Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un grand festival lui sera dédié à Ath Yanni
BRAHIM IZRI NOUS A QUITTES LE 3 JANVIER 2005
Publié dans L'Expression le 03 - 01 - 2018

Le choix de la période de l'été pour l'organisation de cet événement n'est pas fortuit.
Le début des années 2000 a vu le décès de plusieurs étoiles de la culture amazighe d'expression kabyle à l'instar de Bessaoud Mohand-Arab, ancien maquisard de l'ALN et fondateur de l'Académie berbère, Abdellah Mohia, dramaturge et Brahim Izri, l'un des plus grands chanteurs et compositeurs kabyles. Aujourd'hui donc (mercredi 3 janvier 2018), l'univers de la chanson kabyle commémorera le 13e anniversaire du décès de l'artiste qui a conféré à la chanson kabyle un timbre de modernité inédit, permettant à cette dernière de connaître un saut qualitatif indéniable. Car avant l'avènement du genre de style musical promu par Brahim Izri et d'autres artistes de sa trempe, la chanson kabyle était souvent «cloîtrée» en quelque sorte entre deux styles plutôt traditionnels: le folklore et le chaâbi. Il s'agit, certes, de genres musicaux majeurs, surtout le chaâbi, mais pour accrocher une jeunesse de plus en plus attirée par la chanson occidentale à l'époque, il fallait absolument qu'il y ait une nouvelle vague d'artistes de langue kabyle qui s'appuierait sur des sonorités plutôt modernes. Brahim Izri a réussi à relever ce défi même si l'ingratitude humaine a fait que l'apport de Brahim Izri à la chanson kabyle reste à ce jour méconnu. C'est d'ailleurs pour réparer cette injustice grave envers le grand Brahim Izri que le maire d'Ath Yanni a annoncé, hier, l'organisation d'un grand festival en hommage à Brahim Izri l'été prochain dans toute la région. Le premier magistrat de la commune d'Ath Yanni a d'ailleurs profité de cette occasion pour lancer un appel à tous les amoureux de la chanson kabyle et à l'ensemble des fans de Brahim Izri afin de mettre la main à la pâte dans la perspective de contribuer, autant que faire se peut, à la réussite de cet événement culturel que tout le monde souhaite grandiose et à la hauteur de l'oeuvre musicale de Brahim Izri. Le choix de la période de l'été pour l'organisation de cet événement n'est pas fortuit. Cet hommage à Brahim Izri ne peut pas être organisé le jour de l'anniversaire de son décès car ce dernier tombe en plein hiver, très rude sur les hauteurs d'Ath Yanni. Donc, pour la journée commémorative de l'anniversaire de la disparition de Brahim Izri, aujourd'hui, il y aura juste une cérémonie de recueillement sur sa tombe au village natal du musicien, à savoir Zaouïa El Hadj Belkacem, dans la commune d'Ath Yanni, apprend-on. «Mais le grand hommage à Brahim Izri, pour cette année, lui sera rendu l'été prochain. Brahim Izri a beaucoup donné à la culture amazighe à travers la chanson, c'est pourquoi nous lui dédierons une grande fête durant l'été 2018», a affirmé le président de l'Assemblée populaire communale d'Ath Yanni, une région qui a donné aussi de grands autres hommes de culture à l'instar de Mouloud Mammeri, Mohamed Arkoun, Boukhalfa Bittam, etc. Brahim Izri, qui nous a quittés il y a 13 ans, est né le 12 janvier au village de Ath Lahcene. Après une carrière de chanteur flamboyante, il décéda en France le 3 janvier 2005 suite à une longue maladie. Son amour pour la chanson est né dès son enfance car son grand-père avait l'habitude de l'emmener avec lui écouter les chants religieux de la zaouïa de Sidi Belkacem à Ath Yanni. Il est à peine adolescent quand il crée au lycée, avec des camarades à lui, un groupe de chants appelé «Igudar». Deux autres amoureux de la chansons font partie du groupe, à savoir Nait Abdelaziz et Aziz Berrahma. Le groupe donne le ton dès ses premiers pas: il met le cap sur l'engagement dans le combat identitaire amazigh en Algérie. Le groupe de Brahim Izri voit le jour simultanément avec d'autres troupes de musique et de chant d'expression kabyle comme les célèbres Abranis, Imazighen Imoula, Inesliyen et Isulas, entre autres. C'était à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. Après un bref parcours en duo avec Idir, Brahim Izri vole de ses propres ailes en éditant plusieurs albums qui ont eu un grand succès. La chanson «Tizi Ouzou» qu'il compose et chante avec Maxime le Forestier et Idir obtient un retentissement phénoménal. En plus de la cause identitaire, Brahim Izri a abordé aussi les thèmes de l'amour, la condition de la femme en général, la solitude des émigrés...Parmi ses chansons célèbres, on peut citer «Anelhu», «Dacu-yi», «D ifrax»...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.