PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un fonds de soutien à l'eau sera créé
RESSOURCES HYDRIQUES
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2006

La cagnotte, jusqu'à maintenant provisoire, sera consacrée à plusieurs tâches.
Le département des ressources hydriques sera renforcé financièrement par la création prochaine d'un fonds de soutien à l'eau, une nouvelle avancée par Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, en déplacement à Tlemcen.
La cagnotte, jusqu'à maintenant provisoire, sera consacrée à plusieurs tâches, entre autres, assurer le transfert de toutes les agences Epédemia vers l'Algérienne des Eaux (ADE). Il est question plus exactement de 26 établissements de wilaya Epédemia qui couvrent une population de 7 millions d'habitants, répartis sur 258 communes.
L'Epédemia qui gère l'eau potable au niveau local est appelée à disparaître après 19 ans de service. Désormais, c'est l'Algérienne des Eaux qui est appelée à assumer les fonctions de l'Epédemia, une structure qui fonctionne au ralenti du fait des dettes colossales qui se sont accumulées au fil des années, explique le ministre des Ressources en eau. Pour cette raison, mais d'autres aussi, Epédemia n'arrive plus à assumer ses responsabilités.
Cet établissement public ne couvre, en fait, que 40% des communes du pays. La disparition d'Epédemia, une opération qui va s'étaler sur une période de trois (03) ans, s'inscrit dans le cadre de la réforme engagée. Pour revenir à la création du fonds de soutien à l'eau, 50% de son budget consistera en le recouvrement de la dette des mauvais payeurs. C'est-à-dire, Abdelmalek Sellal expliquera, en termes plus clairs, que 50 % du fonds sera alimenté par une part exigée des grands consommateurs.
Désormais, les pétroliers devront payer le mètre cube d'eau à 80 DA, tandis que les grands consommateurs, à l'instar des fabricants de jus et les propriétaires des hammams, doivent payer 25 DA le mètre cube.
L'entreprise pétrolière Sonatrach doit au ministère des Ressources en eau une enveloppe de l'ordre de 9 milliards de dinars, annonce Abdelmalek Sellal. Le ministre a fait savoir dans le sillage que ladite cagnotte est d'ores et déjà préparée par Sonatrach, en attendant la mise en brande du fonds, lequel fera l'objet, a-t-il expliqué, de deux décrets qui seront soumis mercredi à l'examen et l'approbation du gouvernement.
Pour rappel, le ministre des Ressources en eau a laissé entendre récemment, lors d'une conférence organisée à l'Institut national du commerce, que 60% des Algériens ne paient pas l'eau.
Ce qui veut dire que la récupération des dettes par l'Algérienne des eaux, à coup sûr, nécessitera une révision à la hausse du budget alloué au fonds de soutien à l'eau. L'ADE, quant à elle, devra, éventuellement, verser à l'Anbt (Agence nationale des barrages et des transferts) 1 DA le mètre cube de l'eau au moins. Est-il possible qu'à la suite de cette inversion de la tendance que le prix de l'eau soit revu à la hausse ? A cette question, Sellal dira que son département n'envisage aucune augmentation pour l'heure.
Mais, a-t-il précisé, si le prix de l'électricité va augmenter, et l'étude sur la possibilité de payer l'eau par l'ADE se confirme, le prix du mètre cube sera donc revu à la hausse. Quoi qu'il en soit, l'affaire de l'augmentation du prix de l'eau demeure toujours une hypothèse qui devra tenir compte des autres calculs.
Ce qui veut dire, selon Abdelmalek Sellal, que pour le moment aucune décision n'est prise, dans ce sens. Concernant la mobilisation de ressources en eau des deux wilayas de Saïda et de Tlemcen, le ministre a annoncé que l'exploitation des eaux souterraines de Chott El Gharbi, plus de 40 millions de m3 , devra renforcer le système déjà mis en place pour la région ouest du pays.
Il s'inscrit d'ailleurs dans le cadre du programme spécial destiné au développement des Hauts Plateaux et constitue de même l'un des trois grands futurs projets du département des ressources en eau. Précisons que le programme des Hauts Plateaux représente 3% du budget total de l'Etat, tandis que le plan du Grand Sud représente 1%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.