Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveau chef du Pentagone à Baghdad
POUR RASSURER APRÈS LES PROPOS DE TRUMP
Publié dans L'Expression le 13 - 02 - 2019


Patrick Shanahan est arrivé d'Afghanistan
Une proposition de loi a été déposée au Parlement irakien afin d'imposer un calendrier de départ aux Américains.
Le chef du Pentagone, Patrick Shanahan, a tenté hier de rassurer les dirigeants à Baghdad sur l'avenir des militaires américains dans leur pays, après le retrait de Syrie et l'annonce par Donald Trump qu'il voulait «surveiller l'Iran» depuis l'Irak. Alors que Baghdad a déclaré la victoire sur les jihadistes il y a un an et que l'assaut «final» est en cours en Syrie, les appels au départ des Américains d'Irak se font de plus en plus pressants. De nombreuses voix, surtout venues du camp pro-Iran, l'autre grande puissance agissante en Irak avec les Etats-Unis, réclament le départ définitif des soldats américains. Face à elles, depuis que M. Trump a déclenché la colère à Baghdad en affirmant qu'il se servirait de l'Irak pour «surveiller l'Iran», diplomates, militaires et désormais responsables gouvernementaux tentent d'éteindre l'incendie. Arrivé dans la matinée d'Afghanistan, le ministre de la Défense par intérim, dont c'est la première tournée à l'étranger depuis sa prise de fonctions début janvier, vient donc à son tour rassurer le gouvernement irakien. Il doit notamment rencontrer le premier ministre Adel Abdel Mahdi, ainsi que des hauts gradés irakiens.»
Les conversations que j'espère avoir concernent notre présence et ce qu'il est important de rappeler à tous (...) c'est que nous sommes en Irak à l'invitation du gouvernement», avait-il indiqué aux journalistes qui l'accompagnent dans sa tournée. «Je veux entendre directement de leur voix ce qui les inquiète, la situation politique à laquelle ils font face et sur cette base, nous prendrons tout ça en considération dans nos plans», a-t-il ajouté, affirmant que l'intérêt de Washington était de «bâtir une capacité de sécurité irakienne».
Mais l'annonce de M. Trump a fait tiquer jusque dans les rangs des alliés traditionnels de Washington, grand ennemi de Téhéran, et, ironiquement, relancé une campagne anti-Américains qui peinait jusqu'alors à percer réellement. Une proposition de loi a été déposée au Parlement afin d'imposer un calendrier de départ aux Américains. Fait rare, elle pourrait faire l'unanimité parmi les deux principales forces de l'assemblée: la liste emmenée par le leader chiite Moqtada Sadr qui se veut le champion de l'indépendance de l'Irak, et le bloc pro-Iran des anciens combattants anti-EI. Lundi, lors d'une conférence de presse commune, ils ont réclamé «un nouvel accord» pour encadrer la présence des troupes étrangères en Irak, en premier lieu des troupes américaines.
Les Etats-Unis ont envahi l'Irak en 2003 et renversé Saddam Hussein. Au plus fort de l'insurrection qui a suivi, Washington a compté jusqu'à 170.000 soldats dans le pays. Parties définitivement en 2011, les troupes américaines sont revenues en 2014 en Irak, cette fois-ci au sein de la coalition contre le groupe Etat islamique (EI). Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l'EI a vu son territoire se réduire comme peau de chagrin face à de multiples offensives dans ces deux pays. M. Shanahan doit également rencontrer les responsables militaires américains dans la région, notamment le général Paul LaCamera, commandant des forces de la coalition anti-EI, pour discuter des modalités du retrait américain de Syrie. Refusant de mentionner le moindre calendrier, il a souligné que «chaque fois qu'il y a des opérations militaires importantes et qu'on s'en retire, elles doivent être soutenues par des opérations de sécurité». Interrogé sur le sort des Kurdes de Syrie qui mènent actuellement l'offensive contre l'EI, avec l'appui des Etats-Unis, il a plaidé pour que des pays alliés jouent un plus grand rôle, notamment en termes d'assistance économique. Les ministres de la Défense de la coalition anti-EI se réuniront vendredi à Munich, en Allemagne, pour déterminer l'avenir de leur alliance.
Les Etats-Unis négocient également avec leurs alliés le rapatriement de leurs ressortissants ayant rejoint le territoire de l'EI. Les forces américaines pourraient ainsi escorter hors de Syrie, probablement via l'Irak, certains de ces prisonniers étrangers des Kurdes pour éviter leur fuite, une fois les Américains partis de Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.