La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avril 1980 revisité
Publié dans L'Expression le 28 - 04 - 2003


Devant une assistance fort nombreuse, les artisans d'Avril 1980 ont fait une rétrospective des événements appelés communément le Printemps berbère. Ainsi, après la première halte organisée lundi dernier par le MCB, aile Ould-Ali El-Hadi, autour de la même thématique que celle des Ferhat Mehenni, Moh Stiet et autres. Hier, c'était au tour du MCB, version Mouloud Lounaouci, de revisiter «Thafsut Imazighen» avec ses acteurs qui ont pour nom Saïd Sadi, Arezki Abbout, Idir Ahmed Zaïd, Malika Ahmed Zaïd, Me Mezil, Ahmed Aggoune et, bien sûr, Mouloud Lounaouci. Tout ce beau monde, convié à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, a fait un retour de 23 ans en arrière dans l'histoire pour raconter à l'assistance, essentiellement jeune, le premier acte qui consacrera «la naissance de l'Algérie progressiste». Intervenant en premier, Arezki Abbout estime que «le 20 Avril 1980 était la première onde de choc qui enclenchera le processus de démocratisation du pays». Tout en axant son allocution sur le parallèle entre le Printemps berbère et le Printemps noir, il appellera à «l'union des forces pour le salut de la Kabylie et ce, au-delà de toutes les considérations personnelles ou divergences politiques». Pour sa part, Idir Ahmed Zaïd, enseignant de tamazight à l'université Hasnaoua, indiquera que «le Printemps berbère a déchiré le monolithisme et l'unicisme politiques qui prévalaient à l'époque». Il précisera également que «la résurgence des ârchs n'est pas anachronique, mais c'est là un retour positif aux origines authentiques de la nation». Son épouse, Malika, apportera, quant à elle, un témoignage sur la participation de la femme kabyle au combat identitaire tout en faisant des digressions sur les faits saillants qui ont ponctué la période post-avril 80. De son côté, Mouloud Lounaouci a tenu à rendre hommage à quatre des 24 détenus d'avril 1980, qui sont décédés, à savoir Bacha, Belghezli, Berdous et Rachedi. Cela dit, il retracera longuement le combat pour l'identité amazighe depuis Boulifa et Bensdira du XIXe siècle aux jeunes du Printemps noir en passant par Laïmèche, Mouloud Mammeri, Ferhat Mehenni, Matoub Lounès et la génération de 1980. Saïd Sadi, qui a effectué hier sa première sortie sur la scène publique locale, annoncera d'emblée que «Avril 1980 était une suite logique de tous les combats menés par nos aînés», avant d'enchaîner: «A l'époque, le combat était dicté par le simple dévouement à la cause amazighe et était dénué de tout calcul ou intérêts étroits.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.