Comment se protéger les yeux en été ?    AS Rome : Mourinho vise un défenseur du Barça    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    La session parlementaire clôturée demain    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pas de révision à la hausse
PRIX DE L'EAU
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2005


L'eau est un bien qui peut être marchand mais sa vocation sociale est indiscutable, dira Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, lors d'une conférence animée, hier, au profit des étudiants de l'Institut national du commerce (INC). C'est en ces termes qu'il a exclu une révision à la hausse du prix de l'eau. La loi sur l'eau consacrera pour lui tous les efforts pour garantir un meilleur management et une gestion rationnelle des ressources en eau. Il est impossible de demander aux Algériens de payer l'eau plus cher que les prix actuellement pratiqués, a-t-il assuré, s'appuyant sur le fait que cette tendance joue un rôle d'équilibrage des couches sociales. Le prix de l'eau ne sera pas donc révisé à la hausse en dépit de son coût réel qui pèse lourdement sur les dépenses de l'Etat algérien qui, développe le ministre, continuera sans cesse à soutenir le prix véritable de l'eau qui dépasse celui proposé aux citoyens. L'eau normale proposée aux consommateurs coûte 28 DA le mètre cube alors que le citoyen la paie entre 16 à 19 DA, dira Abdelmalek Sellal. Quant à l'eau dessalée, une alternative inévitable selon le ministre, elle revient à 48 et 58 DA le mètre cube. L'Etat, à travers Sonatrach, poursuit l'orateur, s'est engagé à acheter cette eau auprès des producteurs et à la subventionner pour garantir un prix abordable pour les consommateurs. Le grand enjeu de l'Algérie et le cheval de bataille de son département consiste en la garantie d'une gestion rationnelle des ressources hydriques, réclame le ministre. Chose qui, d'après lui, a constitué une faillite inacceptable. Pour étayer ses dires, il dira qu'au niveau d'Alger seulement, l'Etat perd environ 40%, soit un million de m3/jour, du fait de la vétusté du réseau AEP et la mauvaise gestion. Sur le plan commercial, la perte est évaluée à 17%. Globalement, le premier responsable du département des ressources hydriques avance un chiffre effrayant concernant les mauvais payeurs. Sellal laissera entendre que 60% des Algériens ne paient pas l'eau, soit environ 840 communes, sachant que 80% des populations sont connectées aux réseaux AEP. L'équation difficile et une meilleure gestion est l'unique solution aux yeux de Abdelmalek Sellal. A en croire l'orateur, son département est appelé à investir davantage dans le domaine de la gestion.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.