Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous avons notre propre agenda"
ALI BENFLIS LORS DE LA CINQUIÈME SESSION DE SON COMITE CENTRAL
Publié dans L'Expression le 25 - 03 - 2018

La recherche d'une solution consensuelle à «la crise globale qui affecte le pays, est d'une urgence indiscutable».
Le président de Talaie El-Hourriyet, Ali Benflis, a déclaré hier, à l'ouverture des travaux de la cinquième session de son comité central tenue à la Mutuelle générale des matériaux de construction de Zéralda, à l'ouest d'Alger, que «le pouvoir a son agenda, nous avons le nôtre!». «A Talaie El Hourriyet (...) la priorité des priorités, c'est la solution à la crise! C'est la raison pour laquelle je ne m'étendrai pas sur l' élection présidentielle. Je le ferai le moment venu», a-t-il indiqué.
«L'approche de l'échéance présidentielle a réveillé les ambitions et aiguisé les appétits au sein du sérail. Elle a exacerbé les rivalités entre les cercles du pouvoir qui s'activent à s'affaiblir les uns les autres en s'affrontant par médias et clientèles interposés, pour se positionner dans le cas où la succession est ouverte», a-t-il noté. «Tout cela alimente l'impasse politique qui gagne en complexité et qui, conjuguée à la crise économique et à la montée des tensions sociales, présente un facteur d'aggravation de la crise globale qui affecte notre pays», a-t-il poursuivi.
«La perspective de l'élection présidentielle (...) a amené le pouvoir politique à adopter une démarche qui consiste à gérer le statu quo et à gagner du temps (...) Il joue sur la diversion pour détourner l'attention des acteurs politiques et du citoyen, d'une situation politique économique et sociale délétère et dévier le débat politique sur l'échéance présidentielle et d'autres questions périphériques», a-t-il estimé. Lors de son point de presse tenu en marge de la cinquième session de son comité central, à la Mutuelle générale des matériaux de construction de Zéralda à l'ouest d'Alger, le récent appel du président de la République à la classe politique pour se lancer dans la course au pouvoir et contribuer au mouvement démocratique pluraliste, «n'a pas d'autres objectifs que d'amuser la galerie, détourner les regards de l'opinion publique et gagner du temps». Est-ce que l'Algérie connaît une crise politique? s'est-il demandé, avant de répondre par l'affirmative: «En effet, l'Algérie connaît une crise politique profonde et la sortie de crise recommande de redonner la parole au peuple, à travers le retour à l'urne». «Il n' y a pas d'autres issues à la crise que le retour à la souveraineté populaire, à la légitimité politique et institutionnelle», a-t-il martelé.»
Pour surmonter la crise politique globale, nous n'avons pas d'autre recours que la mise en place d'une instance effectivement indépendante pour la gestion du processus électoral, créée et composée de ceux qui participent aux élections», a-t-il ajouté. Il a notamment mis l'accent sur la nécessité d'un «retour à la légitimité» avec l'organisation d'élections à tous les échellons de l'Etat, supervisées par une instance indépendante.
Invité à commenter le dernier message de Gaïd Salah, chef d'état-major de l'ANP, vice ministre de la Défense nationale, il répond que «si un jour le pouvoir en place acceptera de s'asseoir autour de la table avec l'opposition pour trouver une solution consensuelle, progressive et apaisée à la crise, l'armée aura un rôle de suivi, d'accompagnement et de garantie du processus de la transition politique».
Par ailleurs, il a souligné que «tous les ingrédients d'un dérapage dangereux sont réunis: le rétrécissement de l'espace des libertés, des conditions de vie rendues plus difficiles avec les mesures d'austérité imposées, la hausse des prix et du coût de la vie, l'érosion de la monnaie nationale, l'augmentation du chômage». Par conséquent, préconise-t-il, «il est de la plus haute responsabilité du pouvoir d'éviter un tel dérapage, en ouvrant un dialogue sincère pour une solution consensuelle de la crise globale que nous vivons». La recherche d'une solution consensuelle à la crise globale qui affecte le pays, a-t-il affirmé «est d'une urgence indiscutable», dit-il. «Malheureusement, force est de constater que le pouvoir politique s'est enfermé, jusqu'à présent, dans une attitude autiste face aux appels répétés de partis politiques de l'opposition et de personnalités politiques nationales, en vue de l'ouverture d'un dialogue national salutaire pour le pays», a-t-il déploré. Faut-il pour cela baisser les bras?, s'est-il interrogé. «Certainement pas», répond-il.
Il est du devoir de notre parti de continuer et d'intensifier son action,avec les autres forces politiques et les segments de la société civile, pour amener le régime en place à «ouvrir un dialogue politique avec les partis politiques, les personnalités politiques nationales et les représentants de la société civile, pour une sortie de crise consensuelle».
«Amener le pouvoir politique à reconnaître que notre pays vit une crise globale, qu'il ne peut être la solution, à lui seul, parce qu'il en est l'origine, qu'il doit abandonner sa prétention obsessionnelle à la pérennité,(...)et accepter le principe de l'alternance pacifique au pouvoir», est-il prôné. «Le dialogue auquel nous appelons ne doit pas être un dialogue pour la forme. Pas un dialogue qui consacrerait le statu quo et qui servirait de faire-valoir au régime actuel, mais un dialogue dont le format, le calendrier, le choix des participants et la finalité seront définis par la voie consensuelle», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.