Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Abane Ramdane (Dar El Beïda – Alger) : Transport inexistant    Sétif : Square ou dépotoir ?    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Conseil de la FIFA: Les dessous de l'affaire Zetchi    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Avant-projet de loi organique relative aux élections: Les assurances de la commission Laraba    Le génie du virus    Le confinement n'en n'est pas la seule cause: Cybercriminalité et violence contre les femmes et les enfants en hausse    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Le RND propose des amendements substantiels    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    L'opposition partagée    Tinhinane Laceb retrouvée morte    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    La directrice des médias limogée    Le RND émet quelques réserves    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lourdes peines contre les manifestants sahraouis
Sahara-Occidental
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2005

La répression violente du peuple sahraoui par le royaume chérifien a pris une nouvelle forme. Après les arrestations, les tortures et les enlèvements des manifestants, le Maroc a actionné son arsenal judiciaire en condamnant à de lourdes peines les Sahraouis.
Six Sahraouis, dont un malade mental, accusés d'avoir participé à des manifestations violentes, le 24 mai à El Ayoun, capitale du Sahara- Occidental, ont été condamnés jeudi dernier à des peines allant d'un an avec sursis à cinq ans de prison ferme, alors qu'ils devaient normalement passer devant le juge d'instruction, selon l'agence sahraouie SPS. Les chefs d'inculpation retenus par le tribunal de première instance d'El Ayoun contre les six prévenus sont « participation à des actes de vandalisme, attroupement armé et violence contre les forces de l'ordre ». Un autre groupe de dix-neuf personnes, incarcérées également à la prison d'El Ayoun et poursuivies dans le cadre des mêmes manifestations, sera jugé à partir du 28 juin, avec le procès de trois accusés, puis le 5 juillet pour les seize autres, a indiqué la même source. Les dix-neuf prévenus sont accusés de « constitution d'une bande criminelle en vue de commettre des actes criminels, sabotage d'un bien d'utilité publique, violence contre des fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions avec préméditation et usage d'arme et participation à un attroupement armé ». Dix détenus politiques sahraouis, présentés le même jour devant la cour coloniale à El Ayoun occupée, ont appelé à être jugés sur la base de leurs revendications politiques, notamment l'indépendance de leur patrie, réfutant tous les crimes dont ils sont accusés par les autorités marocaines d'oppression, selon SPS. « Les autorités judiciaires coloniales ont voulu précipiter le jugement des dix détenus sans laisser aux avocats l'opportunité d'étudier les dossiers d'accusation. Mais la défense, composée de huit avocats, a exigé le report du jugement jusqu'au 5 juillet prochain, ce qui a été finalement accepté par la présidence de la cour coloniale marocaine », selon la même source. Par ailleurs, le vent de la révolte qui a soufflé fin mai et début juin dans les territoires sahraouis d'El Ayoun et qui s'est propagé par la suite à d'autres villes du Sahara-Occidental (Smara et Dakhla) et marocaines (Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech et Rabat), s'est étendu, depuis mardi dernier, à la ville d'Assa (sud du Maroc).
Des blessés graves et un étudiant enlevé
Une marche pacifique, rassemblant plusieurs centaines de personnes, en solidarité avec le soulèvement populaire dans les territoires occupés sahraouis, « s'est transformée rapidement en confrontation violente à la suite d'une intervention brutale de plus de 500 membres des forces de sécurité marocaines soutenus par les forces d'intervention spéciales », selon la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Il y aurait eu une manifestation que, par contre, dément Rabat, qui prétend qu'il s'agit d'un sit-in organisé par une cinquantaine d'élèves déçus après leur échec au baccalauréat, a indiqué, jeudi, l'agence marocaine Map, alors que la RASD déplore que « les forces marocaines ont fait usage de matraques, de baïonnettes et de gaz lacrymogènes, blessant plusieurs manifestants, dont deux grièvement ». Les manifestants qui scandaient des slogans nationalistes et brandissaient des banderoles aux couleurs sahraouies ont ensuite érigé des barrages de fortune et mis le feu à des pneus pour empêcher l'avancée des forces spéciales marocaines qui s'apprêtaient à pénétrer dans les maisons pour interpeller les manifestants, selon la source sahraouie. Les Sahraouis sont également sortis dans la ville d'El Ayoun mercredi dernier pour protester contre l'arrestation et la torture par les autorités marocaines de la militante sahraouie des droits de l'homme, Aminatu Haïdar, arrêtée vendredi dernier à l'hôpital d'El Ayoun et transférée deux jours après à la prison Carcel Negra de la même ville. Rassemblés en face de la maison de l'activiste, des manifestants, venus des quatre coins de la ville, ont scandé des slogans appelant à la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis, imputant au Maroc la responsabilité de crimes contre l'humanité, selon l'agence sahraouie SPS. La RASD fait état, en outre, de violentes répressions subies par des étudiants sahraouis à la cité universitaire de Casablanca (Maroc). Sept étudiants sahraouis, dont deux filles, ont été sérieusement blessés lorsque des unités de police appuyées par des agents de l'université et des étudiants marocains zélés ont envahi leurs chambres, saccageant les lieux et pillant leurs effets personnels. Un étudiant sahraoui, Raji Mohamed, a été enlevé, depuis mardi dernier, par les forces spéciales marocaines à son domicile près de l'université de Marrakech et conduit vers une destination inconnue, rapporte des sources sahraouies. Un enlèvement qui a fait réagir ses compatriotes étudiants, ils réclamaient sa libération immédiate lors d'une manifestation organisée à l'extérieur du campus universitaire, brutalement réprimée par les services de sécurité marocains. Ceux-ci n'ont pas cessé d'opérer depuis fin mai, date de déclenchement de vastes manifestations dans les territoires sahraouis occupés, des descentes quotidiennes dans les pavillons où résident les étudiants sahraouis dans les universités marocaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.