Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington veut créer un Otan arabe
MIKE POMPEO AU MOYEN-ORIENT POUR RASSURER SES ALLIES
Publié dans L'Expression le 09 - 01 - 2019

Le secrétaire d'Etat américain avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane
L'administration Trump cherche à promouvoir le concept d'un Otan arabe («Middle East Strategic Alliance») pour contrer l'influence de l'Iran dans la région.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a débuté hier à Amman une tournée au Moyen-Orient visant notamment à rassurer sur l'implication des Etats-Unis en Syrie, après l'annonce surprise d'un retrait de leurs troupes de ce pays. Outre la Jordanie, le responsable américain doit se rendre en Egypte, à Bahreïn, à Abou Dhabi, au Qatar, en Arabie saoudite, à Oman et au Koweït, selon le département d'Etat. La Maison- Blanche avait également fait savoir qu'il irait à Baghdad, mais cette étape n'a pas été confirmée. Dans l'avion qui l'emmenait en Jordanie, M. Pompéo a déclaré aux journalistes qu'il voulait montrer que «les Etats-Unis sont toujours impliqués dans toutes les missions dans lesquelles ils se sont engagés ces deux dernières années». Le président américain Donald Trump a annoncé à la surprise générale, avant Noël, le retrait des soldats américains déployés en Syrie pour combattre le groupe Etat islamique (EI). Sa décision a pris de court les alliés des Américains, que Washington tente maintenant à la fois de rassurer et de prier de prendre le relais sur le terrain après son départ.
Le gouvernement américain a multiplié récemment les messages pour gommer l'impression initiale de départ précipité donnée par le locataire de la Maison- Blanche. Voulant conforter l'idée que les Etats-Unis restaient encore bel et bien actifs en Syrie, un porte-parole du Pentagone, le commandant Sean Robertson, a indiqué lundi que les forces de la coalition, dirigée par Washington, continuent de fournir une assistance aux «partenaires syriens, avec un soutien aérien et des frappes d'artillerie dans la vallée de l'Euphrate». La coalition assiste les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de milices arabo-kurdes, dans son offensive contre l'EI dans cette région frontalière avec l'Irak. Pour rassurer les combattants kurdes, M. Pompeo a dit lundi que la Turquie avait promis de les protéger. Ces propos semblent cependant contredire les menaces répétées de M. Erdogan qui a encore dit hier que la Turquie était déterminée à «neutraliser les groupes «terroristes», en allusion notamment aux Unités de protection du Peuple (YPG), épine dorsale des FDS.
Pour rassurer les alliés occidentaux engagés dans la coalition, le département d'Etat garantit désormais qu'il n'y a «pas de calendrier» pour le retrait militaire, qui sera «extrêmement coordonné» afin de ne «pas laisser de vides que les terroristes pourraient exploiter». Pour rassurer enfin les alliés régionaux, Israël en tête, ce responsable a confirmé que «le retrait de Syrie de toutes les forces sous commandement iranien» demeurait parmi les «objectifs» de Washington, mais par «d'autres moyens» que la simple présence militaire américaine, selon un responsable de la diplomatie américaine. L'administration Trump cherche à promouvoir le concept d'un Otan arabe («Middle East Strategic Alliance») pour contrer l'influence de l'Iran dans la région. «C'est une coalition qui comprend que les plus grandes menaces - le terrorisme et la République islamique d'Iran - sont des choses sur lesquelles on devrait travailler conjointement et pour lesquelles nous rassemblerons toutes les ressources», a dit M. Pompeo dans l'avion. Fait rare, Mike Pompeo se rendra au cours d'un même voyage dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en proie aux divisions entre le Qatar et ses voisins arabes, pour les appeler à cette unité contre l'Iran. Au menu des discussions à Abou Dhabi, Riyadh, Mascate et Koweït, également la guerre au Yémen où un cessez-le-feu est entré en vigueur dans le port de Hodeïda (ouest) après des discussions de paix saluées par les Etats-Unis. L'administration Trump est sous la pression du Sénat américain qui a voté en décembre une résolution pour que Washington cesse de soutenir militairement au Yémen la coalition menée par l'Arabie saoudite contre les rebelles Houthis appuyés par l'Iran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.