Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





138 terroristes abattus en 2001
DE SOURCE SECURITAIRE BIEN INFORMEES
Publié dans L'Expression le 30 - 12 - 2001

Le Gspc a perdu près de 100 éléments depuis le début de l'année et ce, dans la seule zone kabyle, dans laquelle son hégémonie sur les autres groupes armés est quasi totale.
Il y a quelques jours, un accrochage entre les éléments armés du groupe de Sidi Naâmane et une section de l'ANP de la zone a abouti à la mort de plusieurs terroristes, tombés dans une crevasse, en tentant de s'enfuir.
L'information, très mal distillée, a cette particularité que, cette fois, ce sont les militaires qui ont tendu une embuscade aux terroristes. C'est-à-dire que les rôles, à l'occasion, sont inversés.
Le Gspc a, en fait, opté pour un choix stratégique et tant que l'imbroglio politico-social persiste, il serait difficile de déloger les hommes de Hattab de la région.
Peu à peu, depuis le début des émeutes en Kabylie il y a quelque huit mois, les services de sécurité ont été neutralisés, dans une large mesure, hors des grandes agglomérations urbaines pour les raisons que l'on sait. Cette absence de sécurité, voulue et entretenue par beaucoup de milieux, tend à se généraliser. Cela, bien sûr, emmène les groupes locaux du Gspc à agir en plein jour.
Depuis près de deux semaines, certains groupes procèdent au racket des automobilistes, notamment dans la périphérie de Boghni. Ce «travail» accompli, ces groupes font un prêche de cinq minutes, stigmatisant les services de sécurité et la presse, coupable à leur yeux de «partialité dans la couverture des événements sanglants d'Afghanistan et de Palestine».
Ce prêche s'est répété à plusieurs reprises à différents endroits, de jour comme de nuit, ce qui fait admettre la probabilité d'une « vie en symbiose » des réseaux locaux avec le terrorisme.
La mise sous les ordres du Gspc des groupes GIA de l'Est, donne, en fait, une «aire d'activité» très vaste à l'organisation de Hattab, et qui va de Boumerdès à pratiquement l'extrême Est, à la lisière des frontières algéro-tunisiennes, avec une prédominance en Kabylie.
Mais, attention, ce n'est pas pour autant que le Gspc est hégémonique dans ces régions. Le nombre de ses éléments tués depuis janvier 2001 reflète les pertes subies en une année: 138 éléments morts et - surtout - plusieurs fiefs ratissés et mis sous les feux de l'armée.
Les fiefs de Sidi Ali Bounab, Mizrana, Takhoukht et les hauteurs du Massif de Tizi Ouzou ne sont plus autant de forteresses inexpugnables, et les groupes armés ne sont pas plus libres encore de quitter certaines zones propices.
Mais il faut se rendre à l'évidence que tant que les événements de Kabylie persisteront, il serait de plus en plus difficile de venir à bout d'une organisation qui a, certes, ses limites, mais qui reste à ce jour, structurée et assez «consistante». La mise à l'index des organisations terroristes par Washington renseigne sur sa force de frappe et sa capacité de nuisance.
En fait, l'année 2001 a consacré la prédominance du Gspc sur les autres organisations armées, que ce soit au Sud, au Centre ou à l'Ouest, où les GIA ou le HDS, ex-El-Ahoual, restent disséminées, ça et là, mais sans réelle force.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.