LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Casbah endeuillée
2 ENFANTS ET 3 ADULTES MEURENT DANS L'EFFONDREMENT D'UN IMMEUBLE
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Un drame par négligence
Les plafonds de ces immeubles tout juste repeints se sont effondrés sur les occupants des appartements.
La Casbah se réveille dans la douleur! Deux enfants en bas âge et trois adultes ont perdu la vie dans l'effondrement d'un immeuble de quatre étages à la rue Tamgilt. Il s'agit d'une mère et ses deux enfants, ainsi que deux frères. Terrible! Il était 5h 50 du matin, quand un bruit strident retentit dans la basse Casbah, à proximité de la mosquée Ketchaoua.
Des cris de femmes et d'enfants s'ensuivent! Mais les riverains ne comprennent pas encore ce qui s'est passé. «De l'extérieur, l'immeuble de quatre étages est intact», racontent des témoins.
Les hurlements et les pleurs venant de ce fameux immeuble continuent.
Les voisins accourent alors vers la cage d'escalier pour découvrir l'horreur. Les plafonds se sont effondrés sur les occupants des appartements. Ils ont été ensevelis sous de gros gravats. Les services de la Protection civile ont été appelés par les habitants qui avaient déjà commencé à essayer de déblayer le lieu du drame.
Les pompiers arrivent vers 6 h du matin. «Certains des habitants ont pu être sauvés du fait que leurs logements n'ont pas été totalement touchés», assurent d'autres témoins. Néanmoins, deux familles sont prises au piège. Les pompiers arrivent à communiquer avec les survivants tentant de les rassurer. Le déblayage se poursuit. Vers 10 h du matin, c'est le choc! On retire un premier corps. Il s'agit d'un enfant de trois ans.
C'est l'émoi chez tous les présents. Le corps sans vie d'un deuxième enfant est trouvé, avant celui d'un adulte. Sous le choc et la colère, les habitants voient arriver un cortège. C'est le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh. Les riverains le prennent comme une provocation. «Surtout que cet immeuble, comme le reste du quartier, a été repeint à l'extérieur sans subir de vrais travaux de rénovation alors qu'il menaçait de tomber en ruine», peste un jeune du quartier. Zoukh est pris à partie! Les «dégagez ya sarakine» fusent de partout. Tout comme les «vous aurez sur la conscience la mort de ces victimes».
Le wali prend la poudre d'escampette sous les insultes d'une population qui ne veut plus de lui et ses semblables. Bouillonnant de colère, les habitants continuent de prêter main forte aux agents de la Protection civile afin de sauver les victimes ensevelies, mais toujours en vie.
Ils arrivent à sauver trois personnes qui sont vite transférées vers les services des urgences. En plein Hirak, ce terrible drame n'est pas là pour apaiser ce quartier mythique de la capitale. La Casbah est en pleurs!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.