Commandant Si H'mimi : Ce qu'il faut savoir    Pays-Bas: le taux de chômage en baisse en juillet, à 3,8%    Choléra: Le bilan passe à 26 décès au Niger    Kim Jong Un dénonce les responsables des "sanctions scélérates"    JSK / Mellal : «Que le derby soit l'occasion de renforcer les liens entre les deux clubs»    L'Equateur exige un passeport aux migrants vénézuéliens    L'euro monte un peu face au dollar dans un marché apaisé    JSS - MCO, aujourd'hui à 20h00 : L'heure de vérité pour les Hamraoua    Slimani : «Feghouli m'a félicité pour mon transfert au Fenerbahce»    Feux de forêts: près de 1.470 hectares parcourus depuis juin    Services vétérinaires: le cheptel ovin n'est pas exposé au risque de la fièvre aphteuse    13 Palestiniens arrêtés par les forces de l'occupation israélienne en Cisjordanie    RND : Ouyahia décide de radier le sénateur élu à Tipasa pour son implication dans une affaire de corruption    Mali/présidentielle: Boubacar Keïta réélu avec 67,17% des voix    L'objectif des négociations est de garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination (Addouh)    Chlef: 10 milliards de centimes de dédommagements pour des agriculteurs    Historicisation de l'intervention militaire de la Russie au Moyen-Orient dans l'histoire. Trump peut-il inverser le jeu planétaire ?    Les nuées de drones sur Hmeimin: un message à l'adresse de Moscou    Constantine - Pour faire face à la demande: Les bureaux de poste ouverts jusqu'à 22h    Constantine - Récupération de peaux de mouton: Le circuit de l'opération arrêté    Des devoirs de vacances pour nos ministres!    Nous avons besoin d'une élite scientifique nobelisable    En Algérie, les trains n'arrivent pas à l'heure mais ils arrivent quand même    Tunisie : projet d'égalité hommes-femmes pour l'héritage, je ne félicite personne !    Le rêve Zidane de plus en plus crédible ?    Un paradis aquatique en plein désert    Coupure de gaz aujourd'hui à Hammamet et Aïn Benian    «Les résultats obtenus dépassent nos prévisions»    La finale de la 2e édition à la piscine 20 août    Pétrole : La production de l'Opep a légèrement augmenté en juillet    C'est la rentrée politique!    "Parlez-moi du mouton et de la pomme de terre!"    Les folles dépenses du mariage    Assaut contre les barons de la pomme de terre    Lieux Saints: Nécessité d'une coordination entre tous les partenaires    Ligue des champions d'Afrique (5e j), ESS-TP Mazembe ce vendredi à Sétif: Les Sétifiens pour une victoire avant le MCA    Belmadi en conférence de presse ce samedi    4325 opérateurs assurent la permanence à constantine    Semaine économique et culturelle à Washington : Une réunion de coordination pour préparer la participation algérienne    Myriade de stars à l'Esplanade de Riadh el Feth    Netflix produit la première série fantastique arabe    Bouzeguène fête la vie!    L'Algérie à la rescousse des migrants    "30 partis soutiennent Bouteflika"    MO Béjaïa - JS Kabylie l'affiche du jour !    Le théâtre romain a abrité la 11e édition    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Les "vagues" de la rentrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Makri tire sur Ould Abbès
L'ACCUSANT DE VOULOIR SE MAINTENIR AU POUVOIR
Publié dans L'Expression le 19 - 07 - 2018

Tout en accusant l'ANP d'avoir participé à la fraude électorale par le passé, Makri réitère son appel à l'institution militaire pour accompagner la transition politique.
Ces derniers jours ont été marqués par une joute, par voie de presse interposée, entre le secrétaire du Front de Libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, et le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderezzak Makri. Les deux hommes se livrent à un échange à peine voilé de critiques. Le duel à distance entre les deux hommes, tournés vers l'échéance 2019, s'annonce des plus captivants. Ainsi et après l'appel étrange du président du MSP qui a sollicité l'institution militaire pour accompagner «la transition politique à travers un consensus national» et la réponse de Djamel Ould Abbès qui ne s'est pas fait attendre et où il a demandé à la classe politique de laisser l'ANP «loin du jeu et des calculs politiques», voilà qu'à nouveau le président du MSP réagit. Il répond dans une déclaration de presse, rendue publique hier, au FLN, mais étrangement, il refuse de l'admettre. Et pour preuve, Makri entame sa déclaration en soulignant que le vieux parti nie dans sa globalité la tenue par son secrétaire général des propos qui lui ont été prêtés sur feu Mahfoud Nahnah et qu'il s'est engagé à s'expliquer sur cette question, prochainement, lors d'une rencontre entre les deux formations politiques où l'initiative du MSP et la prochaine élection présidentielle, seront abordées. Tout en assurant donc que le FLN va s'expliquer sur les propos de Djamel Ould Abbès, le président du parti islamiste va répliquer aux dernières déclarations de ce dernier, mais en affirmant qu'il ne s'agit là que de «précisions adressées à qui de droit». Une façon de faire qui ne figure pas dans les us et coutumes des politiques. Makri, qui sera donc le premier homme politique à apporter des précisions à «qui de droit» a résumé en sept points la vision de son parti. Il commence par défendre la mémoire de feu Nahnah qui a «joué un rôle essentiel dans la sauvegarde du pays à un moment où beaucoup de ses pairs ne l'ont pas fait». Et d'ajouter que Cheikh Nahnah n'est pas un homme de surenchère. Il en veut pour preuve, le fait que feu Nahnah «a été élu en 1995 et a choisi d'abandonner son droit à la présidence». Afin de se défendre d'être de ceux qui appellent au changement par la force alors que l'invitation qu'il a adressée à l'institution militaire ne souffre d'aucune ambiguïté, Makri va affirmer que le MSP a, de tout temps, bataillé pour le caractère civil de l'action politique. Il va même jusqu'à dire que son parti a toujours été victime de l'interventionnisme de l'Etat qui, lors des échéances électorales, a recouru à ses institutions, dont l'ANP, pour «frauder et changer la volonté populaire». Après avoir donc accusé l'ANP de participer à la fraude électorale, Makri va laisser entendre que beaucoup qui font dans la surenchère en ce qui concerne l'appel à l'intervention militaire, ne cherchent en fait qu'à se maintenir au pouvoir grâce à la protection de cette même institution. L'allusion à Djamel Ould Abbès est à peine voilée. Très critique sur la situation politique et économique du pays, Makri qui considère que «la société est au bord de l'implosion et que la corruption a atteint des degrés inégalés dans une Algérie loin d'être un pays démocratique», affirme que la seule façon de sortir de cette crise multidimentionnelle est d'associer les efforts de l'ensemble des forces vives du pays. Makri, qui semble, enfin, tenir à l'appui de l'ANP, va encore se répéter en disant «il y a de multiples exemples de par le monde qui confirment que lorsque l'institution militaire ne s'inscrit pas en porte-à-faux des initiatives lancées par les forces vives d'une nation, elles peuvent réussir. C'est même l'armée qui a contribué dans cette réussite dans certains cas».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.