérieure de la chambre des députés italienne, qui avait interpellé le gouvernement sur la répression marocaine qui s'est abattue sur les manifestants sahraouis, M.Giampaolo Bettamio a souhaité «dans la situation actuelle un engagement plus actif de la communauté internationale pour relancer le dialogue direct entre les parties en conflit et trouver une solution au problème sous l'égide de l'ONU».
De son côté, le royaume ibérique, par la voix du ministre des Affaires étrangères, M.Miguel Angel Moratinos, a renouvelé sa position en affirmant que «l'Espagne ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental». Une déclaration des plus importantes, sachant que l'Espagne a sa part de responsabilité dans l'histoire de la région du Sahara. Le mauvais élève vient donc d'être lâché par tout le monde, y compris par ses ex-alliés.
Un fait qui réconforte la position de l'Algérie dans son soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui. «Les diplomates espagnols aux Nations unies ont cédé en 1975 l'administration mais pas la souveraineté sur ces territoires» dans l'attente de l'organisation d'une consultation à travers «l'exercice de l'autodétermination», a précisé le responsable de la diplomatie espagnole. Dans son élan, M.Miguel Angel Moratinos a réitéré «l'engagement actif» de son pays dans la recherche d'une solution définitive au conflit du Sahara occidental, mais une solution qui, selon lui, «garantira le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre des Nations unies».
Dans sa dernière sortie médiatique, le ministre des Affaires étrangères, M.Mohamed Bedjaoui, a affirmé quant à lui qu'Alger et Rabat «avaient convenu de laisser la question du Sahara occidental dans le cadre des Nations unies», estimant que Rabat «porte seul» la responsabilité du «blocage actuel». Quoi qu'il en soit, l'Algérie a affiché ouvertement sa couleur, son soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui va dans le même sens que les dispositions onusiennes et la légalité internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.