Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec l'Emir de l'Etat du Qatar    JM-Oran-2022 : début de la cérémonie d'ouverture    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un scénario kafkaïen
LEGISLATIVES ALLEMANDES
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2005

La confusion était totale hier au lendemain de législatives très serrées qui laissent un arrière-goût dans la classe politique allemande.
«Confusion», la ‘'pire des choses'' qui pouvait arriver, ‘'scénario catastrophe'', les commentaires allaient bon train hier dans la classe politique, les colonnes des journaux et des médias allemands. De fait, en renvoyant dos-à-dos les deux grands courants allemands, les conservateurs du CDU-CSU de la possible nouvelle chancelière, Angela Merkel, 59 ans, -qui remportent de justesse les législatives avec 225 sièges-, et les socialistes du SPD du chancelier sortant, Gerhard Schröder, 61 ans, -qui calent à 222 sièges-, l'électorat allemand -en ne désignant pas un franc vainqueur- a rendu complexe la tâche du futur cabinet, le mettant d'ores et déjà face à une introuvable coalition de gouvernement. Mais rien n'est en fait joué et plusieurs options d'alliances sont possibles, soit entre le CDU, les libéraux du FDP -ce qui serait une première- et les Verts, soit encore la reconduction de l'alliance sortante, SPD-Vert avec les libéraux du FDP. Mais ce cas de figure reste improbable face au refus des libéraux -qui contestent la politique économique menée ces dernières années par le chancelier Gerhard Schröder- d'entrer dans une telle coalition.
Par ailleurs, autant le CDU-CSU que le SDP excluent une alliance entre eux comme cela a pu se faire en 1966-1969 sous les auspices du chancelier Kurt Georg Kiesinger. Mais tout reste possible, d'autant plus que la circonspection de Dresde -qui ne votera que dimanche prochain- sera très disputée entre les deux grands courants politiques, conservateur et socialiste, dans la perspective d'améliorer leur score, encore que les analystes estiment que le scrutin de Dresde n'influera pas grandement sur le résultat d'ensemble. De fait, la classe politique allemande se trouve confrontée à un scénario kafkaïen et bien malin celui qui en démêlera les suites. De fait, autant Schröder que Merkel, -au vu des résultats officiels des législatives de dimanche-, estiment être en mesure de former un gouvernement. Gerhard Schröder, que les analystes donnaient largement perdant, réussissant à sauvegarder l'essentiel, insiste sur le retour spectaculaire du SPD, malgré «la manipulation médiatique» qui le donnait hors course, et a assuré qu'il se sentait en mesure de conserver la tête du gouvernement fédéral, indiquant: «Pensez-vous vraiment que mon parti acceptera de discuter avec Frau Merkel?», dans une première déclaration, dimanche soir. «J'ai le sentiment de disposer du mandat pour garantir qu'il y aura dans notre pays, au cours des quatre prochaines années, un gouvernement stable sous mon autorité.» Conviction que sa concurrente conservatrice, Angela Merkel, est loin de partager et qui indiquait pour sa part: «La tâche de former le gouvernement revient au parti le plus représenté au Bundestag, je trouverai un moyen de discuter avec les sociaux-démocrates». C'est vrai dans l'absolu, mais pas obligatoire, d'autant que l'écart de trois sièges est insignifiant, même s'il donnait, a priori, à Mme Merkel de prétendre conduire le prochain gouvernement allemand. Mais ce n'est pas aussi simple que cela peut paraître alors qu'entrent en ligne de compte les alliances politiques où il sera question de programme, notamment économique, vecteur sur lequel l'unanimité est loin d'exister entre les différents courants politiques. Schröder, autant que Merkel, ont besoin d'une solide coalition pour gouverner, le premier afin de poursuivre les réformes qu'il a initiées, la seconde pour faire ses preuves à la tête de la première puissance économique européenne. Résumant la situation ainsi créée, le quotidien populaire Bild synthétisait la nouvelle donne en titrant hier: «C'est la guerre des chanceliers» alors que le Suddeutsche Zeitung avertit: «Les semaines à venir appartiendront aux machiavels et aux grands stratèges». C'est dire le doute qui régnait hier dans le landernau politique et médiatique allemand. Aussi, unanimes, les médias allemands mettaient hier en exergue les difficultés qui attendaient le prochain gouvernement quelle que soit la couleur politique de la majorité. Les premiers enseignements à tirer de ces législatives allemandes est que Mme Merkel n'a pas réussi, au bout du compte, à concrétiser sur le terrain le capital confiance dont elle semblait bénéficier.
En revanche, donné quasiment hors course par les sondages et les médias, Gerhard Schröder a su puiser dans sa hargne, et aussi servi par une longue expérience, rebondir et contester la victoire à sa concurrente conservatrice et néanmoins novice dans le champ politique allemand. Cela a d'ailleurs fait la différence lors des débats télévisés directs entre les deux candidats au poste de chancelier, qui montraient un Schröder à l'aise et maîtrisant ses dossiers, face à une Merkel quelque peu hésitante.
C'est tout là l'art de la politique, quelque peu insuffisant chez Angela Merkel, qui a permis à Gerhard Schröder de rétablir une situation présumée désespérée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.