Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une faible mobilisation et des heurts
«GILETS JAUNES» EN FRANCE
Publié dans L'Expression le 31 - 12 - 2018

Un millier de personnes ont défilé à Paris
Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont parallèlement éclaté à Rouen, en Normandie, où la porte de la Banque de France a été incendiée.
Les «gilets jaunes» en colère contre la politique sociale et fiscale du président Emmanuel Macron se sont moins mobilisés samedi pour leur septième week-end de manifestations en France, marqué par plusieurs incidents avec les forces de l'ordre. A midi, les manifestants étaient 12.000, selon les chiffres du gouvernement, contre 38.600 le 22 décembre et 282.000 pour la première journée de mobilisation le 17 novembre, selon la même source. Aucun chiffre de mobilisation n'a été donné à la fin de la journée.
Un millier de personnes ont défilé à Paris, Marseille (sud-est) ou Nantes (ouest). L'affluence était supérieure à Bordeaux, où 2400 contestataires ont manifesté au cri de «Macron démission!».
En fin de cortège, des heurts ont éclaté dans cette ville du sud-ouest entre des manifestants et les forces de l'ordre qui ont fait usage, face au jet de divers projectiles, de gaz lacrymogène et de balles de défense. A Metz, dans l'est, jusqu'à 400 personnes, dont certaines munies de barres de fer, ont tenté de forcer un barrage de gendarmes, qui ont là aussi recouru à du gaz lacrymogène pour les repousser.
Des incidents ont également émaillé le défilé de «gilets jaunes» à Lille, dans le nord, où plusieurs manifestants ont été blessés, ainsi qu'à Toulouse où s'étaient rassemblées 1.350 personnes dont «650 profils violents», selon la préfecture.
Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont parallèlement éclaté à Rouen, en Normandie, où la porte de la Banque de France a été incendiée, et à Nantes, où les premiers tirs de grenades lacrymogènes ont fusé dès le départ du cortège.
Un millier de manifestants ont été recensés dans chacune de ces deux villes. Pour plusieurs participants à ce mouvement populaire, cette faible mobilisation est due aux fêtes de fin d'année et ils prédisent une reprise très forte le mois prochain. «On tient le coup même si on nous dit qu'on est de moins en moins nombreux.
Là, il y a les fêtes de fin d'année, les vacances. Ça va repartir en janvier», a ainsi assuré Murielle, une employée de bureau de 55 ans, de toutes les manifestations depuis le début du mouvement. Convaincue elle aussi que le mouvement va continuer en 2019, Priscillia Ludosky, qui avait lancé la pétition contre la hausse des prix des carburants, a défilé à Marseille, dans le sud-est.»On veut retrouver du pouvoir d'achat et avoir notre mot à dire dans les décisions», a-t-elle déclaré. Estimant que les annonces du gouvernement «ne suffisent pas», elle réclame un «référendum sur la mise en place du référendum d'initiative citoyenne» et «la baisse des taxes sur les produits de première nécessité». Mêmes slogans à Paris: plusieurs centaines de «gilets jaunes» dénonçaient les «journalistes collabos».
En début de soirée, plusieurs voitures ont brûlé dans ce même quartier devant le siège du quotidien régional Le Parisien. Une enquête était en cours pour déterminer la cause du sinistre. «Les annonces de Macron? Une misère. Du pipi de chat. Peut-être que monsieur Macron a du caviar mais nous on a du pâté de foie», estime Christelle Camus, une secrétaire médicale de 49 ans qui a participé aux sept samedis de mobilisation dans la capitale.
Le chef de l'Etat continue de cristalliser les rancoeurs des «gilets jaunes», dont certains ont tenté jeudi de pénétrer dans le Fort de Brégançon, la résidence d'été méditerranéenne des présidents français.
La mobilisation a porté un coup aux hôteliers français qui ne feront pas le plein pour le Nouvel An, après un Noël mitigé: les touristes étrangers ont été refroidis par les images des manifestations violentes liées aux «gilets jaunes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.