Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux livres pour revisiter le printemps berbère
EDITION 2019
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019


Une époque phare de notre histoire
Des ouvrages qui racontent les événements historiques et pacifiques du printemps berbère d'avril 1980.
Deux livres sont indispensables pour revisiter les événements historiques et pacifiques du printemps berbère d'avril 1980 ayant permis au combat identitaire amazigh de prendre un virage déterminant.
Le premier est un ouvrage collectif coordonné par Arezki Ait Larbi qui n'est autre que l'un des vingt-quatre détenus du printemps amazigh de 1980. L'originalité de ce livre réside dans le fait qu'en plus des artisans de cet événement politique et historique pacifique, le lecteur pourra aussi trouver des témoignages complets apportés par les responsables de l'époque qui avaient à intervenir d'une manière directe dans la gestion de ces événements. Cet ouvrage est d'ailleurs intitulé: «Avril 80, insurgés et officiels du pouvoir racontent le printemps berbère».
Précieux témoignages
Parmi les personnalités de l'époque qui ont contribué à la rédaction de cet ouvrage, on peut citer Hamid Sidi Saïd qui était wali de Tizi Ouzou en 1980, Abdelhak Brerhi qui était ministre de l'Enseignement supérieur ainsi que El Hadi Khediri qui était directeur général de la Sûreté nationale de 1977 à 1987. Du côté de la mouvance militante du MCB, l'ouvrage coordonné par Arezki Ait Larbi est riche de témoignages précieux de militants de premiers rangs comme Said Khelil, Mouloud Lounaouci, Mohamed Wamar Oussalem, Ferhat Mehenni, Salem Chaker et d'autres encore. «Ce printemps qui a réinventé l'histoire», est un chapitre d'une vingtaine de pages rédigé par Arezki Ait Larbi et où ce dernier raconte et analyse les différentes étapes et épisodes ayant caractérisé cette partie du combat identitaire qui a commencé à la fin des années quarante avec la crise dite «berbériste» et dont les précurseurs étaient les nationalistes Benai Ouali, Amar Ould Hamouda, Mbarek Ait Menguellet et Khelifati Mohand Amokrane.
La richesse de ce livre réside aussi dans les différents documents historiques que l'on peut retrouver en annexe à l'image de l'article «Les donneurs de leçons» qui s'est attaqué à Mouloud Mammeri, la réponse de Mouloud Mammeri, l'appel à la grève générale du 16 avril 1980 ainsi qu'une chronologie des événements.
Le deuxième livre, plus personnel celui-là, est celui intitulé «Avril 80, un détenu témoigne» et écrit par le militant de première heure de la cause identitaire Arezki Abboute.
Dans cet ouvrage très émouvant, Arezki Abboute raconte, en plus de l'évolution des événements aux alentours de la date fatidique du 20 avril 1980, toutes les étapes de son arrestation et de son incarcération dans différentes prisons de plusieurs régions du pays.
Les passages les plus touchants de ce livre sont, sans doute, ceux inhérents à la torture dont a été victime Arezki Abboute. Ce dernier a eu l'honnêteté intellectuelle de décrire son côté humain lors de ces moments de solitude et de peur dans les cellules.
Même si aux yeux de la population, il s'agit bien entendu de héros ayant bravé la peur, il n'en demeure pas moins que les militants du MCB à l'époque sont avant tout des êtres humains qui ont aussi leurs faiblesses, leurs familles et leurs mères desquelles ils ont été séparées.
La torture
Ce qui était le plus difficile lors de leur incarcération, explique Arezki Abboute, c'est, entre autres, le fait qu'ils ignoraient complètement quelle serait le sort qui allait leur être réservé.
Allaient-ils être tués, allaient-ils être emprisonnés à vie sans procès?
Telles sont les questions que n'a pas cessé de se poser Arezki Abboute jusqu'au jour de la libération de tous les détenues du printemps berbère le 25 juin 1980.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.