PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Palestiniens manifesteront jusqu'à la mi-mai
NOUVELLES VICTIMES DES TIRS DE L'ARMEE SIONISTE À GHAZA
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2018

Dans le sud de l'enclave palestinienne, près de Khan Younès, les manifestants ont brûlé des photos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.
De nouveaux affrontements qui ont coûté la vie à un Palestinien, ont éclaté vendredi dernier à la frontière entre Israël et la bande de Ghaza, après les violences meurtrières commises par les soldats israéliens ces deux dernières semaines. Islam Herzallah, 28 ans, a été atteint par des tirs israéliens à l'est de la ville de Ghaza et transporté dans un hôpital où il est décédé, selon le ministère de la Santé local qui a fait état de plus de 120 Palestiniens blessés par balles et de 400 autres soignés à la suite notamment de suffocations provoquées par des grenades lacrymogènes. Parmi les blessés par balles figurent deux journalistes, a indiqué le syndicat des journalistes palestiniens, une semaine après la mort de l'un de leurs confrères. Depuis le début des protestations, 34 Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes, selon le ministère de la Santé à Ghaza. Lors des manifestations des deux derniers vendredis, des dizaines de milliers de Ghazaouis se sont rassemblés à la frontière. Cette fois-ci les manifestants sont moins nombreux, disent les journalistes de certaines agences. L'armée israélienne a «évalué» à 10 000 le nombre de participants contre le double la semaine dernière. Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a surenchéri sur son compte Twitter en estimant que «de semaine en semaine, il y a moins d'émeutiers. Notre détermination a été très bien comprise de l'autre côté». Dans les cinq zones d'affrontements, l'air est saturé de gaz lacrymogène et de nuages de fumée noire s'élevant des pneus enflammés, selon des témoins présents. L'armée a affirmé dans un communiqué que des manifestants avaient tenté «d'endommager ou de faire une brèche» dans la clôture le long de la frontière, et avaient lancé des cocktails Molotov et un «engin explosif». Les manifestants auraient aussi tenté de retirer du fil barbelé placé par les forces israéliennes pour les éloigner de la clôture. Autant de justifications à des comportements vivement critiqués par les ONG et la communauté internationale qui dénonce les «actions disproportionnées» de l'armée sioniste encouragée par le gouvernement Netanyahu. Des dizaines de drapeaux israéliens ont été brûlés à Jabalia dans le nord de la bande de Ghaza. Dans le sud de l'enclave palestinienne, près de Khan Younès, les manifestants ont brûlé des photos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qu'ils considèrent comme proche d'Israël. Les protestations posent un défi aux forces israéliennes qui ont rejeté les critiques sur leur recours à des balles réelles, en expliquant que les consignes de tirs ne changeraient pas. Baptisé «la marche du retour», le mouvement de protestation palestinien a été lancé le 30 mars. Il prévoit des rassemblements et des campements durant six semaines près de la frontière pour réclamer «le droit au retour» de quelque
700 000 Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui lors de la guerre qui a suivi la création d'Israël le 14 mai 1948. Ce mouvement est censé être pacifique et des groupes de jeunes Palestiniens s'approchent seulement de la frontière où sont postés les soldats israéliens. L'Etat hébreu a affirmé que les manifestations sont l'occasion de tentatives d'attaques, d'infiltration en Israël et de sabotage de la clôture et s'est engagé à stopper ces tentatives. Mais les Palestiniens disent que les manifestants sont abattus alors qu'ils ne représentent aucune menace pour les soldats. Parmi les 30 Palestiniens tués vendredi dernier, figure le journaliste Yasser Mourtaja qui, selon des témoins, portait un gilet l'identifiant comme journaliste quand les soldats lui ont tiré dessus. Israël a affirmé qu'il s'agissait d'un membre du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Ghaza et ennemi juré de l'Etat hébreu, mais sans donner de preuves. Des groupes de défense des droits de l'homme ont vivement critiqué les forces israéliennes, mettant en évidence les images, non vérifiées, de vidéos diffusées sur Internet, montrant des soldats tirant sur des manifestants. Amnesty International a exigé dans un communiqué qu'Israël «mette immédiatement fin à l'utilisation excessive et meurtrière de la force». Les responsables du Hamas ont indiqué qu'ils comptaient maintenir la mobilisation jusqu'au 14 mai, date prévue pour le transfert de l'ambassade des Etats-Unis à El Qods occupée. Cette relocalisation a profondément irrité les Palestiniens qui considèrent la partie orientale de la ville occupée par Israël comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Les manifestations doivent officiellement prendre fin mi-mai, lorsque les Palestiniens célèbreront la Nakba, ou «catastrophe» que fut pour eux la création de l'Etat d'Israël. La bande de Ghaza est soumise à un blocus israélien depuis plus de 10 ans, tandis que sa frontière avec l'Egypte a été la plupart du temps fermée ces dernières années. Jeudi, l'Egypte a ouvert pour deux jours seulement son point de passage avec l'enclave palestinienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.