AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rentrée et des inquiétudes!
LES COURS VONT REPRENDRE AUJOURD'HUI SOUS LE SPECTRE D'UNE NOUVELLE GRÈVE
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2018


Les lycéens vont retrouver les bancs...
L'inquiétude des élèves et de leurs parents est d'autant plus grande du fait qu'ils ne sont pas tous sur le même piédestal. Ceux qui ont la chance de s'offrir des cours privés ont bien avancé dans le programme durant ces vacances...
C'est ce matin qu'écoliers, collégiens et lycéens retrouvent les bancs de l'école. Après 15 jours de vacances, l'heure donc est à la reprise! Néanmoins, l'excitation de la rentrée est loin d'être de mise. Les élèves et leurs parents sont des plus inquiets.
Le spectre de la grève plane toujours! Dimanche dernier, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) avait annoncé la reprise de la grève dès le 9 avril prochain, soit à peine une semaine après la reprise du troisième trimestre. Ce ne sera pas une grève illimitée, mais cyclique de deux jours.
Néanmoins, après le «massacre» du deuxième trimestre qui a été pratiquement complètement amputé, ces deux jours risquent de compromettre fortement l'année scolaire. Si les vacances d'été sont officiellement fixées pour le 4 juillet 2018, tout le monde sait qu'il est de «tradition» que les classes soient désertées au plus tard au début du mois de juin. On y ajoute le mois de Ramadhan qui doit débuter à la mi-mai et où le pays tout entier est en mode veille, on peut dire qu'il ne reste qu'à peine un mois de vrais cours. Avec le retard accumulé durant la première grève, ces deux jours seraient un véritable désastre. La crainte de l'année blanche est de retour. L'Association nationale des parents d'élèves est montée au créneau pour dénoncer ce qu'elle qualifie de prise d'otages. «Nous sommes très inquiets par ce préavis de grève, surtout pour les classes d'examens. On a d'ailleurs difficilement trouvé du temps pour le rattrapage. S'ils observent encore deux jours de grève par semaine, il va y avoir de graves conséquences», s'est alarmé son président, Khaled Ahmed.
Les élèves ne savent plus à quel saint se vouer, notamment ceux des classes d'examens. «On est vraiment perturbé. On est dans l'expectative. Si on était sûr qu'il y aurait grève, on saurait au moins quoi faire. Mais là, on est dans l'attente...», affirme très soucieux, Amine, élève en terminale. Son inquiétude est d'autant plus grande du fait que les élèves ne sont pas tous sur le même piédestal.
D'abord, les élèves des wilayas de Béjaïa, Tizi Ouzou et Blida ont été privés de cours pendant plus de trois mois, contre un mois pour les autres lycées. Une différence de plus de deux mois difficilement rattrapable, pour ne pas dire impossible. «Mais ce n'est pas la seule injustice», dénonce Rafik un autre élève appelé à passer le bac cette année. «Les cours privés n'ont pas connu d'arrêt durant la grève et encore moins durant les 15 jours de vacances, où ils ont carrément doublé de volume», pestent-ils. «Les élèves qui peuvent se permettre ces cours de soutien ne connaissent aucun retard dans le programme. Certains sont même en avance. C'est encore ́ ́zawali ́ ́ (le pauvre) qui paye les pots cassés. Si tu as de l'argent tu étudies, sinon tu meurs...», poursuit-il avec colère.
Entre le courroux des élèves et leurs parents et les menaces des enseignants, cette reprise des cours est donc sous haute tension! Il reste encore neuf jours pour trouver une solution qui éviterait que les élèves soient encore une fois pris en otage. Pour le bien de nos générations futures, les deux parties, à savoir le Cnapeste et le ministère de l'Education nationale, sont appelés à plus de sagesse. Quels que soient les différends qui les opposent, ils ne doivent aucunement hypothéquer l'année scolaire. Nos enfants doivent être préservés de cette «guerre». Il y va de l'avenir du pays...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.