Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    L'ambassade de France s'explique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La mafia du foncier dénoncée    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kerry a cherché à rallier l'Egypte à la «guerre» contre l'EI
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 09 - 2014

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a cherché samedi à rallier l'Egypte à la «guerre» que les Etats-Unis ont déclarée aux djihadistes de l'Etat islamique (EI) qui sévissent en Irak et en Syrie.
Il y a peu de chances que l'influente armée égyptienne prenne part à des opérations militaires de la coalition internationale que M. Kerry est chargé de bâtir, mais Washington entretient depuis 35 ans une relation militaire stratégique avec son allié, mastodonte du monde arabe. En visite au Caire, le chef de la diplomatie américaine a jugé que l'Egypte était en «première ligne» dans la lutte «anti-terroriste», au terme d'un marathon diplomatique qui l'a conduit à Baghdad, Amman, Jeddah (Arabie Saoudite) et Ankara. M. Kerry bouclait une mission régionale destinée à engranger les soutiens pour cette coalition mondiale destinée, selon le président américain Barack Obama, à «affaiblir» puis à «détruire» l'EI. Après un entretien avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, John Kerry a souligné le rôle essentiel que pourrait jouer l'Egypte dans le combat contre ces ultra-radicaux armés sunnites qui occupent des parties de l'Irak et de la Syrie et se livrent à de multiples exactions. Rôle «crucial de l'Egypte «En tant que capitale intellectuelle et culturelle du monde musulman, l'Egypte a un rôle crucial à jouer, en dénonçant l'idéologie que (l'EI) diffuse», a déclaré M. Kerry lors d'une conférence de presse. Il a insisté sur l'importance de la prestigieuse institution de l'islam sunnite, Al-Azhar. Washington souhaiterait en fait que les institutions religieuses égyptiennes «se prononcent contre l'EI et en parlent dans les prêches du vendredi» dans les mosquées, a expliqué un diplomate américain. Dans son offensive diplomatique, John Kerry avait obtenu jeudi à Jeddah l'engagement, éventuellement militaire, de dix pays arabes, dont l'Arabie Saoudite. Le Caire ne devrait en revanche pas jouer de rôle militaire actif. Mais M. Kerry a voulu flatter son allié. Il l'a jugé «en première ligne dans la lutte contre le terrorisme, en particulier contre les groupes extrémistes dans le Sinaï», en allusion aux attaques d'organisations s'inspirant d'Al-Qaïda contre les forces de sécurité dans cette péninsule de l'est égyptien. Pour aider l'Egypte dans cette «lutte anti-terroriste», le secrétaire d'Etat a confirmé la livraison de dix hélicoptères de combat Apache. Le dossier était bloqué depuis des mois en raison des «inquiétudes» de Washington sur le mauvais bilan en matière de droits de l'Homme du pouvoir du président Sissi. John Kerry avait été moins productif avec la Turquie. Il avait tenté vendredi de convaincre Ankara de participer militairement à la coalition, mais les Turcs redoutent de mettre en péril la vie de leurs 49 ressortissants retenus par les djihadistes dans le nord de l'Irak. Après de longues hésitations, le président Obama, poussé à agir après la décapitation par l'EI de deux journalistes américains enlevés en Syrie, a exposé le 10 septembre sa stratégie contre l'EI. Il a annoncé une extension de la campagne aérienne américaine en Irak, où 1 600 militaires américains seront déployés au total pour appuyer les forces armées irakiennes, en termes d'équipements, de formation et de renseignement. M. Obama s'est aussi dit prêt à frapper l'EI en Syrie et s'est engagé à doper l'aide militaire aux rebelles syriens modérés qui combattent à la fois l'EI et le régime de Damas. Selon une ONG, ce dernier est en passe de perdre au profit des rebelles le contrôle d'une deuxième province du pays, celle de Qouneitra sur la partie du Golan non occupée par Israël. Conférence aujourd'hui à Paris Dans cette «guerre» contre l'EI, comme l'a formulé la Maison Blanche, le général à la retraite John Allen, homme-clé des conflits en Irak et en Afghanistan, a été chargé de coordonner la coalition. Une première ébauche de cette alliance se dessinera lundi à Paris où se tient une conférence internationale sur l'Irak et sur la lutte contre le groupe extrémiste sunnite. Arrivé samedi soir à Paris, M. Kerry participera à cette réunion qui devrait permettre à chacun de la vingtaine de pays présents «d'être beaucoup plus précis sur ce qu'il peut ou veut faire» contre l'EI, a expliqué un diplomate français allié du régime syrien, l'Iran, qui n'y a pas été invité, a affirmé qu'il ne souhaitait de toute façon pas participer à une "conférence-spectacle». John Kerry s'était opposé à la présence de Téhéran. Pour préparer cette conférence, le président français François Hollande s'était rendu vendredi en Irak, promettant d'aider «encore davantage militairement» ce pays, dont les troupes mal entraînées ne parviennent pas à faire face à l'EI et bénéficient de l'aide des combattants kurdes et chiites et des frappes américaines depuis plus d'un mois.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.