OL : Slimani a participé à sa première séance d'entrainement    Atlético : Dembélé remercie Aulas    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de révision à la hausse
PRIX DE L'EAU
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2005


L'eau est un bien qui peut être marchand mais sa vocation sociale est indiscutable, dira Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, lors d'une conférence animée, hier, au profit des étudiants de l'Institut national du commerce (INC). C'est en ces termes qu'il a exclu une révision à la hausse du prix de l'eau. La loi sur l'eau consacrera pour lui tous les efforts pour garantir un meilleur management et une gestion rationnelle des ressources en eau. Il est impossible de demander aux Algériens de payer l'eau plus cher que les prix actuellement pratiqués, a-t-il assuré, s'appuyant sur le fait que cette tendance joue un rôle d'équilibrage des couches sociales. Le prix de l'eau ne sera pas donc révisé à la hausse en dépit de son coût réel qui pèse lourdement sur les dépenses de l'Etat algérien qui, développe le ministre, continuera sans cesse à soutenir le prix véritable de l'eau qui dépasse celui proposé aux citoyens. L'eau normale proposée aux consommateurs coûte 28 DA le mètre cube alors que le citoyen la paie entre 16 à 19 DA, dira Abdelmalek Sellal. Quant à l'eau dessalée, une alternative inévitable selon le ministre, elle revient à 48 et 58 DA le mètre cube. L'Etat, à travers Sonatrach, poursuit l'orateur, s'est engagé à acheter cette eau auprès des producteurs et à la subventionner pour garantir un prix abordable pour les consommateurs. Le grand enjeu de l'Algérie et le cheval de bataille de son département consiste en la garantie d'une gestion rationnelle des ressources hydriques, réclame le ministre. Chose qui, d'après lui, a constitué une faillite inacceptable. Pour étayer ses dires, il dira qu'au niveau d'Alger seulement, l'Etat perd environ 40%, soit un million de m3/jour, du fait de la vétusté du réseau AEP et la mauvaise gestion. Sur le plan commercial, la perte est évaluée à 17%. Globalement, le premier responsable du département des ressources hydriques avance un chiffre effrayant concernant les mauvais payeurs. Sellal laissera entendre que 60% des Algériens ne paient pas l'eau, soit environ 840 communes, sachant que 80% des populations sont connectées aux réseaux AEP. L'équation difficile et une meilleure gestion est l'unique solution aux yeux de Abdelmalek Sellal. A en croire l'orateur, son département est appelé à investir davantage dans le domaine de la gestion.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.